Décembre 8, 2020
Par Contretemps
393 visites


Lire hors-ligne :

Après le confinement de mars à mai 2020, les gouvernements nationaux et régionaux n’ont pas fait grand-chose pour se préparer de façon adéquate à la deuxième vague. Cela a mené à une aggravation de la crise sanitaire et sociale. Selon les expert.e.s, le virus est difficilement maîtrisable, les unités de soins intensifs des hôpitaux sont surchargées et le personnel soignant atteint ses limites.

« Avec ce niveau de nouvelles infections, le nombre de tests effectués n’a plus de sens. Il était logique de faire 400 000 tests par jour pour briser les chaînes d’infection. Mais maintenant, le virus est hors de contrôle et nous n’en sortirons pas avant fin 2021, début 2022 ». C’est ainsi qu’Andrea Crisanti, virologue et professeur de microbiologie à l’université de Padoue, a expliqué au quotidien La Repubblica, le 15 novembre 2020, la situation sanitaire de l’Italie face à la pandémie en cours.

Les chiffres sur le virus, publiés quotidiennement par le ministère de la santé, confirment ces propos : après un été plutôt calme, la courbe d’infection a recommencé à monter à partir de la mi-septembre 2020 ; le 16 octobre, le nombre quotidien de nouveaux cas dépassait les 10 000 et arrivait à un pic de 40 902 un peu moins d’un mois plus tard (13 novembre 2020). Le nombre de décès a également connu une hausse lente mais certaine, atteignant 853 le 24 novembre.

Mais les images qui ont été publiées dans la presse internationale ces dernières semaines sont bien plus impressionnantes que ces chiffres. À l’hôpital de Rivoli (Turin), les patient.e.s suspectés d’être atteints de Covid ont été laissés seuls pendant des jours aux urgences sur des brancards de campagne, après quoi le syndicat du personnel infirmier NurSind a vivement condamné l’inactivité des politiciens dans une note officielle : « Patients atteints de Covid au sol, couloirs sales, travaux de reconstruction jamais terminés et manque massif de personnel. Telles sont les conditions dramatiques du système de santé dans le Piémont. Nous ne savons pas quoi dire. »

Comme le montre l’exemple de la Calabre, la situation dans le sud du pays est encore plus tragique. Depuis 2010, le système de santé calabrais est sous contrôle provisoire en raison de la mauvaise gestion et de l’infiltration de la mafia. Début 2019, Saverio Cotticelli, un ancien général des carabiniers, a été nommé commissaire pour le secteur sanitaire dans la région. Le 6 novembre 2020, il s’est toutefois déclaré surpris par la tâche d’élaborer un plan de lutte contre la propagation du virus. « Je dois élaborer un plan Covid opérationnel ? Je ne le savais pas », a-t-il déclaré devant la caméra de RaiTre. En fait, personne au sein du gouvernement régional n’avait assumé cette responsabilité et aujourd’hui, la Calabre connaît une situation catastrophique. Saverio Cotticelli a été contraint de démissionner de son poste.

Ce sont deux cas exemplaires de mauvaise gestion systématique, qui sont devenus encore plus évidents avec la crise de la Covid. Où en est l’Italie aujourd’hui, huit mois après le déclenchement de la pandémie, en termes de santé et de politique sociale ?

L’inaction des gouvernements

Après que les courbes des nouveaux cas et des décès ont lentement mais sûrement diminué en mai et juin et sont restées à un niveau bas et stable tout au long de l’été, leur augmentation constante à partir de la mi-septembre a suscité beaucoup d’inquiétudes. Les images des militaires, qui avaient dû retirer les cercueils dans la ville lombarde de Bergame parce que le crématorium de la cité bergamasque avait atteint ses limites de capacité, façonnent encore la mémoire collective des Italien.ne.s.

