Je suis plutôt anti-grandes messes, non croyante, mais surtout n’aimant pas la « journée de… ». Et puis je n’ai pas attendu le confinement pour faire gaffe et soutenir les gens fragiles ! Je ne veux pas engorger les hostos, je ne traîne pas dans les rayons des magasins, en pensant à tous ces hommes, mais surtout toute ces femmes appelées en « première ligne » (caissières, infirmières, couturières, maîtresses..).

Je me confine plus ou moins, oui, sans me plier en pensant qu’on aurait pu faire mieux avec nos intelligences collectives comme d’hab’, mais dans ce contexte je ne peux – on ne peut, à mon avis – se laisser voler ce droit inaliénable, celui de manifester, qui se gagna en ces 1er mai dans le sang des travailleur·ses, des opprimé·es… Surtout pas avec une reprise déjà bien entamée de nombreux secteurs économiques ; sans parler de ceux, qui, on se demande bien pourquoi, n’ont jamais arrêté (Airbus, pour n’en citer qu’un) !

Ils veulent un déconfinement, sous contrôle, et où c’est encore l’économie qui prime. Tout comme cela explique le délai avant ce confinement total, alors que l’OMS tirait dès janvier la sonnette d’alarme ; mais, comme pour Tchernobyl, la France devait peut-être « être épargnée »…

On ne leur cédera pas ce plaisir moutonneux de leur laisser rênes et de leur faire confiance, tandis qu’ils continuent à passer des lois qui font payer leurs erreurs aux « petits » (mais costauds et nombreux !) avant tout. Déni de démocratie que ces mesures prises unilatéralement comme les jours de congés supprimés chez celleux qui n’ont pas chômé. « Si les travailleur·ses et les postièr·es sont bons pour aller en masse travailler, s’iels sont bons pour qu’on leur supprime jusqu’à dix jours de RTT ou de congés alors iels doivent avoir le droit de manifester le 1er mai. »

Ce confinement n’a pas été le même pour tout le monde : on pense aux femmes et enfants subissant des violences, aux mal (pas)-logé·es, aux prisonnièr·es à l’isolement et sans protection, aux personnes enfermées dans les centres de rétention administrative (CRA) en grève de la faim, et puis… « plus une place en réanimation dans le 93 » et – entre autres – une enfant de cinq ans vraisemblablement blessée par un tir de lanceur de balles de défense (LBD) dans une cité où les droits étendus des policiers rendent les bavures fréquentes, tandis que les plus riches ont retrouvé les maisons secondaires, parfois même les îles privées.

Sinon les « cadeaux d’État » aux entreprises sont bien relancés – 300 milliards d’euros prêtés (garantis), notamment aux plus grandes boites, Fnac, Darty, Air France, etc. Mais ne parlons pas de nationalisation, houla !, même en temps de « guerre ».

D’où vient tout cet argent, alors que seulement 260 millions d’euros ont été débloqués pour l’hôpital en début de crise. On n’a pas la mémoire courte et l’an dernier une information avait fuité : un projet d’économie de 960 millions d’euros sur les hôpitaux était projeté par notre gouvernement.




<!–

Je suis dégoutée face au pseudo mea-culpa de Macron : « Nos soignant·es qui se battent aujourd’hui pour sauver des vies se sont hier battu·es, souvent, pour sauver l’hôpital, notre médecine » Waw ! Alors que les CRS étaient envoyés face aux hospitaliers, comme aux autres, depuis un an qu’iels se battaient, criant à la pénurie « L’État compte les sous, on va compter les morts » (slogan de décembre 2019).

Pouvons-nous nous contenter de quelques applaudissement face à la souffrance, au surmenage, aux tentatives de joindre les deux bouts de ce qui a été un jour gagné mais depuis, toujours détruit : un bon système de santé, assez de lits et de matériel, en mutualisant les coûts ?

Les raisons ne manquent pas et les habitudes de contrôle et de soumissions se prennent si vite… Comme l’habitude des drones au-dessus de la tête pour les Niçois·es entre autres. Que dire aussi de cette nature bafouée dans ce système néolibéral, qui ne peut, elle, être confinée, et qui nous promet des catastrophes, face auxquelles nos inégalités ne feront que se creuser !

Alors je ne vais pas leur faire cadeau de 135 €, comme j’ai tenté de ne pas le faire pendant ces nombreuses manifs interdites (une habitude ces derniers temps), mais non, je ne juge pas, mais je ne « fête » pas ce 1er mai sur mon ordi ou mon balcon (j’en ai pas… de balcon). M.


Article publié le 09 Mai 2020 sur Brest.mediaslibres.org