En bref

par Julien Baldassarra,

En plus de sa rubrique « Vrai ou fake » dédiée au fact-checking, certains articles disponibles sur le site web de France Info ressemblent à s’y méprendre à de la « vérification des faits » : sélection d’une question d’actualité et promesse d’y répondre succinctement, par un travail de collecte et de confrontation des données. Vendredi 18 avril, le site web de France Info avait ainsi publié un papier traitant d’un sujet sensible, avant tout le monde : faut-il craindre la dispersion de plomb dans l’air, consécutivement à l’incendie de Notre-Dame de Paris ? « Pas de risque », semble répondre la chaîne publique. Problème : la « vérification » s’est révélée… erronée.

Le mercredi 16 avril un peu avant 10 heures, le porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris annonce que « l’ensemble du feu est éteint » et que « la phase est désormais à l’expertise ». Dans une vidéo accompagnée d’un article, France Info répond aux craintes exprimées par de nombreux internautes et par l’association Robin des Bois quant à la possibilité d’une pollution au plomb dans l’atmosphère parisienne.





<!–

Intervention d’experts et infographie à la clé, la conclusion de la vidéo est claire : « le plomb ne s’est pas évaporé, il a fondu ». Selon le journaliste, pendant l’incendie, les 360 tonnes de plomb présentes sur le toit et sur la flèche ne se sont pas évaporées mais se sont transformées en liquide : du plomb fondu, qu’on a intégralement retrouvé sur la voûte de l’église, toujours selon l’auteur. L’épais panache de fumée jaune qui s’échappait de la cathédrale gothique pendant l’incendie de la charpente de la nef et de la flèche ne contiendrait donc pas de plomb. Pas de risque d’intoxication pour les riverains donc :





<!–

Problème : dix jours plus tard, des résidus de plomb sont retrouvés chez les proches riverains de la cathédrale comme nous en informe… France Info.





<!–

Du plomb se serait donc bien volatilisé lors de l’incendie. La légèreté de France Info pourrait faire sourire, si elle ne concernait pas des enjeux de santé publique majeurs : mardi 6 août, l’Agence régionale de santé (ARS) a communiqué de nouveaux résultats alarmants concernant des taux de plomb anormalement élevés chez certains riverains du site ainsi que plusieurs cas de saturnisme chez de jeunes enfants.

Julien Baldassarra

Acrimed est une association qui tient à son indépendance.
Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.


Article publié le 14 Août 2019 sur Acrimed.org