Depuis la dĂ©claration « d’indĂ©pendance Â» et la partition des territoires en 1948 IsraĂ«l n’a eu de cesse d’en conquĂ©rir davantage, car” il re-vient” et cette Terre lui revient.

Le mythe de l’exil des Juifs et la loi du « retour Â» sont une mystification qui vise Ă  masquer la rĂ©alisation d’un projet colonial.

Intégrité géographique et stratégie démographique

De la judaïsation intensive de Jérusalem-Est occupée.

La violation des droits des Palestiniens ne s’est jamais arrĂȘtĂ©e jusqu’à aujourd’hui. Des familles palestiniennes expulsĂ©es sont Ă  la rue, leurs maisons aussitĂŽt squattĂ©es sous la protection de l’armĂ©e. C’est ainsi que JĂ©rusalem “s’unifie” et que l’État IsraĂ©lien tente d’asseoir sa dĂ©mographie montante, sa souverainetĂ© et son contrĂŽle exclusif sur la Ville Sainte.
 
A l’israĂ©lisation
 
Depuis 1948 aucun village, aucune ville, n’ont Ă©tĂ© construits, pas un dunum de terre n’a Ă©tĂ© concĂ©dĂ© aux Palestiniens. De ce fait, les Palestiniens qui reprĂ©sentent prĂšs de 50 % de la population de la mer au Jourdain, sont confinĂ©s dans des espaces restreints, d’autres sont dĂ©placĂ©s et viennent agrandir le nombre des rĂ©fugiĂ©s intĂ©rieurs, quand d’autres s’exilent.

Depuis 1967, avec le mur de sĂ©paration, les routes de contournement, les tunnels, IsraĂ«l n’a cessĂ© de renforcer son dispositif de sĂ©curitĂ©.

L’agrandissement des colonies mord la terre palestinienne occupĂ©e, dĂ©chiquĂšte ses vergers, scie ses oliviers. Les noms arabes sont hĂ©braĂŻsĂ©s, la mĂ©moire palestinienne expropriĂ©e en mĂȘme temps que les terres sont confisquĂ©es. Ces pratiques et politiques sionistes imposent un Ă©tat d’apartheid au peuple palestinien, en contravention avec la Convention internationale sur l’élimination et la rĂ©pression du crime d’apartheid, adoptĂ©e par l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale des Nations Unies le 30 novembre 1973.

Le sionisme vise l’entiĂšretĂ© territoriale

Netanyahu incarne la visĂ©e sioniste dĂ©jĂ  visible en 1949 avec l’annexion de JĂ©rusalem Ouest et de 77 % de l’ancienne Palestine mandataire, soit 50 % de plus que ce qui Ă©tait prĂ©vu au plan de partage [1]
Le rĂ©gime de Netanyahu depuis 10 ans a sans arrĂȘt proclamĂ© des lois fondamentales faisant l’éloge de la force pour Ă©tendre les droits israĂ©liens et Ă©craser ceux des palestiniens, se dĂ©faussant du droit international. Ces lois, dont la loi fondamentale du 19 Juillet 2018 qui fait d’IsraĂ«l “l’État – nation du peuple juif”, dĂ©voilent le fait accompli et la complicitĂ© de la majoritĂ© des israĂ©liens et de la communautĂ© internationale.

Le prophĂšte Bibi

Le 17 Mai 2020 lors de l’investiture du quatriĂšme gouvernement de Netanyahu, celui-ci s’est montrĂ© dans le droit fil de l’imaginaire biblique et de la stratĂ©gie sioniste du grand IsraĂ«l.

Il a dĂ©clarĂ© Ă  la Knesset, l’annexion trĂšs prochaine de pans de la Cisjordanie jusqu’au Jourdain. 

« Voici la vĂ©ritĂ© : ces territoires sont lĂ  oĂč le peuple juif est nĂ© et s’est dĂ©veloppĂ©. Il est temps d’appliquer la loi israĂ©lienne et d’écrire un nouveau chapitre glorieux dans l’histoire du sionisme. Â»  

Discrimination gravĂ©e dans le marbre de l’État et enclaves palestiniennes ratatinĂ©es

Des pans entiers de la Palestine de la mer au Jourdain sont depuis longtemps sous contrĂŽle militaire d’IsraĂ«l. Mais, ce qui fait la diffĂ©rence comme le crient :

– et Michel Warschawski : c’est que par « l’adoption de la loi constitutionnelle, cette fois la discrimination n’est plus seulement une pratique, mais est inscrite dans la constitution (mĂȘme si IsraĂ«l n’a pas de constitution).

– et Ahmad Al -Bazz : c’est que « Les Palestiniens la comprennent comme une autre Ă©tape du projet colonial de peuplement d’IsraĂ«l qui est centenaire. Â» « Que la CommunautĂ© internationale ne regrette rien. Elle qui est restĂ©e muette. Elle n’a jamais pris de mesures pour arrĂȘter l’annexion. Â»

La rĂ©sistance des Palestiniens doit avoir le dernier mot, avec le soutien des dĂ©fenseur.es des droits des Palestiniens

Ahmad Al Bazz : « il est temps pour les Palestiniens de revenir Ă  leurs exigences initiales de dĂ©colonisation complĂšte et d’un État dĂ©mocratique oĂč tous les ĂȘtre humains aient des droits Ă©gaux sur cette terre, et de dĂ©velopper de nouvelles stratĂ©gies pour atteindre cet objectif. Â»

https://www.ujfp.org/spip.php?article7906


Article publié le 08 Juin 2020 sur Nantes.indymedia.org