Décembre 30, 2019
Par La Rotative (Tours)
5 visites


Il y a trois ans, quand ils lui ont donné vie, les élus, qui le regardaient avec les yeux de l’amour, mettaient tous leurs espoirs dans ce poupon pourtant déjà un peu contrefait. En fusionnant les offices de tourisme de Chinon, Richelieu, L’Île-Bouchard, Sainte-Maure, Azay et Montbazon, on allait réduire les coûts, gagner en efficacité, avoir plus d’impact, harmoniser les pratiques, échanger des informations, développer la fréquentation, défendre le territoire, vendre des séjours en ligne…

Le premier chien coiffé d’un chapeau aurait pu les avertir : pour les économies d’échelle (qui constituaient en réalité leur seule motivation), ce genre d’affaire se passe rarement comme prévu. Tout le monde est d’accord pour fusionner, mais chacun veut garder ses bureaux ; les frais kilométriques explosent ; il faut aligner par le haut les salaires et les avantages… Pire, les salariés peuvent vous prendre au pied de la lettre et vous demander de mettre sur la table les moyens correspondant aux ambitions déclarées…

C’est ainsi qu’amené à la vie en 2017, le monstre a immédiatement été déficitaire. Resté depuis dans le rouge, il a épuisé ses réserves et, avant même d’entamer 2020, il a été contraint, à la mi-décembre, de demander aux Collectivités d’éponger un déficit de 56.000 euros.

Lire l’intégralité de l’article sur le site de La Marie-Javelle : Office de tourisme : les Ridellois crèvent l’abcès




Source: Larotative.info