Juillet 10, 2022
Par Toulouse Anti-CRA
52 visites
Après une semaine pendant laquelle trois personnes ont tenté de se suicider au CRA de Bordeaux1, nous recevons un appel le samedi 9 juillet 2022 pour nous avertir à propos de deux nouvelles tentatives effectuées par la même personne.

Premier appel : « *** a mangé une batterie de téléphone. La police a dit « tu vas voir, on va te renvoyer chez toi ». Il s’est énervé, et il a mangé une batterie. Ils l’ont envoyé à l’hôpital. J’attends qu’il revienne, on vous rappelle. »

Plus tard sur le répondeur : « Je vous appelle de la part de ***. Ça fait la deuxième fois qu’il avale une batterie de téléphone [il a déjà tenté de se suicider de cette manière il y a quelque jours. Ce matin encore il a essayé de se suicider, de se pendre avec une corde parce qu’il ya les personnes de la police ici, euh… Ben malheureusement […] il a vraiment besoin d’aide parce qu’il y a vraiment beaucoup de pression ici sur les gens, les policiers, le juge, le menacent de trois ans de prison etc etc. Même moi voilà, j’ai mon passeport, j’ai donné à la police mon passeport, j’ai une fille française, elle a 8 ans, il y a beaucoup de pression ici et j’ai pas envie de me séparer de ma fille. »

Quand on rappelle : « *** vient de rentrer de l’hôpital. On lui a proposé de l’opérer [pour retirer la batterie dans son estomac] mais il a refusé. Je ne sais pas le pouvoir que vous avez mais lui il va pas bien. Il est tout blanc. Ça fait trois ans qu’il est en France, il a pas envie de retourner dans son pays, il a des problèmes avec des gens là bas, et puis c’est la misère. Ici il a un travail. […]

Moi je suis arrivé ici le 20 juin et j’ai déjà vu trois tentatives de suicide. Il y en a un autre qui avait arrêté de manger, il avalait des pièces de monnaie. J’ai pas envie de mourir, mais je me dis que peut-être que le prochain ce sera moi, que je vais finir par avoir envie de me suicider. […]

Il a une batterie dans l’estomac. Si elle ne sort pas de son estomac d’ici 48h il va mourir. Ça va percer son estomac. […] Le juge le menace de 3 ans de prison, ça fait 6 jours qu’il ne mange pas. Nous on vous appelle pour que vous soyez pas surpris s’il meurt. La police dit que son vol c’est demain.

[…] Ici la nourriture est dégueulasse, on peut quasiment rien manger. Parfois ils nous emmènent la gamelle, c’est des trucs périmés. En visites on ne peut pas nous apporter à manger, mais on peut nous emmener des clopes. Alors nous on ne peut pas manger mais on peut fumer. Ça veut dire quoi ça ? On nous traite comme des chiens. Envoie des journalistes, moi je veux parler à la télé, à la radio, de ce qu’on vit ici. C’est pas normal. On est tous des êtres humains ! »

Dimanche 10 juillet, *** n’a pas été renvoyé : « *** a mal, il ne mange pas, il vomit. C’est la deuxième batterie qu’il avale en une semaine. Et hier, il y a un gars, il s’est lacéré le ventre avec une lame de rasoir, les policiers ils ont rien dit, je me suis pris la tête avec eux. Il y en a ils sont gentils, mais ya un groupe, j’ai jamais vu ça, on dirait des fachos. […] Ils ont ramené quelqu’un hier aussi avec la gale. Tout le monde gratte et ils s’en foutent. »


1 : « Le centre de rétention administrative est situé au sous-sol du commissariat. Il est confiné, très exigu et les personnes qui y sont enfermées développent très rapidement des troubles psychiques dus aux conditions particulièrement anxiogènes de leur enfermement. Au-delà d’un certain nombre, les personnes se retrouvent très à l’étroit : la cour est très petite… La lumière naturelle est rare : la seule source étant un puits de jour au cœur de la courette grillagée (20m²). L’ensemble du CRA est éclairé aux néons qui restent parfois allumés la nuit… » – (Rapport rétention Cimade 2019)




Source: Toulouseanticra.noblogs.org