Jean-Marie Bigarade appelle à tout casser le Samedi 12 Septembre 2020. Cet acte gilet jaune/vert/rouge/noir/molotov sera-t-il le premier événement révolutionnaire de la rentrée ? On se joint à cet appel et on vous invite à le diffuser partout.

Le 12 Septembre est, dans le calendrier républicain français, officiellement le jour de la Bigarade, autre nom d’une orange amère, hybride entre le pamplemousse et la mandarine. À cette occasion, nous nous joignons à l’Appel à tout casser de Jean-Marie Bigarade.

2020 so far…

Après :

  • les incendies (Australie) et les inondations monstres (Philippines)
  • les réglements de compte entre puissants (assassinat de Soleimani par les États-Unis et avion abbatu par l’Iran)
  • le Covid-19 et le lockdown mondial
  • les émeutes aux États-Unis, en Inde, au Chili, au Liban

on peut dire que 2020 ressemble, pour l’instant, aux années précédentes en condensé, comme si le temps se contractait.

En France, alors que le gouvernement sarkoziste Macron-Castex-Darmanin symbolise, peut-être encore plus que les précédents, la tendance capitaliste néolibérale autoritaire, toutes les questions restent, de notre côté, sur la table :

  • comment assurer un logement et à bouffer pour toutes et tous
  • comment sortir d’une vie misérable et solitaire passée à travailler isolé
  • comment sauvegarder ce qui peut encore l’être concernant l’environnement
  • comment éradiquer le racisme structurel et le patriarcat

et plus généralement, comment lutter contre l’État, sa police, les profiteurs et les idiots utiles, bref comment sortir du capitalisme mortifère.

Une autre fin du monde est-elle à portée de lutte ?

Septembre 2019 : convergence des luttes sans discours ?

Il y a un an, on expérimentait, entre septembre et novembre 2019, les premières timides convergences, non sans franches embrouilles, entre gilets jaunes, écologie « radicale » et antiracisme politique. Tous les protagonistes de ces luttes ont en commun d’avoir subi, à un moment ou un autre, à des degrés différents, la répression de l’État policier.

Mais un discours systématique anticapitaliste antiautoritaire adapté aux enjeux de l’époque, n’a, nous semble-t-il, pas encore émergé. Sans tomber dans le synthésisme gloubi-boulga, tenir des positions claires et partagées, desquelles pourraient s’exprimer les spécificités propres à chaque lutte, constituerait une arme d’autodéfense redoutable contre le confusionnisme, le racisme, l’antisémitisme, le complotisme, le chauvinisme, le réformisme nationaliste et autres égarements contre-révolutionnaires contemporains (et pas nouveaux).

Ce chantier dans le temps long n’en est toujours qu’à ses balbutiements.

Samedi 12 Septembre 2020

En attendant, la date du Samedi 12 Septembre 2020 s’est imposée comme l’évidente « rentrée sociale gilets jaunes » sur les réseaux sociaux. Pour faire quoi ? Un n-ième parcours se finissant par des affrontements sporadiques sur une place nassée ? Un n-ième rassemblement Champs-Élysées dégagé par les voltigeurs ? Un n-ième blocage de périphérique ou de gare parisienne ? Une n-ième déambulation nocturne anticonsommation dans le quartier des Halles ?

Nous n’en savons rien. Mais le Samedi 12 Septembre 2020, la fête de la Bigarade méritera bien quelques nouvelles idées explosives.

Le collectif Légume v-én-ert s’associe à l’appel de Jean-Marie Bigarade et invite tout le monde à en faire de même et à le diffuser partout.

Légume v-én-ert


Article publié le 09 Août 2020 sur Paris-luttes.info