Le vendredi 29 novembre, nous avons organisé une seconde action CROUS gratuit dans la fac de Paris 6 Jussieu. Cette action a été réalisée contre la précarité étudiante et en solidarité avec le camarade qui s’est immolé par le feu le vendredi 8 novembre devant le CROUS de Lyon.

Nous avons permis à tout le monde de manger gratuitement pendant plus d’une heure, encouragés par les étudiant·e·s ravi·evs de pouvoir manger librement. Une banderole a été déployée sur laquelle on pouvait lire « Contre la précarité et l’exploitation, révolte et organisation ». Contrairement aux mensonges de l’administration du CROUS, non les étudiant·e·s n’ont pas pris plus de nourriture que nécessaire, et l’affluence était la même que celle qu’on peut observer tous les autres jours. Tout se déroulait sereinement et dans la bonne humeur pour tout le monde jusqu’à ce que des agents de l’administration du CROUS et des flics en civil viennent tenter de nous intimider et de mettre fin à cette action de solidarité en fermant les portes du restaurant universitaire. Les portes ont pu être rouvertes dans le calme à plusieurs reprises, mais finalement l’ordre a été donné de ne plus servir les étudiant·e·s, sous prétexte qu’il n’y aurait plus de nourriture. Au même moment, nous pouvions observer les bacs encore remplis de légumes et de viande. Nous savions qu’il restait encore de la nourriture pour plusieurs centaines de repas, comme d’habitude. Si tout le monde n’a pas pu manger, c’est bien par la faute de l’administration du CROUS en coopération avec la police, et nous le regrettons.



Depuis plus d’une semaine, des opérations de CROUS gratuit ont eu lieu un peu partout en France et nous nous sentons solidaires de ces actions de nos camarades de lutte. Nous avons commencé à les recenser sur ce document, pour nous rendre compte qu’il ne s’agit pas d’événements isolés : https://framacarte.org/fr/map/la-precarite-tue_62894#5/47.931/1.890

Il y a quelques jours, nous intervenions déjà sur la barge du CROUS et au CROUS de Paris 7 qui ont tous deux préféré jeter à la poubelle des quantités incroyables de nourriture plutôt que de la distribuer aux étudiant·e·s qui en avaient besoin. Cette décision nous révolte davantage.

En parallèle, nous ne comptons plus les réactions publiques visant à dépolitiser l’acte du camarade qui s’est immolé devant le CROUS de Lyon, alors qu’il a écrit un communiqué on ne peut plus clair sur les motivations politiques de son geste.



On en a marre d’être pauvres. Nous ne nous laisserons pas faire et encourageons la multiplication des actions de solidarité contre la précarité, quelles qu’elles soient. Pour les énervé·e·s de la région parisienne qui voudraient remettre le couvert, nous vous invitons à un comité de mobilisation le lundi 2 décembre a 18h, au 5e étage de la tour 66, tour tout à droite au fond quand vous rentrez.



Et parce que la précarité n’est pas seulement étudiante, mais qu’elle touche aussi les travailleur·euse·s, les chômeurs·euse·s ou les retraité·e·s, mobilisons-nous tou·te·s pour la grève du 5 décembre !

Nous tenons à dire qu’à nos yeux, le CROUS n’est pas un organisme de soutien ou de solidarité avec les étudiant·evs, mais une organisation de gestion de la précarité étudiante.

Ils ont les CROUS, on a les crocs !

Le CHACAL, Comité hyper anti-Crous autonome labyrinthique


Article publié le 01 Déc 2019 sur Paris-luttes.info