Août 4, 2021
Par Dijoncter
171 visites


Spectacle / Performance pour deux corps pouvant en contenir une infinité

Grange Rose du Quartier Libre des LentillĂšres

Samedi 7 aoĂ»t / 20h30

Nous sommes Marine et Nina. Nous sommes deux corps assignés femme à la naissance. Nous avons cela en commun. Nous avons aussi en commun de trouver cette commune ­évidence pas si ­évidente. Ce ne sont pas les seules choses que nous avons en commun ­­­- nous sommes

amies – mais cette ­commune Ă©vidence pas ­évidente du tout que nous avons en commun, d’ĂȘtre nĂ©es de sexe fĂ©minin, nous colle un peu trop Ă  la peau.

Nous avons Ă©tĂ© construites par cette commune Ă©vidence qui classe et ­hiĂ©rarchise les ­individus entre hommes et femmes, qui ­fabrique des ­identitĂ©s normatives et qui acte la binaritĂ© sexuelle comme ­vĂ©ritĂ© « naturelle Â» du ­vivant. Nous avons ­compris, un peu tard Ă  notre goĂ»t, que nous avions

grandi dans une ­sociĂ©tĂ© qui marginalise et condamne tout corps vivant qui ne ­rĂ©pond pas aux ­injonctions de l’ordre dominant : le rĂ©gime hĂ©tĂ©ropatriarcal et ­colonial.

En prenant comme outils et comme armes nos proprescorps, nous voulons disséquer ce qui en nous agit comme fabrique du genre.

Mais c’est quoi « notre fĂ©minitĂ© Â», « notre masculinitĂ© Â» ? Par exemple, ça veut dire quoi, « t’as une prĂ©sence masculine Â», « t’es trop masculine Â», ou « c’est pas un peu trop fĂ©minin Â» ? Si notre corps est une architecture plurielle, de quoi est-elle faite ?

Et par qui ? Et comment ?

Pas de réponses dogmatiques ou idéologiques.

Mais chercher les bonnes questions

celles qui font sens.

IL FAIT BEAU COMME LADY GAGA c’est la rĂ©appropriation et l’émancipation massives de nos corps. En dĂ©cortiquant les rouages de la fabrique du genre, nous voulons Ă©crire et faire entendre nos propres rĂ©cits, Ă©mancipĂ©s du Grand RĂ©cit ­dominant et assourdissant. Des rĂ©cits complexes, contradictoires, honteux, bizarres, sans queue ni tĂȘte, trash, impurs et naĂŻfs, risibles et dĂ©jantĂ©s mais les nĂŽtres.

IL FAIT BEAU COMME LADY GAGA prendra la forme d’un travestissement incessant.




Source: Dijoncter.info