Avril 24, 2016
Par Paris Luttes
340 visites


Le 7 mai à partir de 16 heures aura lieu au cinéma occupé Avesso une journée contre la répression et la tyrannie sécuritaire, ainsi qu’un concert de soutien aux inculpé-e-s des mobilisations pour Rémi Fraisse et contre la loi El Khomri, de Notre Dame des Landes et de l’Etat d’urgence.

Depuis deux mois, le mouvement contre la loi “Travaille !” ne faiblit pas, la violence de l’Etat s’est abbatue sans mesure. Chaque jour a vu son lot d’arrestations et de violences policières, de placements en garde-à-vue et de comparutions en justice.

Le gouvernement s’en glorifie, veut faire passer les manifestant-e-s pour des personnes écervelées, manipulé-e-s, qui ne savent pas ce qu’elles font là ou bien se greffent au mouvement avec pour seule motivation d’exercer des violences gratuites. C’est le leitmotiv contre-révolutionnaire du pouvoir. La réalité est pourtant toute autre, et celleux qui gouvernent le savent bien. Leur objectif est de casser le mouvement, pour tuer dans l’oeuf toute perspective insurrectionnelle. Car la détermination ou la radicalité de celles et ceux qui sont dans la rue reflète avant tout la défiance ou le rejet d’un nombre toujours plus grand de personnes à l’égard du système représentatif, de ses institutions et de ses lois.

A chaque journée de mobilisation, mais aussi au cours des actions qui ont émergé autour de l’occupation de la place de la République, les forces de police ont exercé des violences, utilisant contre la foule des armes offensives (grenades lacrymogènes instantannées dites “assourdissantes”, grenades dites “de désencerclement”, balles de défenses…) et occasionnant de nombreuses blessures.

Et face à la résistance des manifestant-e-s, les forces de l’ordre (dont beaucoup interviennent en tenue civile et sans brassard) ont interpellé à tout-va, chargeant indisctinctement leurs prisonniers de faits de “violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique” et de “jets de projectiles”.

Certaines d’entre elles – souvent les moins “normé-e-s”, parce que pauvres, sans domicile ou étranger-e-s – ont pris de la prison ferme, tandis que d’autres sont mises en examen. Et c’est sans compter les perquisitions, qui ont commencé durant les vacances d’avril, profitant de l’état d’urgence pour intervenir en pleine nuit.

Le mois de mai sera donc le mois de la répression judiciaire. En effet, les nombreuses demandes de renvoi lors des comparutions immédiates des mois de mars et avril, se voient audiencées en mai. On a déjà quelques dates, pour lesquelles il y aura des appels à solidarité.

C’est donc l’occasion de faire une grosse soirée de soutien, qui servira à payer les frais d’avocats et les amendes de celles et ceux qui vont devoir payer. Celles et ceux de la mobilisation contre la Loi El Khomri, mais aussi tou-te-s celleux qu’on a un peu oublié-e-s, condamnées depuis quatre ans pour avoir protesté contre la mort de Rémi Fraisse en 2014, pour avoir soutenu la lutte contre l’aéroport de Notre Dame des Landes depuis 2012 ou interpellé-e-s et assigné-e-s à résidence dans le cadre de l’état d’Urgence…

Le 7 mai 2016 aura donc lieu une journée contre la répression et la tyrannie sécuritaire, au cours de laquelle nous auront l’occasion de faire un bilan et de discuter de la mobilisation en cours, d’échanger sur les outils en notre possession et de s’informer sur les moyens sécuritaires de l’Etat, avant de terminer par un concert de soutien, dont la totalité des revenus sera reversée à la caisse de solidarité qui paiera les frais d’avocats, de justice et les amendes des inculpé-e-s.

LE 7 MAI 2016 A PARTIR DE 16H AU CINEMA OCCUPE AVESSO, 1 bis rue des Epinettes à Saint Maurice (métro ligne 8, arrêt “charenton-écoles”).

VENEZ NOMBREUSE-X !

LA SOLIDARITE EST NOTRE ARME !




Source: