Mars 9, 2017
Par Mille Babords
296 visites

Aujourd’hui le communisme semble chose du passé. Qu’est donc devenu le vieux spectre que décrivait Marx en 1847 ? Nos contemporains n’y voient plus qu’un cadavre. Le « mouvement réel qui abolit les conditions existantes » n’a en apparence accouché que d’un monstre. L’espoir d’émancipation intégrale que portait le communisme s’est évanoui. Il a cédé la place à une réalité tragique, un sombre tableau peint aux couleurs du sang, de la mort et du travail forcé, à côté de laquelle le parlementarisme bourgeois fait figure de moindre mal. La « construction du socialisme », qui devait nous mener au ciel, nous a conduit en enfer. Loin d’avoir été abolis, l’État, l’économie, l’exploitation de l’Homme par l’Homme se sont renforcés. La période de transition indéfiniment prolongée n’aura finalement débouché que sur le vieux monde.

Le communisme n’était-il donc qu’une illusion, une noble idée mais qui ne marche pas, un simple article de foi à reléguer au musée des croyances déçues ?

Afin de pouvoir répondre à cette question, et dans le prolongement naturel des précédents ateliers ([http://www.millebabords.org/spip.php?article28684 ; http://www.millebabords.org/spip.php?article29414]), la Commission Bibliothèque a décidé d’organiser une nouvelle série de débats autour de la révolution russe et du communisme. Il nous semblait en effet important de descendre du ciel des idées à la terre de l’histoire, en nous arrêtant plus précisément sur la nature et le sens de la révolution de 1917, et des régimes qui en sont issus. Ce faisant, nous essaierons de répondre à la question de savoir s’il est possible aujourd’hui de sortir le communisme de son caveau et de redonner vie à son spectre.

Nous vous proposons de réfléchir ensemble autour de trois axes majeurs, qui pourraient constituer trois ateliers :

1) La révolution de 1917 était-elle une révolution communiste ?

Comment a-t-elle pu éclater là et non ailleurs : influence des facteurs objectifs internes (poids des conditions matérielles russes) et externes (l’environnement international) ; rôle et intérêts des différentes forces sociales en présence (prolétaires, paysans, bourgeoisie) et des différents acteurs politiques (bolcheviks, socialistes, anarchistes) ? Comment ceux-ci ont-ils pu peser sur sa destinée ultérieure ?

2) Dictature du prolétariat ou dictature sur le prolétariat : le cas soviétique.

Le problème du pouvoir en période révolutionnaire. Rôle de l’État, du parti, des Soviets. Comment se sont constitués ces derniers ? Ont-ils existé ailleurs qu’en Russie ? Quelle fut leur destinée ? Et quel est aujourd’hui leur actualité ?

A la lumière de l’exemple russe, est-il encore pertinent d’utiliser les concepts de « dictature » et de « période de transition » aujourd’hui ?

3) Qu’en est-il de la possibilité de la révolution aujourd’hui ? Présent et avenir du communisme.
- Facteurs objectifs : qu’en est-il des conditions matérielles de la révolution communiste ?
- Facteurs subjectifs : le prolétariat et la conscience de classe.
- Théorie et pratique de la révolution : quelle place pour les pensées totalisantes aujourd’hui ?

Pour tout renseignement sur les dates de rencontre envoyez un mail à contact-biblio[at]millebabords.org !




Source: