212 visites

Pas simple pour les luttes de salarié·es d’ĂȘtre mĂ©diatisĂ©es en cette pĂ©riode Ă©lectorale. Par ailleurs quelle que soit l’issue de la prĂ©sidentielle et des lĂ©gislatives, il est vital que les luttes ouvriĂšres prennent en compte le risque d’un durcissement des interventions policiĂšres contre les piquets de grĂšve, les manifestations (voir ce qui est arrivĂ© au responsable du DAL Ă  Paris dans le cadre d’une manifestation dĂ©clarĂ©e et autorisĂ©e) ou fascistes (nervis attaquant les occupants de La Sorbonne). Sans parler de militant.e.s connues et ciblĂ©es sur certains sites fachos. La protection des donnĂ©es est aussi Ă  anticiper. Sans tomber dans la paranoĂŻa, un minimum d’auto-dĂ©fense prolĂ©tarienne est plus que jamais d’actualitĂ©.

contact insubordination salariale

Les 3 piquets de travailleurs sans papiers :
RSI (92) – DPD (91) et CHRONOPOST (94).

La lutte est recouverte mĂ©diatiquement par la guerre et la campagne Ă©lectorale, mais elle continue. Elle avait commencĂ© le 22 octobre par l’occupation de l’agence RSI sur le Boulevard Magenta Ă  Paris. Nous en sommes Ă  environ cinq mois de grĂšve. Sur le 91, la lutte DPD est confrontĂ©e Ă  une collaboration ouverte entre la prĂ©fecture et Derichebourg qui manƓuvrent pour diviser le groupe.

Cette collaboration n’est pas complĂšte, puisque nos adversaires sont gĂȘnĂ©s par un rapport de l’inspecteur du travail qui avait enquĂȘtĂ© en dĂ©cembre et janvier. Mais du coup, son rapport est enterrĂ©.

Rappelons que le piquet DPD permanent devant la plateforme du Coudray a Ă©tĂ© Ă©vacuĂ© par la prĂ©fecture le 1er fĂ©vrier. Ils ont cru disperser le groupe. Cela n’a pas fonctionnĂ©. Les grĂ©vistes DPD viennent aux manifs et les jours sans manif, ils tiennent un piquet de jour devant la plateforme (le matin) et devant la Poste et la Mairie du Coudray (l’aprĂšs-midi). La mairie est responsable de l’arrĂȘtĂ© d’interdiction du piquet permanent. La prĂ©fecture lui avait sous-traitĂ© le sale boulot et a immĂ©diatement appliquĂ© l’arrĂȘtĂ© municipal qu’elle avait suscitĂ©.

Sur le piquet RSI de Gennevilliers, on attend le retour de la prĂ©fecture de Nanterre sur le tableau de situation des grĂ©vistes qu’elle nous avait demandĂ© et qu’on a fini par lui donner. Elle ne reçoit toujours aucun dĂ©lĂ©guĂ© et parle par l’intermĂ©diaire des Ă©lus de Gennevilliers qu’elle rencontre lors des rassemblements de fin de manif (et encore – pas tous les rassemblements).

Pour Chronopost Alfortville, toujours le silence radio de la préfecture, de Chronopost, de Derichebourg (bien sûr). Le ministÚre du Travail a enfin reçu une délégation.

Pour avoir une idée des derniÚres mobilisations, vous pouvez aller sur le facebook de Solidaires 94

Extraits et actualisation d’un communiquĂ© du CTSPV (Collectif des Travailleurs Sans-Papiers de Vitry)

Moussa GASSAMA, mort au travail en nettoyant des vitres

Le 21 fĂ©vrier 2022, Moussa Gassama, a fait une chute alors qu’il nettoyait une fenĂȘtre au service social du 20Ăšme arrondissement du Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP), donc dans l’exercice de ses missions au sein d’un service public. Il est dĂ©cĂ©dĂ© Ă  l’hĂŽpital le samedi 5 mars. Monsieur Gassama avait 58 ans, il Ă©tait mariĂ© et pĂšre de 5 enfants demeurant au Mali. Son travail, dur et mal rĂ©munĂ©rĂ© par une entreprise sous-traitante, permettait de subvenir difficilement aux besoins de la famille. Concernant l’accident, de nombreuses questions restent actuellement sans rĂ©ponse, plusieurs enquĂȘtes sont en cours : inspection du travail, police, Caisse Primaire d’Assurance Maladie. Cette lumiĂšre est nĂ©cessaire pour que les droits de la famille Ă  la vĂ©ritĂ© soient respectĂ©s. Cette lumiĂšre est nĂ©cessaire pour que cela ne se reproduise pas. Un ComitĂ© Social et Économique (C.S.E.) s’est tenu le 10 mars Ă  Maintenance Industrie et deux comitĂ©s d’HygiĂšne SĂ©curitĂ© et Conditions de Travail (CHSCT) se sont tenus au sein du CASVP les 15 et 31 mars. Une commission d’enquĂȘte doit ĂȘtre votĂ©e en CHSCT du CASVP le 8 avril. L’entreprise Maintenance Industrie a rĂ©alisĂ© en 2020 un bĂ©nĂ©fice de 463 600 euros. Le bĂ©nĂ©fice annuel de plusieurs centaines de milliers d’euros et les Ă©conomies publiques se font aux dĂ©pens de la santĂ© et de la sĂ©curitĂ© et met la vie des travailleuses et des travailleurs du nettoyage en danger tous les jours. Bien que Monsieur Gassama soit dĂ©cĂ©dĂ© dans l’exercice de ses missions au sein d’un service public, sa famille ne pourra pas compter sur le soutien prĂ©vu pour les familles de fonctionnaires dĂ©cĂ©dĂ©s, mĂȘme si le CASVP a volontairement pris en charge une partie des frais d’obsĂšques. L’externalisation et la sous-traitance permettent avant tout aux employeurs publics de faire des Ă©conomies et de les dĂ©douaner de leurs responsabilitĂ©s. L’administration parisienne a fait le choix de faire appel Ă  la sous-traitance pour limiter sa masse salariale et ses responsabilitĂ©s d’employeur. De nombreux services voient ainsi intervenir une multitude d’agents (qui changent souvent au grĂ© des marchĂ©s ou au bon vouloir des sociĂ©tĂ©s employeurs) pour l’entretien ou la sĂ©curitĂ© des locaux.

En 2019, l’assurance maladie a recensĂ© 733 salariĂ©s morts au travail en 2019, soit 2 morts au travail par jour. La sous-traitance est un facteur aggravant le risque d’accidents, notamment mortels. Les salariĂ©s ne doivent pas perdre leur vie Ă  la gagner en travaillant.

Source : CGT et FSU du CASVP

Lutte des AESH

Les AESH du 94 (cf. CA prĂ©cĂ©dent) continuent la lutte. La grĂšve nationale du 5 avril n’a pas permis un rĂ©el Ă©largissement au-delĂ  de ce dĂ©partement. MĂȘme si la caisse de grĂšve fonctionne bien, la question de la poursuite de cette grĂšve illimitĂ©e est posĂ©e et d’actions plus ciblĂ©es pour continuer. Certains syndicats tentent d’organiser des stages en directions des AESH pour construire la lutte dans leur dĂ©partement et rĂ©gion. Pour autant, tant les profs des Ă©coles et des Ă©tablissements du second degrĂ© et les parents d’élĂšves ne s’impliqueront pas massivement, il sera difficile de gagner. Des liens avec d’autres secteurs en souffrance comme la psychiatrie sont aussi des pistes possibles.

Source SUD EDUCATION et SOLIDAIRES 94

6 profs des Ă©coles menacĂ©s de mutation d’office
(l’école Pasteur de Saint Denis- 93)

L’école Pasteur de Saint Denis est depuis plusieurs annĂ©es une Ă©cole fortement mobilisĂ©e autour d’une Ă©quipe de profs des Ă©coles souvent syndiquĂ©es Ă  SUD EDUCATION ou au SNUIPP. Cette Ă©cole est aussi fortement engagĂ©e dans des pratiques pĂ©dagogiques Freinet (ICEM). L’absence d’une direction l’an dernier, les a amenĂ©s Ă  fonctionner en direction collĂ©giale.

Depuis, la hiĂ©rarchie a nommĂ© une directrice qui depuis septembre 2021 n’a eu de cesse d’empĂȘcher le fonctionnement collectif et pĂ©dagogique de l’école. Mais il y a surtout eu des dysfonctionnements graves de cette directrice. La hiĂ©rarchie a Ă©tĂ© prĂ©venue des mises en danger quotidiennes pour les Ă©lĂšves et pour les personnels. L’équipe a Ă©crit plus de 120 pages d’élĂ©ments graves. Elle a expliquĂ© et documentĂ© les agressions, les humiliations, les diffamations, les accusations mensongĂšres.

La hiĂ©rarchie a dĂ©cidĂ© d’ouvrir une enquĂȘte administrative, mais Ă  charge contre l’équipe. Elle a refusĂ© d’entendre les Ă©lĂ©ments concernant la directrice. Des dizaines d’anciens collĂšgues ainsi que les 2 anciennes directrices ont fait un courrier pour expliquer Ă  quel point l’équipe Ă©tait stable, motivĂ©e, dynamique, pleine de projets et que cela est bĂ©nĂ©fique pour les Ă©lĂšves.

La directrice a officialisĂ© sa collaboration avec l’extrĂȘme-droite. Des numĂ©ros de tĂ©lĂ©phones et des prĂ©noms d’enseignants ont Ă©tĂ© diffusĂ©s sur la fachosphĂšre.

Et puis la directrice a disparu de l’école. Et un nouveau directeur est arrivĂ©. Il prĂ©vient les chefs que tout se passe bien, que l’école a retrouvĂ© la sĂ©rĂ©nitĂ© et un bon fonctionnement.

Et quelques mois plus tard, 6 enseignant.es apprennent leur mutation forcĂ©e. Le Directeur AcadĂ©mique et le Recteur ont dĂ©cidĂ© de suivre l’extrĂȘme-droite.

À l’appel de l’intersyndicale SNUipp-FSU 93, SNES-FSU93, SNEP-FSU 93, Sud Éducation 93, CGT Educ’action 93, CNT Ă©ducation 93 prĂšs de 500 collĂšgues, parents, Ă©lu-es se sont rassemblĂ©-es devant la DSDEN 93 mardi 12 avril le midi et ont manifestĂ© leur soutien et leur dĂ©termination. Les parents d’élĂšves de l’école sont venu-es dire qu’il-elles n’avaient toujours pas Ă©tĂ© reçu-es par le DASEN malgrĂ© leur demande faite depuis une semaine. Les Ă©lu-es ont Ă©crit au ministre, recteur et DASEN pour avoir des explications : aucune rĂ©ponse.

A ce jour, aprĂšs avoir consultĂ© 4 dossiers sur 6, les 4 collĂšgues ne comprennent toujours pas ce qu’on leur reproche et surtout sur quelle base cela est Ă©tayĂ©. Il n’y a dans le dossier de chaque collĂšgue aucun Ă©lĂ©ment probant ou flagrant qui vient dĂ©montrer ce qui est reprochĂ©. En revanche, les conclusions semblent rĂ©pondre aux prĂ©tendues « dĂ©nonciations Â» publiĂ©es dans des mĂ©dias d’extrĂȘme droite. Des Ă©lĂ©ments de langage sont mĂȘme proches.

Ce qui est reprochĂ© aux enseignant-es, c’est de faire vivre le collectif de travail qu’est le conseil des maĂźtre-sses. Pour le DASEN et le recteur, il y a clairement la volontĂ© de faire voler en Ă©clat un « groupe qui ne fonctionne pas comme l’institution le souhaite Â».

Dans le contexte politique actuel, remettre en cause un collectif qui se questionne sur les injonctions ministĂ©rielles et leurs effets sur les Ă©lĂšves est une attaque. Ce n’est pas trĂšs Ă©tonnant vu les liens du ministre Blanquer avec des rĂ©seaux d’extrĂȘme-droite (voir la brochure « La rĂ©forme Blanquer : une vision d’ensemble et un projet Ă  long terme Â», du ComitĂ© de RĂ©flexion et d’Action LaĂŻque de Seine Maritime, disponible sur son site creal76.fr).

Cette mutation « dans l’intĂ©rĂȘt du service Â» est une sanction dĂ©guisĂ©e pour les 6 enseignant-es et une menace pour l’ensemble de la profession !

Les organisations syndicales SNUipp-FSU 93, SNES-FSU 93, SNEP-FSU 93, CGT Educ’action 93, SUD EDUCATION 93 et CNT EDUCATION 93 continuent de soutenir l’équipe enseignante et exigent l’annulation de la mutation-sanction des collĂšgues de l’école Pasteur.

Source SUD EDUCATION 93

15 avril 2022




Source: Oclibertaire.lautre.net