Décembre 7, 2020
Par Attaque
287 visites


Malacoda / lundi 7 décembre 2020

Le matin du 12 juin 2020, le ROS des Carabinieri [Raggruppamento Operativo Speciale, qui s’occupe de criminalité organisée et de terrorisme ; NdAtt.] met en scène l’énième opération anti-terroriste contre des anarchistes en Italie, sur ordre du Parquet de Rome.

Cinq anarchistes finissent dans les geôles de l’État et, au début, deux sont aux arrêts domiciliaires.

Aujourd’hui, nos compagnonnes et nos compagnons sont encore enfermés, tandis que l’un des compagnons initialement soumis aux arrêts domiciliaires est libre.

Parmi les raisons principales de cette affaire judiciaire, il y a l’attaque, avec un engin explosif, contre la caserne des Carabinieri de San Giovanni, à Rome (le 7 décembre 2017), l’incendie de plusieurs voitures de l’entreprise d’autopartage ENI-Enjoy (le 28 février 2019), des rassemblements devant différentes prisons, l’organisation de débats, d’assemblées et de concerts pour ramasser des fonds [pour les prisonnier.e.s ; NdAtt.].

Encore une fois, l’objectif du pouvoir est de frapper celles/ceux qui assument la solidarité comme pratique offensive et soutiennent activement les compagnons et les compagnonnes enfermées dans les prisons de l’État.

Après plus de cinq mois d’enfermement dans les sections Haute sécurité 2, dont trois en isolement, avec leur courrier censuré et saisi, les parloirs bloqués et remplacés par la visioconférence et des brefs appels téléphoniques, nos compagnonnes et nos compagnons vont faire face au début du petit théâtre judiciaire, probablement le 14 décembre 2020.

C’est la raison pourquoi nous lançons cet appel (plus urgent que jamais, de ces temps) à la solidarité avec ceux qui se trouvent dans les mains du pouvoir, la même solidarité qu’ils voudraient juger.

Une solidarité que nous ressentons comme complice et multiforme. Que nous pensons être l’attaque directe contre ceux qui voudraient la voire vaincue par la résignation.

Malheureusement, le soutien se fait aussi par l’ignoble argent, afin de permettre à la défense de pouvoir réfuter les différentes expertises demandées par le Parquet, par le biais des services d’experts.

Il est désormais évident que l’apparat répressif est en train d’affiner l’utilisation d’instruments techniques-scientifiques pour donner de la substance à ses accusations.

Si, lors de procès récents ou plus vieux, la preuve la plus importante a été l’utilisation de traces d’ADN, dans ce procès-ci nous assistons à la tentative d’introduire, le considérant comme valables, de nouveaux instruments, comme l’utilisation des données biométriques.

En tant que compagnonnes et compagnons, nous considérons comme important de se doter de tous les instruments dont on dispose, pour contrer ces nouvelles pratiques d’accusation, qui sont en train de faire jurisprudence sur le dos de nos compagnons et de nos compagnonnes.

Nous invitons donc toutes les individualités et tous les collectifs à soutenir nos compagnons et nos compagnonnes de la manière qu’ils penses opportune, aussi, si possible, au niveau économique, par la caisse de solidarité de l’opération « Bialystok ».
Ici l’IBAN de la carte prépayée où l’on peut envoyer des participations économiques :

Code IBAN: IT40B3608105138206892206896
Titulaire: Pietro Rosetti
Code SWIFT/BIC: BPPIITRRXXX

Nous réaffirmons l’importance de la complicité, de la proximité avec les prisonnier.e.s, par le courrier et surtout par la continuation des luttes, dont ils/elle continuent à faire partie !

Ils voudraient nous enterrer, mais ils ne savent pas que nous sommes des graines.
Pour que la subversion fleurisse.
Pour l’Anarchie.

Les adresses pour écrire aux compas emprisonné.e.s à la suite de l’opération Bialystok :

Claudio Zaccone
C. C. di Siracusa
Strada Monasteri, 20/C
Contrada Cavadonna
96014 – Floridia (Italie)
(on vous conseille de lui écrire par poste prioritaire).

Flavia Digiannantonio
C. C. di Roma Rebibbia femminile
Via Bartolo Longo, 92
00156 – Roma (Italie)

Nico Aurigemma
C. C. di Terni
Strada delle Campore, 32
05100 – Terni (Italie)

Francesca Cerrone
C. C. di Latina, sezione femminile
Via Aspromonte, 100
04100 – Latina (Italie)

Roberto Cropo [il parle aussi français ; NdAtt.]
C. C. di Alessandria «S. Michele»
Strada statale per Casale, 50/A
15121 – Alessandria (Italie)




Source: Attaque.noblogs.org