20 mars 2019

La classe ouvrière peut être définie sur le plan économique ou sur le plan sociologique. Il est essentiel de ne pas confondre les deux dimensions.

J’ai défini le temps comme la substance du capitalisme , parce que la plus-value, c’est-à-dire le processus d’exploitation, est produite et résulte de contradictions qui se déploient dans le temps. Ceux qui contrôlent leur propre temps de travail, ou participent à ce contrôle, et qui contrôlent simultanément le temps de travail des autres constituent les classes exploiteuses (bourgeois et gestionnaires ). Ceux qui ne contrôlent ni leur temps de travail, ni celui des autres, forment la classe ouvrière. Ceux qui contrôlent leur temps de travail, mais ne contrôlent le temps de travail de personne, se situent en dehors du mode de production capitaliste, avec lequel ils n’entretiennent une relation que par l’intermédiaire du marché (artistes, artisans et ce qu’il reste des anciennes professions libérales).

A ce niveau économique, la classe ouvrière a une existence permanente et vérifiable. La gestion des ressources humaines est au cœur des préoccupations de tout patron ou administrateur, et les « ressources humaines » ne sont qu’un euphémisme pour éviter de mentionner la « classe ouvrière ».

PDF - 130.7 ko