Cependant, bien qu’au début de la deuxième vague, la quantité de nouvelles infections ait fortement augmenté, le nombre de victimes est resté faible au début. Cela est dû au fait que, lors de la première vague, les cas positifs ont été détectés à un stade déjà développé de la maladie, alors qu’avec l’augmentation du nombre de tests quotidiens effectués au début de la deuxième vague, un grand nombre de personnes testées positives ne présentaient aucun symptôme. Elles étaient au début de l’évolution de la maladie. Cependant, à mesure que la maladie progressait, la courbe des victimes a en fait recommencé à augmenter à la mi-novembre.

La capacité à maîtriser l’évolution de la maladie dépend fortement de la capacité à hospitaliser les personnes présentant des symptômes et à les soigner dans des unités de soins intensifs (capacité de soins intensifs). Dans le cadre du plan national de lutte contre le coronavirus, le gouvernement a décidé d’agrandir les unités de soins intensifs afin de pouvoir mieux faire face à une deuxième vague qu’à la première. Toutefois, la mise en œuvre des politiques est de la responsabilité des régions. Selon l’analyse des données du quotidien IlSole24Ore, seules deux régions (Vénétie et Val d’Aoste) sur 21 avaient atteint l’objectif fixé à la mi-octobre.

Dans la plupart des régions – y compris celles qui ont été gravement touchées comme la Lombardie, le Piémont et la Campanie – les unités de soins intensifs ont été agrandies pendant l’été de 10 % au maximum des places indiquées dans le plan national d’urgence. Selon l’Agence des services régionaux de santé, les hôpitaux ont atteint la « limite critique » de 30 % des patients atteints de Covid* en soins intensifs dès la mi-octobre, et à la mi-novembre, dans 17 régions, plus de 40 % des places étaient occupées par des patient.e.s atteints de Covid.

De plus, selon l’organisation sanitaire Gimbe, le système italien de dépistage et de traçage n’était plus en mesure de retracer les chaînes d’infection. Pour plus de 80 % des personnes testées positives chaque jour, il n’est pas possible de savoir dans quel contexte social l’infection se produit. En fait, il y a peu de statistiques à ce sujet, seul l’Institut national pour l’assurance contre les accidents du travail Inail (Istituto nazionale per l’assicurazione contro gli infortuni sul lavoro) publie régulièrement les maladies Covidiennes au travail. Selon ce rapport, environ 10 % de toutes les infections se produisent sur le lieu de travail, un tiers de tous les décès au travail sont dus au Covid-19 en 2020 – et la tendance est à la hausse. Même si le virus a échappé à tout contrôle et que le système de santé a été soumis à un stress important, les dirigeants politiques n’ont pas fait grand-chose pour résoudre ces problèmes.

Mais cela ne signifie pas qu’aucun argent n’a été versé pendant cette période. En particulier dans les grandes régions comme la Lombardie, la Campanie et la Toscane, des « investissements dans les soins de santé » plus importants ont été réalisés depuis le début de la pandémie. L’agence nationale anticorruption Anac a suivi ces dépenses et a découvert des différences régionales frappantes. Alors que dans la région de Vénétie, beaucoup d’argent a été dépensé pour les tests Covid, en Campanie, des dispositifs de protection individuelle tels que des masques ont été achetés. Au cours des quatre premiers mois de l’année, 204 millions d’euros ont été « investis » en Campanie, pour lesquels pas moins de 1 279 procédures d’appel d’offres ont été lancées. La Campanie est également l’une des régions où les dépenses par habitant sont les plus élevées pour chaque patient Covidien avec 76.308 euros. Dans ce contexte, le ministère public de Naples mène aujourd’hui diverses enquêtes sur le financement irrégulier de particuliers par la région.

Les profits privés contre la santé collective

Ces quelques exemples le montrent : la deuxième vague de la pandémie Covid 19 révèle de plus en plus les contradictions qui sous-tendent l’ensemble de la politique (sanitaire) telle qu’elle a été menée ces dernières décennies. La politique d’austérité dans le système de santé consiste principalement à réduire le nombre de lits dans les unités de soins intensifs publiques et parmi le personnel de santé, ce qui met à rude épreuve le système de santé national en situation de crise. Ces développements sont maintenant utilisés politiquement pour faire avancer la restructuration et la privatisation du système de soins de santé.

