Octobre 15, 2017
Par Vosstanie
87 visites


Introduction à l’histoire du 
MOUVEMENT LIBERTAIRE 
AU PORTUGAL
CARLOS DA FONSECA
 
 La première édition de cette brochure est parue au CIRA 
[Centre International de Recherches sur l’Anarchisme] en 1973.

TABLE

1. Sources d’inspiration

(Proudhon, Reclus et Kropotkine, Le syndicalisme révolutionnaire).

2. La Première Internationale ; La traversée du désert.

3. L’expansion de l’idéal libertaire.

4. Le terrorisme révolutionnaire.

5. L’orientation syndicaliste.

6. Congrès et conférences anarchistes.

Petit répertoire de la presse anarchiste portugaise [1886-1932]

Editions ArqOperaria / Vosstanie 2017 – 44p.

EDITIONS PDF EN TELEGARGEMENT
(prochainement)

EXTRAIT



“Considérant que la propriété individuelle, la matière première et les instruments de travail, dans l’organisation sociale actuelle, sont l’origine de la misère des travailleurs;

que l’état politique indispensable au maintien de la propriété individuelle, est la cause du despotisme, du privilège, de la division des classes, de la décomposition et de la corruption sociale;
 
que, en conséquence, la classe laborieuse, pour atteindre un meilleur avenir et réaliser son émancipation, doit éliminer l’État et la propriété individuelle;
 
que l’émancipation de la classe laborieuse ne consiste pas à usurper la ploutocratie, mais à la détruire, quelle qu’elle soit…
 
Le groupe communiste-anarchiste de Lisbonne se constitue indépendamment de tout parti politique, pour répandre et développer ses théories, prêcher la révolution et la liquidation sociale, comme moyen indispensable à l’émancipation des classes laborieuses. En conséquence le groupe communiste-anarchiste repousse :

1) – la légalité des moyens d’action tels que les agitations électorales ou les mystifications parlementaires; 

2 ) – la légalité imposée par l’État ou la religion, à la constitution de la famille
 
3) – la soumission à toute autorité personnelle ou législative, absolue, mandataire ou paternelle;

4) – le sentiment patriotique ou national, l’égoïsme de race, de religions et de langues.
 

Comme moyens d’action le groupe communiste-anarchiste accepte ceux que prescrivent les revendications de la personnalité individuelle et les conditions de la société :
 
1) – la pratique de la solidarité avec tous les groupes et tous les individus qui veulent, comme nous, détruire le système social contemporain;
 
2) –l’abstention du suffrage, la désertion de la caserne, la grève violente, la propagande illégale sur le terrain des faits, et tous les autres moyens qui peuvent hâter la décomposition politique et économique des états;
 
3) – la vigilance attentive pour profiter de toute désorganisation des pouvoirs publics et procéder à la liquidation sociale.

Et, en prévision de l’organisation future, le groupe inscrit sur sa bannière, les mots
 

Communisme-anarchisme”


Grupo Comunista-Anarquista de Lisbonne : Revoltado n°1, 1887
 



Source: