Juin 21, 2021
Par ACTA
292 visites


Vendredi matin à Biandrate (Novara, Italie), lors d’un blocage organisé devant un entrepôt de LIDL, Adil Belakhdim, 37 ans, père de deux enfants et coordinateur syndical du SI COBAS, a été fauché et tué par un poids lourd. Ce dernier tentait de forcer un piquet de grève qui avait lieu dans le cadre d’une journée de grève nationale des travailleurs de la logistique organisée pour dénoncer des épisodes récents de répression patronale, mais aussi pour s’opposer à la convention collective nationale récemment signée par les grandes confédérations syndicales. En effet cet accord est fortement contesté par les organisations qui sont majoritaires et réellement représentatives dans le secteur de la logistique : les syndicats de base SI COBAS, Adl COBAS et USB.

Le meurtre d’Adil, qui n’est d’ailleurs pas le premier dans le secteur de la logistique en Italie, est le point culminant d’une escalade répressive violente qui se déchaine depuis des mois contre le syndicalisme de base en général et plus particulièrement contre l’organisation SI COBAS : des grévistes violemment chargés par la police à Piacenza devant un entrepôt de FedEx-TNT, une entreprise US qui a engrangé des profits énormes à l’occasion de la pandémie mais qui vient d’annoncer un plan européen de restructuration avec 6300 licenciements à la clef, jusqu’aux récentes attaques armées menées par des membres de sociétés de sécurité et des briseurs de grèves à San Giuliano Milanese et à Lodi dans un style digne des Pinkertons états-uniens de la fin du XIXème siècle.

Des épisodes qui ont également leur origine dans les liens qui se sont noués entre les patrons de la logistique et le crime organisé – qui a trouvé dans ce secteur, caractérisé par l’importance de la sous-traitance et des illégalismes structurels, une source importante de profits – dans le but d’écraser un mouvement de lutte et de grèves qui dure depuis maintenant plus de 10 ans.

Le secteur de la logistique italien s’est en effet distingué, depuis au moins 2008, non seulement par le niveau de répression antisyndical mais également par le niveau de conflictualité et de résistance assumé par des ouvriers majoritairement immigrés et enrôlés dans un système de sous-traitance basé sur des « coopératives » où le taux d’exploitation et les manquements au droit du travail atteignent des sommets. L’émergence de ce mouvement de lutte a également été rendu possible grâce à un travail de longue haleine mené par des militants du syndicalisme de base, qui ont su remplir le vide laissé par les grandes confédérations syndicales traditionnelles, souvent complices et alliées des patrons de la logistique avec lesquelles elles ont des liens historiques très forts, notamment par le biais de ces fameuses « coopératives ».

Le meurtre d’Adil Belakhdim, et plus généralement ce contexte général de luttes et de répressions intenses dans le secteur de la logistique en Italie, sont révélateurs à la fois de la façon dont le patronat entend gérer le « retour à la normale » après la pandémie et sur la manière dont les États entendent récompenser les « travailleurs en première ligne », ceux qui ont continué à travailler pendant la crise sanitaire et qui ont permis aux géants de la logistique et du e-commerce d’engranger des profits énormes.

Mais ils nous disent aussi quelque chose sur le rôle de plus en plus central que ce secteur en expansion joue dans les filières de production globales. La logistique – comprise ici comme l’ensemble des opérations qui permettent la circulation des marchandises et des informations dans le capitalisme mondialisé – est désormais devenue la véritable infrastructure matérielle de la globalisation, ce qui donne aussi aux travailleurs de ce secteur – des ports aux chemins de fer en passant par le transport routier et les entrepôts – un énorme pouvoir de pression et de blocage. Dans la crise économique qui s’annonce, il faudra alors s’attendre à ce que, en Italie comme ailleurs, une saison de contre-offensive patronale ait lieu dans ce secteur, mais aussi, peut-être une saison de renouvellement du conflit social à partir des luttes de la logistique.

Hier, à Rome, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté en hommage à Adil Belakhdim et pour dénoncer la violence patronale à l’appel du SI COBAS et d’un ensemble de forces militantes réunies au sein du « Pacte anticapitaliste pour un front unique de classe ». Une nouvelle démonstration de force des travailleurs de la logistique et de leurs soutiens dans la capitale, après l’occupation du siège du Parti Démocrate le 4 mai dernier et la manifestation du 21 mai marquée par des affrontements avec les forces de l’ordre devant le parlement. Une manifestation qui annonce, espérons-le, une remobilisation et une recomposition du syndicalisme de base et de l’ensemble des forces du mouvement social qui soit en mesure d’organiser l’autodéfense populaire et de répondre coup pour coup aux attaques des patrons de la logistique, du gouvernement Draghi et de leurs chiens de garde.




Source: Acta.zone