Cela touche particulièrement la médecine dite territoriale. Avec le décret d’urgence introduit le 9 mars, le gouvernement a ordonné aux régions de mettre en place des équipes médicales pour 50 000 habitants, de porte à porte afin de soutenir les médecins de famille, afin de traiter gratuitement les patients atteints de covid ou les personnes présentant des symptômes,. Les « Usca » (Unità Speciali di Continuità Assistenziale) n’ont cependant pas été mobilisées par toutes les régions, de sorte que les cliniques privées utilisent ce vide pour offrir leurs services.

En Lombardie, par exemple, ces équipes médicales n’ont pas été mises en place et les malades ont été contraints de recourir à des établissements de santé privés. Cependant, les cliniques privées ne proposent pas de tests et d’examens spécialisés gratuits ; au contraire : un test coûte 75 euros et un examen spécialisé 450 euros. De cette manière, les personnes à faible revenu et en situation de pauvreté sont de facto exclues du système de santé publique.

Les cliniques privées profitent ainsi de ce sous-financement systématique des hôpitaux publics. Les gouvernements régionaux ont utilisé l’augmentation exponentielle du nombre de cas Covid et le manque de places en thérapie intensive pour remplir les poches des cliniques privées. La région de Campanie verse aux cliniques privées 1000 euros pour chaque place inoccupée en thérapie intensive et 360 euros pour chaque place inoccupée en thérapie sous-intensive. Il s’agit donc d’un paiement anticipé pour un service qui n’a pas encore été fourni et qui, selon l’évolution de la pandémie, ne le sera jamais par les cliniques privées – des dépenses qui devraient en fait être investies dans l’expansion des installations publiques.

Il ne s’agit pas simplement d’un manque d’intervention de l’État lorsque la pandémie éclate. Les difficultés actuelles de la politique de santé sont l’expression de la faiblesse structurelle du système national de santé, qui prévalait déjà avant la pandémie et qui est le résultat de décisions politiques antérieures : l’austérité, la restructuration néolibérale et la privatisation des services publics.

Le personnel de santé au bord du gouffre

Les conséquences de cette politique néolibérale impactent d’abord les patients. Les personnes atteintes de coronavirus ne trouvent qu’avec beaucoup de difficultés une place en soins intensifs. Beaucoup meurent par manque de places et d’ambulances avant même d’entrer à l’hôpital. Les personnes atteintes d’autres pathologies doivent reporter leur traitement pour la même raison et risquent de voir leur santé se détériorer ; en revanche, si elles se présentent à l’hôpital en urgence, elles risquent de contracter le Covid-19 en raison de la situation précaire des structures sanitaires. Par conséquent, c’est le personnel soignant qui doit gérer au quotidien le fardeau de cet état désastreux du système de santé national.

Les travailleurs.euses de la santé qui étaient encore appelés « héros » au début de la pandémie ont été littéralement abandonnés par les politiciens à leur propre sort. À ce jour, plus de 200 médecins sont morts du virus. Dans une déclaration du 18 novembre, les syndicats critiquent vivement cet état de fait : « Plus de 20 000 travailleurs.euses de la santé ont été infectés par le virus, y compris des médecins généralistes qui sont souvent obligés de travailler sans équipement de protection. Les établissements de soins de santé manquent de personnel et ceux qui travaillent sont obligés d’effectuer un double horaire de travail. Jusqu’à présent, compte tenu des conditions dramatiques, nous n’avons vu aucun investissement structurel pour étendre le réseau territorial de médecine générale : manque d’activation des équipes médicales allant de porte à porte, aucune perspective de recrutement permanent de personnel infirmier, d’urgence et d’ambulance ».

