Biblioteca Anarchica Disordine / lundi 13 juillet 2020

« Ce ne furent pas les orateurs qui m’amenĂšrent Ă  l’anarchisme, mais la vie elle-mĂȘme Â»
Pavel Golman*

Voici ce que disait un anarchiste russe qui, au dĂ©but du XX siĂšcle, luttait sans merci contre l’AutoritĂ© et contre toute injustice. La dĂ©fense de la propriĂ©tĂ© et des classes les plus aisĂ©es signifiait famine et misĂšre pour tous les autres, en plus que prison et torture dans le cas oĂč l’on portait atteinte Ă  ces intĂ©rĂȘts. Plus d’un siĂšcle plus tard, l’histoire des anarchistes russes et polonaises, parmi lesquels les anarchistes de Bialystok, une petite minoritĂ© d’origine juive, parle de la lutte humaine et idĂ©ale qui se jette contre la cruautĂ© de l’ordre Ă©tabli qui affame et tue. Elle parle de vies vĂ©cues dans la terreur (de la katorga** aux pogroms, Ă  la rĂ©pression dans le sang des manifestations de paysans et d’ouvriers) et qui rĂ©pondent de diffĂ©rentes maniĂšres Ă  cette terreur. Elles Ă©tudient et se dĂ©fendent, elles attaquent et rĂ©alisent des expropriations. Dans une ambiance gĂ©nĂ©rale de grĂšves et de rĂ©voltes, elles agissent, poussĂ©es par leurs convictions et par la rage.

Il est curieux qu’aujourd’hui des dĂ©fenseurs du pouvoir se rĂ©fĂ©rent Ă  cette expĂ©rience, racontĂ©e dans un livre publiĂ© il y a quelques temps, afin de « garder Â» en prison des anarchistes accusĂ©s d’actes de sabotage et de solidaritĂ©.

Avec l’arrestation, il y a quelques mois, Ă  Bologne, de quelques anarchistes coupables d’avoir montrĂ© leur solidaritĂ© avec les rĂ©voltes en taule pendant l’état d’urgence, a Ă©tĂ© posĂ© la base thĂ©orique selon laquelle la solidaritĂ© est devenue un dĂ©lit ; l’éniĂšme opĂ©ration rĂ©pressive contre des compagnons, nommĂ©e « Bialystok Â», sert Ă  renforcer le fait qu’il faut punir la solidaritĂ© avec des anarchistes emprisonnĂ©s ou avec des prisonniers en rĂ©volte. Le fait de diffuser et propager, par la pratique et par la thĂ©orie, des idĂ©es de rĂ©volte et d’insubordination, est un dĂ©lit. La tentative d’empĂȘcher l’isolement oĂč on voudrait enfermer certains compagnons (opĂ©ration Scripta Manent) et, encore plus, la dĂ©fense de la richesse des gestes et des idĂ©es du mouvement anarchiste est quelque chose qu’il faut rĂ©primer et entraver, pour mieux frapper ces compagnons-lĂ .

Mais au final, mĂȘme si beaucoup de choses ont changĂ© depuis cette expĂ©rience du dĂ©but du XX siĂšcle, autant de choses sont restĂ©es immuables. Le fait que c’est la vie elle-mĂȘme Ă  pousser vers la rĂ©volte semble ĂȘtre quelque chose d’assez clair, lĂ  oĂč la rage et la violence sont les seuls langages que l’on puisse utiliser contre la cruautĂ© de la rĂ©pression Ă©tatique et Ă©conomique. C’est indĂ©niable que l’institution carcĂ©rale elle-mĂȘme, faite de privation de la libertĂ© et d’humiliation, d’infantilisation et de torture, pousse Ă  se rĂ©volter. C’est indĂ©niable que les Centres de rĂ©tention administrative pour sans-papiers, crĂ©es pour enfermer et dĂ©shumaniser les indĂ©sirables de la sociĂ©tĂ©, poussent Ă  se rĂ©volter. C’est indĂ©niable que le nuclĂ©aire, le contrĂŽle technologique, les infrastructures de l’énergie, faits pour alimenter un monde de marchandises mortifĂšre et totalisant, poussent Ă  se rĂ©volter.

Il suffit de s’en apercevoir, de compter sur son propre corps et d’affiner ses idĂ©es. E si, dans l’horizon triste et Ă©triquĂ© du pouvoir, cela est un dĂ©lit, pour ceux qui combattent l’autoritĂ© il s’agit de la vie.

Solidarité avec tous les anarchistes prisonniers.

Quelques beznachalies***

BibliothĂšque anarchiste Disordine, Lecce
disordine@riseup.net
disordine.noblogs.org

(tract diffusé à Lecce le 8 juillet 2020)

Notes d’Attaque :

* Pavel Goldman, jeun ouvrier d’Ekaterinoslav, membre d’un groupe anarchiste adhĂ©rant Ă  la fĂ©dĂ©ration Chernoe Znamia (drapeau noir). En mai 1906, il est gravement blessĂ© Ă  une jambe par la bombe qu’il voulait lancer contre le train du ministre de Transports. ArrĂȘtĂ©, il est libĂ©rĂ© quelques mois plus tard par un groupe de compagnons, armes Ă  la main. Quand la police trouve sa cachette, Golman tire sur les agents et en tue deux, avant de se suicider avec sa derniĂšre balle. Source : « Anarchici di Bialystok, 1903-1908 Â», Edizioni Bandiera Nera.
** La katorga Ă©tait le systĂšme de camps, gĂ©nĂ©ralement situĂ©s en SibĂ©rie, oĂč Ă©taient envoyĂ© les prisonniers condamnĂ©s Ă  des peines particuliĂšrement sĂ©vĂšres, pendant le rĂ©gime tsariste.
*** « Beznachalie Â» signifie, en russe, « sans autoritĂ© Â». C’était aussi le nom d’une autre fĂ©dĂ©ration de groupes anarchistes, proche de Chernoe Znamia et prĂŽnant, comme celle-ci, un combat Ă  mort contre l’État et la bourgeoisie.


Article publié le 18 Juil 2020 sur Attaque.noblogs.org