Août 13, 2016
Par Le Chat Noir Emeutier
364 visites


8 août. Révolte au CIE de Brindisi.

“Voici comment on vit dans le CIE de Brindisi Restinco:

“Meubles” en ciment et en fer, nourriture mauvaise, manque d’assistance médicale. Mais surtout dignité piétinée, privation de liberté, attente d’une expulsion ou de replonger dans le cercle infernal de la clandestinité. “

Y-a-t’il besoin de tout cela pour être incité à se révolter?

Dans l’après-midi du lundi 8 août, tandis qu’un rassemblement de solidarité avec les retenus se tenait devant le CIE de Brindisi Restinco, beaucoup d’entre eux ont fait part des conditions qu’ils subissent à l’intérieur. Les fenêtres des cellules donnent sur le pré où se tenait le rassemblement, facilitant la communication directe. Puis les retenus désormais en révolte ont mis le feu à des draps et à des matelas, dans deux sections, en criant “Liberté”.

Désormais, les deux dortoirs de la section A et de la section B sont inutilisables; depuis deux jours, les reclus sont entassés entre des couloirs et une cour, où ils sont containts de dormir sans draps ni matelas, certains par terre, d’autres sur des tables de cantine. La section C est intacte.

Un retenu de 22 ans originaire de Côte-d’Ivoire a été arrêté parce qu’il a été filmé par les caméras de surveillance du centre et reconnu comme étant l’un des responsables des incendies.

Comme cela s’est déjà produit dans d’autres CIE, les feux de la révolte ont rendu inutilisable une partie du centre de rétention,  ce qui rend moins efficace la capacité de l’Etat à enfermer et à expulser.

Des ennemis des frontières – Lecce.

interno cie brindisi 1interno cie brindisi 2

****

Au CIE de Turin, un retenu s’est cousu la bouche pour protester contre son expulsion.




Source: