Le pouvoir judiciaire iranien a donnĂ© un ultimatum Ă  Leyla Hosseinzadeh pour qu’elle se prĂ©sente avant le 14/01/2022 afin de lui appliquer une peine de 5 ans de prison. Leyla est une Ă©tudiante en anthropologie de l’UniversitĂ© de TĂ©hĂ©ran et une dĂ©fenseure du mouvement ouvrier. Elle vient d’ĂȘtre libĂ©rĂ©e, sous une trĂšs lourde caution, aprĂšs une arrestation violente et 26 jours d’emprisonnement. Leyla a la maladie de Crohn, c’est pourquoi la mĂ©decine lĂ©giste a fait une attestation selon laquelle elle ne peut supporter aucun emprisonnement.

Leyla est condamnĂ©e Ă  5 ans de prison pour avoir organisĂ©,avec quelques autres Ă©tudiants, une fĂȘte d’anniversaire pour Mohammad Sharifi Moghadam, un autre Ă©tudiant en prison pour des raisons politiques. Ils ont aussi fredonnĂ© le chant du « sang des roses Â» qui est inadmissible pour le juge.

Leyla a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© emprisonnĂ©e, il y a deux ans, pendant plusieurs mois. Elle a eu la maladie de Crohn Ă  la prison et a besoin de mĂ©dicaments. Les conditions de dĂ©tention et l’attitude inhumaine des geĂŽliers surtout envers les prisonniers politiques peuvent mettre sĂ©rieusement en danger la vie de Leyla.

L’écrivain, poĂšte, rĂ©alisateur et membre de l’Association des Ecrivains d’Iran Baktash Abtin Ă©tait un prisonnier politique. Il a eu la Covid-19. Mais les responsables pĂ©nitentiaires ont refusĂ© de le transfĂ©rer Ă  l’hĂŽpital Ă  temps. Il est dĂ©cĂ©dĂ© le 08/01/2022 Ă  47 ans.

Arash Djohari est un ouvrier condamné à 16 ans de prisons. Il est emprisonné depuis 17 mois. Shadi Gilak, son épouse, est une infirmiÚre qui a été mise à la prison le 07/01/2022 pour un an.

Les exemples ne manquent pas. Leyla Hosseinzadeh ne doit pas aller en prison une nouvelle fois. Sa vie sera en grave danger.




Source: Laboursolidarity.org