Septembre 19, 2016
Par Squat.net
90 visites

Le Massicot, lieu occupé depuis septembre 2014 à Ivry-sur-Seine, risque d’être expulsé dès cet automne. Pourtant le projet de nouvel immeuble prévu à la place n’est pas près de voir le jour. Jeudi 22 septembre, à huit jours du procès, c’est la mobilisation générale : rassemblement devant la mairie pour arracher un accord permettant que le Massicot vive jusqu’au début des travaux.

De septembre 2014 à juin 2016 : résumé des épisodes précédents

Le Massicot est un bâtiment occupé depuis septembre 2014 à Ivry-sur-Seine, où habitent une dizaine de personnes, où une cantine peut entreposer son matériel, où des collectifs peuvent se rencontrer, chanter,… Le propriétaire, IDF-Habitat, dont la mairie d’Ivry est actionnaire principale, a entamé en 2015 une procédure judiciaire pour rendre à nouveau le bâtiment vide, inutile, abandonné. Alors que les travaux pour un nouvel immeuble ne sont pas prévus avant des mois, voire des années.

Les habitant.es et les soutiens du Massicot ont alors formulé une demande simple : pouvoir rester jusqu’au début des travaux. D’abord ignorée, cette demande a fini par être écoutée par la mairie, mais pour proposer une solution originale et inquiétante : s’engager oralement à ne pas ordonner l’expulsion avant le début des travaux, mais laisser le procès se dérouler normalement. Les habitant.es seraient donc rapidement exposés à la menace permanente d’une expulsion immédiate et à de lourdes dettes envers le propriétaire. Une solution qu’ils et elles ne jugeaient pas acceptable, lui préférant la signature d’un protocole d’accord engageant les deux parties : le propriétaire abandonnerait toutes les poursuites, et les habitant.es s’engageraient à quitter le bâtiment pour le début des travaux.

Août : Refus d’IDF Habitat

En août, IDF-Habitat, la société propriétaire du bâtiment, fait savoir son refus de signer le protocole et répète son intention d’obtenir une expulsion la plus rapide possible. Sale temps sur les négociations sous le soleil de l’été parisien…

Dès le 5 septembre, des habitant.es du Massicot se rendent à la mairie : réussissant à accéder au bureau du premier adjoint, ils lui demandent des explications qu’ils n’obtiennent pas vraiment. C’est long et compliqué, on verra ce qu’on peut faire, leur répond en substance l’élu.

6 septembre : L’engagement inédit du maire en faveur du protocole

Le 6 septembre, c’est le « mardi du maire ». Philippe Bouyssou se balade en ville pour recevoir les doléances de la population. Une trentaine de personnes est au RDV avec une banderole et un mégaphone, bien décidées à faire entendre la voix du Massicot. Et là, la discussion avec le maire prend rapidement un tour assez consensuel. Celui-ci prend l’engagement d’intervenir au sein d’IDF-Habitat pour qu’une vraie solution soit trouvée avant le procès. « Un protocole d’accord va bel et bien être signé afin d’éviter tout conflit inutile », rapporte le site internet officiel de la ville quelques jours plus tard.

22 septembre : grande mobilisation pour la signature du protocole

Le Massicot à besoin de vous ! Venez nombreux.es, venez avec votre stylo pour signer tous ensemble notre détermination à ce que le Massicot reste un lieu vivant, ouvert et solidaire.

RASSEMBLEMENT

Jeudi 22 septembre – 18h30 – devant la mairie

GARDONS LE MASSICOT

[Publié le 16 septembre 2016 sur Paris-Luttes.info.]


Post scriptum: ce même mois de septembre a déjà vu la fin du squat du Moulin, également à Ivry-sur-Seine.




Source: