Septembre 27, 2016
Par Zone À DĂ©fendre
85 visites


Risques accrus d’attaques dans les jours et semaines qui viennent.

Merci de nous signaler toute information sur d’éventuelles présences de flics ou d’engins de travaux autour de la ZAD au numéro d’urgence : 06 43 92 07 01 (pour contact presse uniquement : 06 95 06 81 49). Nous faisons appel à votre vigilance.

Les infos d’urgence qui tournent sur les réseaux sociaux ne sont pas toujours confirmées. Restons vigilants, mais évitons de crier au loup ! Ca nous permettra de réagir rapidement. Avant de faire tourner une info, merci de contacter par mail ou téléphone la zad et/ou l’acipa pour vérification. Si nous estimons que la menace est immminente et réelle, nous le ferons savoir par un message commun sur les diverses listes, sur le site de la zad et sur celui de l’acipa. En attendant, nous invitons chacun à prendre avec recul les messages et rumeurs circulent par ailleurs et par d’autres biais.

Evitons de faire tourner des rumeurs. Merci d’avance !

Les risques d’expulsion étant élevés nous réactivons une liste de dons possibles, consultable ici.

Pour vous inscrire/désinscrire à notre mail liste pour les nouvelles, communiqués, alertes, etc


Depuis plusieurs jours des rumeurs d’expulsion plus ou moins imminente circulent sur la ZAD. Nous savons que les hôtels de la région ont été réservés, plusieurs témoignages directs confirment que les “forces de l’ordre” se sont vues interdire de poser des vacances de fin septembre à fin octobre. On parle de matériel militaire prếté à la gendarmerie. Mercredi 14 septembre, le préfet de Loire-Atlantique, a signé deux arrêtés portant sur la destruction du campagnol amphibie, rendant possible le début des travaux. Plusieurs sources suggèrent des plans d’intervention possible à partir du 27 septembre (rien ne dit qu’ils viendront dès cette date). Ironie du sort cette date est celle où Nantes accueille plusieurs milliers de participant.e.s, venu.e.s du monde entier, engagé.e.s dans la lutte contre le dérèglement climatique.


Lundi 26 septembre

### Pourquoi les habitant.e.s de la zad ne sont pas censé.e.s être légalement expulsables

/// Contenu du point presse donné par des habitant.e.s de la zad et leurs avocats, en présence de militant.e.s du DAL

Des dizaines de personnes arrivéees sur la zad, avant 2012 ou depuis, y habitent dans une soixantaine de fermes, maisons et habitats auto-construits. Elles ont construit leurs vies, travaux et activités durablement ici et s’y projettent au coté des habitant.e.s et paysann.e.s dit.es “historiques”. Leurs maisons et habitats sont juridiquement leur domicile.

[…] le droit au logement est supposé s’appliquer à toutes et tous. Si tant est qu’on entende les expulser et, à moins que le propriétaire soit dans l’impossibilité de trouver leurs noms, les personnes habitants la ZAD ont à minima droit à une procédure contradictoire face à un.e juge. Elles peuvent alors être défendues par un avocat durant l’audience et sont susceptibles d’y obtenir divers délais au titre du droit au logement.TOUT LIRE ICI

conférence de presse devant le tribunal

- – – – – – – –
- Lu dans Mediapart :

« Celui-là on lui fait un contrôle d’identité ! »

« T’es prof ? Quand l’État islamique viendra à la Sorbonne tu vas les regarder en te branlant ?”. Celui de gauche : “Regarde-moi sale pédé. Sale pute. Tu habites là-bas hein ? (il montre mon immeuble). Je vais venir chez toi, je vais mettre une cagoule et je vais te violer”. […] » J’ai affaire à des flics politisés, des flics de l’état d’urgence permanent… » Témoignage.

https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-anselme/blog/230916/celui-la-lui-fait-un-controle-didentite




Source: