Novembre 26, 2020
Par Union Syndicale Solidaires
195 visites


CFDT – CGC – FO – SUD-Solidaires – SU-UNSA

Négociation salariale Caisses d’épargne

L’AFFRONT !

C’est dans une situation de crise sanitaire et économique sans précédent que les négociations annuelles obligatoires dans la Branche Caisse d’Epargne ont commencé. Depuis des mois nous demandons une juste reconnaissance des risques et des efforts fournis par l’ensemble des salariés.

BPCE a été très créatif et imaginatif cette année :

Augmentation Générale = 0

Prime de pouvoir d’achat (PEPA) = 0BPCE envisage comme seul élément de négociation de consacrer 1% de la masse salariale aux mesures individuelles et une enveloppe mystère dédiée à l’égalité Femmes-Hommes.

Que faire de cette proposition indécente et brutale ?

Où est le dialogue social ?

Face à cette navrante provocation, une interruption de séance a été demandée.

Les 5 organisations syndicales représentatives de la branche CE ont souhaité faire front commun :

✓ pour dénoncer ce comportement irresponsable et irrespectueux

✓pour construire une contre-proposition commune mesurée sur les bases

suivantes :

0,8% d’AG + une prime PEPA de 1 000 €.

Ce compromis intersyndical prend en compte le contexte économique, dont le doublement du coût du risque induit par la crise économique.

Nos revendications légitimes conduisent, au bout du compte, à redistribuer aux salariés environ 45 Millions d’€, soit seulement 4% du résultat 2020 de la branche des Caisses d’Epargne…

Pour mémoire, la perte provoquée par l’acquisition inconséquente de FIDOR, pour ne parler que de cet accident industriel, assurerait l’équivalent de 11 années des mesures que nous proposons… Ces comparaisons remettent les données à leur véritable échelle.

Nous considérons collectivement que la ligne rouge a été dépassée. Vos avis et réactions seront déterminants. Pour l’heure, nous avons demandé à BPCE de revenir vers nous avant le 11 décembre (date de la prochaine réunion NAO programmée).

Selon les réponses qui nous seront apportées nous examinerons avec le personnel les suites à donner.




Source: Solidaires.org