Octobre 23, 2020
Par Le Monde Libertaire
75 visites


” […] Et j’attends d’autres frères qui se trouvent ici, en montagne, qui attendent tout le monde, tant qu’ils ne crient pas et n’ont pas peur de vivre dans cette escroquerie bien pensée. […]”

Revenons sur le procès du parti néonazi grec Aube dorée
Lundi 12 octobre, même en grattant, en regardant sous le tapis, en faisant et retournant les poches, impossible pour la justice grecque de trouver la moindre circonstance atténuante pour les faits ou plutôt les crimes dont est accusé ce troupeau de fachos.

Mercredi 14 le verdict tombe :
Le führer Nikos Michaloliakos, négationniste et grand admirateur du national-socialisme, coupable d’avoir dirigé une «organisation criminelle», a été condamné mercredi à 13 années de prison ferme.
Réclusion criminelle à perpétuité pour Yorgos Roupakias, membre d’Aube dorée, pour l’assassinat du rappeur antifasciste Pavlos Fyssas le 18 septembre 2013.
Cinq à sept ans de prison pour onze autres députés du parti, dont l’épouse de Nikos Michaloliakos.
On a beau vouloir la démolition de toutes les prisons, il est des décisions de justice qui font plaisir.
On a beau avoir le sourire après ce verdict, la Grèce est loin d’en avoir fini avec les fachos.
Nous non plus d’ailleurs…

Pour rappel :
Aube Dorée, le crépuscule du fascisme 1e partie
Aube Dorée, le crépuscule du fascisme 2e partie




Source: Monde-libertaire.fr