De plus, dans certaines régions, les travailleurs.euses de la santé risquent même des mesures disciplinaires et des pertes d’emploi s’ils rendent compte publiquement de leurs conditions de travail et des conditions dans les établissements de soins. Un autre exemple négatif est la région de Campanie, où, début octobre, après la publication d’images choquantes des conditions sanitaires au centre d’immunologie de Codugno et au plus grand hôpital de Cardarelli, la cellule de crise régionale de Covid a imposé un muselage aux travailleurs.euses de la santé et a interdit aux médias de s’approcher des installations et d’en faire des reportages.

Dans ce contexte, ce n’était qu’une question de temps avant que le personnel de santé ne décide de protester. À la mi-novembre, des médecins et des infirmières ont manifesté dans divers établissements de soins en Italie, croisant les bras pour attirer l’attention sur leur situation professionnelle. Les grands syndicats ont annoncé une journée de protestation dans toute l’Italie pour le 9 décembre.

Au-delà de la crise sanitaire

Alors que le système national de santé s’effondre, le gouvernement central est toujours occupé à trouver un équilibre entre les exigences sociales, économiques et sanitaires. En raison du premier blocage, le PIB italien a enregistré une baisse de 12,4 % au deuxième trimestre 2020. Sous la pression de l’association d’entreprises Confindustria, le gouvernement n’est pas prêt à imposer un deuxième confinement pour toute l’Italie. En outre, des manifestations sociales ont éclaté à la mi-octobre contre les fermetures, réclamant un soutien financier pour les salarié.e.s et les petits indépendants. La population dans sa grande majorité refuse un deuxième confinement ; il faut dire que pendant le premier confinement, les problèmes psychologiques et sociaux ont fortement augmenté (suicide, violence domestique, féminicides, vente de psychotropes, dépression et anxiété, etc.)

L’incapacité des exécutifs à maîtriser cet équilibre devient particulièrement évidente lorsqu’il s’agit de la réouverture des écoles. Au cours de l’été, la ministre de l’Education Lucia Azzolina s’était exclusivement appuyée sur le « renouvellement des infrastructures » et avait distribué des millions à des fournisseurs privés de nouveaux pupitres d’école et de matériel anti-Covid par le biais d’appels d’offres publics. Cependant, des problèmes bien plus importants n’ont pas été résolus : environ 200 000 enseignant.e.s dans toute l’Italie ont continué à n’avoir qu’un emploi temporaire, ont été contraints de travailler dans des conditions précaires dans différentes écoles et sont ainsi devenus porteurs du virus. De même, aucun investissement n’a été fait dans les transports publics (scolaires), les bus et les trains surchargés sont devenus des points chauds de la propagation du virus, où les travailleurs.euses et les étudiants se déplacent quotidiennement.

Peu après la réouverture des écoles à la mi-septembre, elles ont été à nouveau fermées en octobre avec la montée de la courbe d’infection et transférées à l’enseignement à distance. Les enfants et les jeunes sont exclus du processus éducatif, surtout dans les régions et les familles les plus pauvres qui, pour des raisons économiques, ne disposent pas d’une connexion Internet stable et d’un accès aux ordinateurs et dont les parents sont obligés de continuer à travailler. Aujourd’hui, environ la moitié des 8,4 millions d’élèves sont obligés de suivre les cours depuis leur domicile. Le potentiel des écoles à transformer leurs locaux en un lieu de dépistage et de traçage tout en garantissant le droit à l’éducation a été raté.

Au lieu de créer un contexte qui minimiserait les conséquences sanitaires et sociales de la crise – fermeture d’activités économiques non essentielles, expansion des systèmes de santé publique, d’éducation et de transport, soutien financier aux salariés qui perdent leur emploi – la situation devient toujours plus dramatique et les temps sont sombres.

*

Original : https://www.rosalux.eu/de/article/1831.eine-angek%C3%BCndigte-katastrophe.html

à voir aussi

(Visited 1 times, 1 visits today)
Lire hors-ligne :



Source: Contretemps.eu