Tic, tac, tic, tac, tic

Mes yeux guettent j’écoute les voix dans ma tête

Compter les ecchymoses elles racontent des choses

Douze voix soliloquent leur état de choc

Eclatées dans mon crâne. Une bulle à savon

Me fait glisser les pieds je tombe sur le front

J’attrape dans les nues un ballon de baudruche

Pchiii ! l’hélium s’échappe. Ma bouche sèche sonne

D’un rire mécanique

***

Tic, tac, tic, tac, tic

Trois heures du matin, je referme les yeux

A nouveau mon cerveau fixe ces gens en sang

Les membres amochés la gueule fracturée

Leur cri triture encor’ ma tête sidérée

Ma bulle alors s’envole et le rire s’étiole

Quand l’insulte surgit parmi les gaz et frappe

Une manifestante, qui de son auréole

Veut raisonner les flics.

***

Tic, tac, tic, tac, tic

Je suis loin maintenant tout au fond de mon lit

L’heure passe et je pleure, l’eau salée adoucit

Mes joues creusées d’angoisse et de honte subie

Le conflit me fait mal, la douleur me fait peur

En deçà des étoiles, la matraque s’abat

Comme un coup de tonnerre sur un vieux pacifique

Gilet jaune en colère : dos au mur il fait face

A un Pouvoir inique

***

Et je saute et j’attrape

Des bulles d’hélium

Des bulles de savon

Des bulles de couleur

Pour nettoyer ma tête

De tout ce sang versé

Pour nettoyer mes yeux

De tous ces coups portés

Et laver mes oreilles

De tous ces maux criés.

Enfin, pour m’envoler

Vers la douce folie

De baisers, de baisers

De baisers infinis.



Marjorie Keters
, Pantin, le 4 février 2020

Pour Sonia et Jean Marie

Pour les Gilets jaunes

Et pour tous ceux qui osent encore descendre dans la rue


Article publié le 23 Fév 2020 sur Lundi.am