Prologue :

Le vendredi 13 mai, la classe dirigeante toulousaine se pavanait devant la presse pour inaugurer Téléo, le nouveau téléphérique de Toulouse. Conférence de presse dans l’entre-soi, afin de faire œuvre de publicité élogieuse du nouveau joujou de Jean-Luc Moudenc et de ses copains. Dans cette intimité, les langues se délient : « C’est le plus beau jouet qu’on ne m’ait jamais offert », a lâché le président de Tisseo Ingénierie ! Mais depuis quand l’argent public sert à financer des joujou technologiques pour leur classe ?! Car Téléo, c’est quoi, si ce n’est une infrastructure polluante qui a coûté énormément d’argent aux toulousain·es au nom du service public et qui ne leur servira pas ? En effet, qui l’utilisera pour se déplacer de l’Oncopole à l’université des sciences ou à l’hôpital Rangueil ? Ce téléphérique ne sert qu’à gonfler l’égo de la métropole de Toulouse, ainsi que le porte-feuille de POMA… Parce qu’ici, l’entreprise POMA construit un téléphérique inutile ; tandis qu’à Bure, elle participe à l’enfouissement des déchets nucléaires à 500 mètres sous terre.

C’était sans compter sur des électrons libres venu.e.s fissionner le discours atomique de Jean-Luc Moudenc…

Acte I :

Afin de faire la monter la veganaise les jours précédents l’inauguration, diverses actions ont eu lieu pour dénoncer l’implication de POMA dans le projet de poubelle nucléaire à Bure :

Acte II :

Le jour J, au matin,

La propagande anti-nucléaire a déferlé sur les voitures de la fac de sciences puis s’est fixée à l’arrêt du métro Paul Sabatier pour informer les étudiants et étudiantes en majorité réceptif.ve.s.

Arrive une voiture officielle, vitre teintée, la fenêtre entrouverte pour apercevoir le Téléo implanté dans le paysage. Tout à coup, un tract est projeté, telle la flèche d’Ulysse à travers les haches, atteint l’officiel au visage et chute sur les genoux… du préfet. Maintenant, il sait que POMA est complice du nucléaire !!!

Acte III :

Apercevant le début de la cérémonie sur l’estrade officielle du Téléo, les pertubateurices s’élancent sous le balcon interdit, en passant par le parking de la fac. Et loin de chanter les louanges du téléphérique, sous leurs regards médusés, iels scandent :

  • « POMA, POMA : complice du nucléaire ! » ; « POMA casse-toi, à Bure pas d’ordures !  »

D’un coup, les discours semblent être écourtés et les invité·es sont sommé·es de rentrer par petits groupes dans chaque cabine du téléphérique, pour se rendre à l’inauguration de la station du CHU Rangueil… où les attendent d’autres contestations (sur la gratuité des transports, contre la privatisation des hôpitaux etc..).

Iels se souviendront de ce vendredi 13…

Gros big up aux personnes de Savoie inculpées en mars pour une action contre POMA !

L’appel à actions contre POMA et le nucléaire continue !




Source: Iaata.info