Avril 10, 2016
Par Indymedia Bruxsel
68 visites


Ils voudraient nous imposer la soumission et la terreur…

22 mars 2016. Deux attentats explosifs font un carnage dans la station de métro Maelbeek et à l’aéroport de Zaventem.

Si ceux-ci s’inscrivent clairement dans une logique de guerre, en visant aveuglément n’importe quelle couche de la population, il serait ahurissant d’oublier que cette logique fait partie de la structure même d’un État, que celui-ci s’appelle Islamique, ou belge.

Qu’il s’agisse de mener des guerres à l’étranger afin d’assouvir sa soif d’argent et de profit, ou de mener la guerre permanente aux pauvres, aux indésirables de tous bords, tout État se doit de démontrer sa puissance et d’asseoir sa domination pour subsister.

La réponse de l’État belge aux attentats n’en est que plus déplorable de clarté, servant de prétexte pour légitimer et accélérer tout un tas de mécanismes déjà réfléchis. Cela lui permet de tester jusqu’où il peut ou pourra aller sans être contesté, de créer un vaste laboratoire : occupation du territoire par des uniformes, fermeture partielle des métros et quadrillage militaire dans chaque station, nouvelles mesures antiterroristes, contrôles accrus aux frontières…

Comment mieux se protéger qu’en renforçant un sentiment d’appartenance à un État afin de gommer tout antagonisme de classe, tout rapport d’oppression ?

Comment mieux garder son pouvoir qu’en brisant tout imaginaire autre que celui de la croyance en une religion, qu’elle s’appelle État, Argent, Économie, Science, ou Progrès ?

Comment mieux faire accepter le contrôle qu’en nous faisant croire que la chose à faire serait de mettre sa vie entre les mains couvertes de sang de sbires en uniforme, ceux-là mêmes qui commettent des infamies, des tortures et des massacres ?

Comment mieux assurer la paix sociale qu’en saturant les rues, qu’en occupant les têtes avec son lot de militaires, de flics, d’éducateurs de rue ou d’agents de prévention, mais aussi de ces autres chiens de garde communément appelés médias, pour nous faire marcher tête baissée, et paralysés par la peur ?


…Mais qui a dit qu’on allait se laisser faire ?!

Riches, patrons, politiciens, médias, agents de prévention, prisons et entreprises collabos… ce sont eux qui veulent nous imposer une vie écœurante au goût infect.

Nous n’avons rien à attendre de leur part, et rien de ce qu’ils pourront nous offrir ne sera autre chose que quelques miettes de pain dans une assiette déjà vide.

Si la liberté est notre seule arme dans la perspective d’une vie savoureuse, ne tardons pas à en retrouver l’appétit, auto-organisons nous et agissons contre tout ce qui nous opprime !

Parce qu’on ne pourra jamais être rassasiés dans un monde qui ne nous donne rien d’autre qu’une existence fade et indigeste.

D’ailleurs on a la dalle, on dévorera tout sur notre passage, et on reprendra même du dessert !





Source: