Le mardi 4 février le plus important squat de Toulouse a flambé. Au moins 500 personnes se retrouvent à la rue ou dans des gymnases ouverts par la mairie. Des collectifs et individu·e·s s’organisent pour ne pas laisser la préfecture opportunément isoler et rafler les habitant·e·s du squat.

Actions de solidarité, ouvertures de nouveaux squats, expulsions, récit de 10 jours de luttes sur iaata.info.


Article publié le 19 Fév 2020 sur Mars-infos.org