Après trois échéances électorales et 14 mois de campagne permanente, l’État d’Israël a un nouveau gouvernement. Même les élections de mars 2020 n’avaient pas abouti à une majorité solide, aucune des deux coalitions possibles n’ayant obtenu les 61 sièges nécessaires pour gouverner. À partir de ce moment, des négociations fébriles ont commencé, avec un rôle important joué par le président de la république, Rivlin, qui ne voulait pas d’un quatrième tour.

Pendant quelques jours, en mars, l’impossible a même été envisagé, c’est-à-dire un gouvernement centriste dirigé par Gantz qui aurait le soutien extérieur de la Joint Arab List, la liste représentant les trois partis palestiniens. Un tel fait (les partis palestiniens soutenant le gouvernement) ne s’est produit, dans l’histoire d’Israël, qu’avec le dernier gouvernement Rabin avant son assassinat.

Personne ne saura jamais ce qui se serait passé si l’accord avait été conclu : un incendie de courte durée, incapable de combler les différences abyssales entre les partis de soutien ? Ou un gouvernement forcé pour la première fois de considérer la minorité palestinienne, qui a toujours été discriminée et ségréguée, comme faisant partie intégrante du pays. Quelques jours plus tard, 3 députés du centre ont déclaré qu’ils ne voteraient pas pour un gouvernement soutenu par les Palestiniens : la majorité n’était plus là et les négociations ont repris.

Finalement, ce que les deux principaux rivaux, Benny Gantz et Benjamin Netanyahou, avaient solennellement promis de ne pas faire est arrivé, à savoir une Grosse Koalition basée sur une alternance du Premier ministre tous les 18 mois. Netanyahou le faucon sera le premier, le suivant devrait être Gantz, du moins sur le papier.

Les deux dirigeants ont décidé de qualifier ce gouvernement de gouvernement d’urgence en raison de l’épidémie de coronavirus, mais il est clair que ce n’est là qu’un jeu rhétorique pour un gouvernement qui jouit d’une large majorité (73 sièges) et qui a donc de bonnes chances de rester longtemps au pouvoir.

Cette décision a conduit à une rupture partielle du Parti Bleu et Blanc de Gantz – une alchimie électorale née sur les décombres d’autres partis centristes qui étaient au départ de fiers opposants à Nétanyahou. En fait, une petite partie des élus se sont déclarés contre l’accord et ont quitté le parti, rejoignant ainsi les groupes d’opposition, tandis que le parti ultra-orthodoxe Shas et le Labour ont rejoint le gouvernement de Netanyahou, garantissant ainsi une forte majorité.

Un gouvernement pour annexer les terres ?

L’un des points centraux de l’accord entre Gantz et Netanyahou est la désormais célèbre annexion de parts entières de la Cisjordanie. Cette question a été largement débattue au niveau international, même si aucun plan écrit n’a été présenté, mais il y a actuellement des centaines de déclarations d’intention imprégnées d’une violente rhétorique coloniale de la part des membres du nouveau gouvernement.

L’annexion concernerait de vastes territoires dans la zone C de la vallée du Jourdain. La zone C est l’ensemble des zones de la Cisjordanie qui, en vertu des accords d’Oslo, restent sous contrôle civil et militaire israélien. Ce sont des zones rurales qui représentent 61 % de la Cisjordanie et qui comprennent évidemment les colonies, où vivent environ 400 000 colons.

Environ 300 000 Palestiniens vivent dans la zone C, pour la plupart de petits agriculteurs, ou des navetteurs vers les grandes villes, ou des travailleurs dans des usines et sur des terres occupées par des colons. Les Palestiniens de la zone C vivent dans des conditions d’apartheid explicite : ils ne peuvent pas acheter de terres, ne peuvent pas creuser de puits d’eau, ne peuvent pas produire d’énergie, ne peuvent pas construire de routes, ne peuvent pas construire ou acheter de maisons. Les Palestiniens de la zone C n’ont pas d’écoles, à l’exception de quelques écoles primaires, d’hôpitaux ou d’infrastructures à leur disposition.

Il y a une tentative organique de voler leurs terres et de les chasser avec les moyens disponibles, qui vont des attaques armées de colons, comme dans la région de South Hebron Hills, à divers expédients pseudo-légaux. La vallée du Jourdain, en revanche, est une longue vallée fertile située entre les montagnes de Cisjordanie (où se trouvent toutes les principales villes palestiniennes) et la frontière avec la Jordanie. Il s’agit d’une zone géographique rurale presque entièrement située dans la zone C, à l’exception de la seule ville de taille moyenne : Jéricho.

Par sa taille, c’est une zone qui équivaut à 30 % des territoires occupés par Israël. C’est une zone située sous le niveau de la mer, qui bénéficie d’un climat semi-tropical toute l’année, ce qui lui permet d’être une source inépuisable et constante de fruits et légumes pour la population palestinienne.

Le long du Jourdain, il existe des dizaines de colonies israéliennes qui ont la caractéristique de ne pas être des villes densément urbanisées comme les colonies entourant Bethléem, Naplouse ou Hébron, mais qui sont de petites villes agrandies territorialement à des fins agricoles. En fait, les colons ont pris possession de grandes surfaces de terre et ont construit des fermes qui permettent à Israël de produire des fruits tropicaux douze mois par an, un type de récolte qui serait impossible sur les rives de la Méditerranée.

C’est précisément en raison de cette caractéristique que les colonies de la vallée du Jourdain produisent des avocats, des ananas, des mangues et des pamplemousses, qui ont souvent été la cible des campagnes internationales de boycott du mouvement BDS. On estime que 11 000 colons israéliens et 65 000 Palestiniens vivent dans la vallée, pour la plupart des agriculteurs qui ont développé d’importants réseaux de solidarité au fil des ans, compte tenu de leur existence précaire.

Quelles seraient les conséquences de l’annexion ?

Certains commentateurs ont souligné que la vie de la population palestinienne de la zone C est déjà extrêmement misérable, que les Palestiniens y sont privés de leurs droits humains fondamentaux, et que la situation au quotidien ne changerait donc pas beaucoup. La Cisjordanie est un territoire qui peut déjà être considéré comme annexé de facto par Israël. Paradoxalement, l’annexion pourrait permettre certaines libertés, par exemple la possibilité de se déplacer y compris sur le territoire israélien ou d’exiger des droits pour ceux qui travaillent dans les fermes israéliennes.

En fait, on imagine que le statut de ces citoyens pourrait être similaire à celui des habitants de Jérusalem-Est, qui sont des « résidents permanents » d’Israël, pouvant se déplacer à travers le territoire ainsi qu’en Cisjordanie mais qui ne jouissent d’aucun droit de citoyenneté, qui sont quasi apatrides, et sont donc fortement discriminés ainsi que victimes d’abus et de contrôles. Par exemple, l’atterrissage à l’aéroport Ben Gurion est souvent un cauchemar pour eux.

Pour certains analystes, l’annexion de la vallée du Jourdain pourrait donner un élan nouveau à la lutte pour les droits civils de tous ceux qui vivent entre la Jordanie et la Méditerranée, car elle ferait tomber les dernières illusions sur un hypothétique État palestinien (ou rendrait ridicules ceux qui le soutiennent encore) et montrerait clairement la voie de l’État démocratique pour tous comme seule voie possible de libération.

Il pourrait également s’agir d’un mouvement qui mette en crise le statu quo politique actuel entre Israël et la Palestine, en vigueur depuis la fin de la seconde intifada, qui « normalise » et en quelque sorte anesthésie l’occupation et qui limite ainsi fortement toute perspective de transformation de la réalité.

Si ces risques existent, on peut se demander pourquoi Nétanyahou veut poursuivre dans cette voie avec une telle détermination. Le Premier ministre est un homme politique qui est assez intelligent pour ne prendre des mesures que lorsqu’il en a bien mesuré les effets possibles. Concrètement, l’annexion permettrait au gouvernement de bénéficier d’une certaine cohésion interne du fait de cette initiative.

Un tel acte d’agression et d’expansion militaire à l’encontre du droit international serait très utile pour ressouder les différentes composantes de la droite israélienne, puisque l’agression contre les Palestiniens est historiquement un élément unificateur. Cela permettrait également au Likoud d’obtenir un consensus avec la droite, or c’est justement la difficulté d’avoir le contrôle total de la droite et le vote des colons qui ont empêché Nétanyahou de construire un gouvernement durant un an et demi. En outre, il y a des raisons purement économiques.

Grâce à l’annexion de la vallée du Jourdain, il deviendra beaucoup plus facile d’exproprier les Palestiniens qui y vivent – un processus connu des habitants de Jérusalem-Est qui sont constamment menacés d’expropriation de leurs maisons. La différence réside dans le fait que, dans ce cas, ce ne sont pas les maisons et les palais expropriés qui seraient saisis par un recours instrumental à la loi, comme cela se produit chaque mois dans la « ville sainte », mais des terres fertiles qui permettraient aux entreprises des colons de se développer considérablement.

Il est également à craindre que plus d’un petit nombre de Palestiniens soient expulsés, or nous savons que l’équilibre démographique est l’une des plus grandes préoccupations de la droite israélienne, étant donné qu’à peu près la même quantité de Juifs et de Palestiniens vivent aujourd’hui entre le Jourdain et la Méditerranée, mais la dynamique de croissance est en faveur des derniers.

Les Palestiniens qui essaieront de rester finiront par travailler comme ouvriers pour les colons, comme c’est déjà le cas de beaucoup d’entre eux aujourd’hui, et ils constitueront une main-d’œuvre beaucoup moins chère que les Philippins et les Thaïlandais, qui forment actuellement la majorité des travailleurs de l’agriculture israélienne le long de la Méditerranée.

Le monde reste sans rien faire

L’opération d’annexion ne serait pas sans coût, du moins en apparence. Abbas promet que l’annexion interrompra le programme de coopération entre l’ANP et Israël en matière de sécurité et de justice. Cette coopération est très importante pour Israël, qui peut contrôler les territoires occupés par un intermédiaire et sans se salir les mains. Peu de gens, cependant, croient qu’un vieux leader délégitimé comme Abbas se risquera véritablement à un tel geste, notamment parce qu’il est toujours victime de chantage avec les fonds des impôts directs qui sont entièrement administrés par Israël et sont ensuite remis en partie et sous certaines conditions à l’ANP qui les utilise comme source interne de revenus.

Plus problématique pourrait être la réaction du Royaume de Jordanie, qui menace de mettre un terme aux accords de paix historiques avec Israël et craint certainement un afflux de Palestiniens à l’intérieur de ses frontières à la suite de l’annexion. Il faudra voir si la Jordanie passera des paroles aux actes.

Sur le plan international également, l’Europe a menacé Israël de répercussions, mais étant donné l’attitude historique de bienveillance envers Israël, il est douteux que quelque chose se produise, tandis que Trump est un fervent partisan de l’annexion et que l’une des raisons pour lesquelles celle-ci se produira en 2020 est qu’il souhaite en tirer profit pour la présidentielle américaine.

Il est certain que l’annexion rendra à nouveau manifeste le violent laboratoire ultra-libéral d’exploitation, de contrôle et de quadrillage de la population qui a lieu en Israël et en Palestine. Le gouvernement parviendra une fois de plus à trouver un point d’appui entre le juridique et le militaire pour exploiter encore davantage les terres, les populations et les ressources. Ainsi, Tel-Aviv pourra contrôler, utiliser, discriminer et en partie expulser la population non juive et permettre la domination de son élite, composée d’anciens militaires de haut rang, sur l’économie et la société.

Le seul espoir réside dans le fait que cette annexion est une manoeuvre éhontée et brutalement contraire au droit international et qu’elle pourrait susciter des réactions internes et externes. Celles-ci, à leur tour, pourraient générer de nouveaux soulèvements, ou des trajectoires de lutte novatrices comme par exemple une campagne transnationale pour les droits civils et la fin de l’Apartheid que plus d’un petit nombre de Palestiniens commencent à souhaiter.


Article publié le 30 Mai 2020 sur Nantes.indymedia.org