Me Dole et Gérard Avril à Colmar le 30 novembre 2020

Hier, à Colmar devant la Cour d’appel, Gérard Avril passait à sa demande afin de faire modifier le jugement en 1re instance à Saverne qui l’avait lourdement condamné à une peine de prison avec sursis, une amende et des réparations financières à un gendarme.

C’était au cours d’une action anti-GCO à Ernolsheim-sur-Bruche l’an dernier. L’action consistait à emprunter un passage protégé où les piétons sont prioritaires, en continu à plusieurs dès qu’apparaissait un camion transportant de la terre destinée au chantier Vinci du GCO. Les voitures particulières, les bus et autres camions pouvaient passer, mais pas ceux liés au GCO retardés au minimum.

C’est lors de cette action qu’un gendarme était tombé. Ses collègues, certains en uniforme habituel, d’autres en tenue camouflée ont mis les menottes à Gérard et l’ont conduit dans leur véhicule pour le mettre en garde à vue. Le tout avait été filmé en live par la Feuille de chou. Cette vidéo a servi à l’avocate Me Florence Dole pour souligner que c’était assez confus mais que l’auteur supposé du délit tournait le dos au gendarme qui l’a reconnu en appel. On peut donc espérer que la relaxe pure et simple surviendra. Cela devait être connu hier, mais encore aujourd’hui, au lendemain du procès on ignore la décision des juges. La justice devait traiter de 43 affaires hier à Colmar! C’est un effet induit du confinement dû au Covid-19.

Nous vous tiendrons au courant du jugement dès que connu.

Gaspard Glanz, tenancier du site d’information Taranis News, (https://taranis.news)était convoqué ce matin au Tribunal judiciaire de Strasbourg pour une affaire remontant à 2017.

La scène s’est passée à la Gare de l’Est. Il faisait très froid et un homme se réchauffait près d’une chaufferette de la SNCF disposée à cet effet. D. es policiers étaient en train de l’embêter. Gaspard est intervenu pour le défendre. Par la suite, dans les échanges entre lui et les policiers, l’un d’eux a demandé si Gaspard les considérait comme des “collabos”. Le reporter a répondu “si vous le pensez…”puis a craché par terre. Ce. qui fait deux délits, un outrage plus le crachat…

Me Kempf du barreau de Paris était là ainsi que le prévenu ce matin au Tribunal judiciaire de Strasbourg. L’audience a renvoyé le procès au 10 décembre. Ils sont surbookés ces pauvres juges, à Strasbourg comme hier à Colmar.

Rappelons que la semaine dernière, Glanz a été une fois de plus contrôlé par les flics à Paris, dépouillé de ses cartes vidéo que le pandores ont soigneusement vidées (!), acte totalement illégal, qui s’inscrit bien dans la séquence actuelle où le gouvernement veut interdire le travail des médias après qu’une manifestation est déclarée hors la loi. Grave atteinte à la liberté d’informer que tous les médias, dominants, unis, ont condamnée et qui mettrait l’ex patrie des droits humains au rang de la Turquie d’Erdogan.


Article publié le 02 Oct 2020 sur La-feuille-de-chou.fr