Septembre 29, 2022
Par Marseille Infos Autonomes
166 visites

Traduction de la revue de presse antiraciste suisse allemande Antira-Wochenschau

Bien que le parti ne se qualifie pas lui-mĂȘme de fasciste, il prĂ©sente de nombreuses caractĂ©ristiques fascistes. Il glorifie l’Italie et son passĂ© mythique. Il dĂ©fend une vision du monde autoritaire et hiĂ©rarchisĂ©e. Il vise Ă  la domination d’un groupe construit comme supĂ©rieur – les Italien·ne·s. Il criminalise et combat toute forme de dĂ©viance. Il a recours Ă  une rhĂ©torique de propagande destructrice. Nous verrons dans quelle mesure les Fratelli d’Italia utiliseront leur position de force pour saper les institutions dĂ©mocratiques et dĂ©manteler les droits fondamentaux, comme ceux des femmes, des rĂ©fugié·e·s, des migrant·e·s, des LGBTIQ et d’autres minoritĂ©s.

Le concept de fascisme permet de comprendre comment les agressions classistes, transphobes, hĂ©tĂ©rosexistes, racistes sont liĂ©es. Que ce soit dans la rue, dans les mĂ©dias ou au parlement, elles font partie d’un mĂȘme agenda qui vise de maniĂšre violente la domination patriarcale nationaliste blanche. Tout cela peut ĂȘtre rĂ©sumĂ© et analysĂ© comme du fascisme. Le fascisme n’est pas de l’histoire, mais du prĂ©sent. Le fascisme a des conjonctures et il est modulable. En Italie, on voit bien comment le fascisme est Ă  la fois un mouvement social, une idĂ©ologie et un pouvoir Ă©tatique. AprĂšs les Etats-Unis et Trump, les dĂ©mocrates suĂ©dois ou le rĂ©gime d’Orban en Hongrie, on constate que les dĂ©mocraties libĂ©rales, qui se veulent mĂȘme antifascistes, peuvent devenir des foyers de fascisme.

Alerta, Alerta !

Italie – Face Ă  la menace fasciste, solidaritĂ© fĂ©ministe !

Texte paru lundi 26 septembre sur l’Instagram de la Coordination FĂ©ministe

Hier soir, le parti “Fratelli d’Italia” de Giorgia Meloni a remportĂ© les Ă©lections lĂ©gislatives et celle-ci va devenir prĂ©sidente du Conseil : c’est le retour du fascisme en Italie.

La Coordination fĂ©ministe s’inquiĂšte de cette nouvelle avancĂ©e du fascisme en Europe et nous rĂ©affirmons la portĂ©e fondamentalement antifasciste de notre fĂ©minisme. Nous le disons ici et le redirons encore : l’extrĂȘme-droite est toujours l’ennemie objective des droits des femmes et des minoritĂ©s de genre. Celle qui ne se cache pas d’ĂȘtre admirative de Mussolini, le pĂšre du fascisme lui-mĂȘme, a fait campagne avec un discours fonciĂšrement anti-fĂ©ministe, qui dĂ©fend la “famille naturelle” et qui entend lutter contre le “lobby LGBT”. Marine Le Pen, plus discrĂšte sur ces questions, se rĂ©jouit Ă©videmment clairement de sa victoire, car elle aussi est l’ennemie des droits des femmes et des minoritĂ©s de genre.

Nous voulons ici apporter tout notre soutien aux femmes et minoritĂ©s de genre en Italie. Le mandat de Meloni annonce un recul grave de leurs droits, notamment reproductifs. Le droit Ă  l’IVG y est dĂ©jĂ  compliquĂ© Ă  cause du recours massif Ă  la clause de conscience (contre laquelle nous nous battons aussi en France), et il risque d’y ĂȘtre largement entravĂ©, le parti Fratelli d’Italia ayant dĂ©jĂ  apportĂ© un soutien financier massif aux organisations anti-avortement. La Coordination fĂ©ministe appelle Ă  rejoindre les mobilisations de ce mercredi 28 septembre pour dĂ©fendre le droit Ă  l’avortement, en solidaritĂ© avec les italien.ne.s, mais aussi parce que leur situation nous rappelle encore une fois que ce droit n’est jamais acquis.

Nous ne battrons le fascisme que par la lutte et affirmons ici la nécessité de mener le combat antifasciste partout, en France, en Italie, et partout ailleurs.

Siamo tutt* antifascist*.

#feminisme #italie #antifascismo #antifascista #grevefeministe #italia




Source: Mars-infos.org