Décembre 25, 2016
Par Paris Luttes
27 visites


Lundi Matin propose un entretien en deux parties (dont voici la première partie) d’un exilé syrien. Depuis ses 17 ans, en 2011, il a participé au soulèvement contre le régime à Deir ez-Zor, avant de devoir fuir son pays en 2015.

Depuis 2010, les insurrections arabes font partie de notre histoire, nous y avons trouvé et perdu des amis. Il est impensable de laisser leurs écrasements dans le sang être recouverts par le mensonge, la manipulation et la calomnie.

À Alep, c’est une révolution que l’on finit de massacrer.

Cette semaine, nous avons interviewé un exilé syrien. Depuis ses 17 ans, en 2011, il a participé au soulèvement contre le régime à Deir ez-Zor, avant de devoir fuir son pays en 2015.

Il nous raconte la rue du Cinéma Fouad lorsque, lycéen, il se jette dans la révolution avec ses amis, dès les premières manifestations. Mais aussi la transformation de la révolution en conflit armé, la naissance de l’Armée Syrienne Libre, l’arrivée du Jabbat al-Nosra, et l’installation de l’État Islamique. Ou comment ceux qui ont initié la révolution, en ont été écartés et se retrouvent aujourd’hui exilés en Europe.

La suite sur Lundi matin




Source: