NOTA : Cet article est une traduction / fusion de deux articles ( voir sources) avec des ajouts issus de ma propre expérience. J’ai à volontairement choisi de parler que de Facebook car cela me semble le plus urgent au vu de la pratique quotidienne de certain.e.s militant.e.s.

La mauvaise nouvelle est que beaucoup de gens sur lesquels ils récoltent des informations sont nouveaux dans nos mouvements et sont plus susceptibles d’avoir une sécurité numérique plutôt laxiste. De plus, la capacité de l’extrême droite à récolter des informations montre que nous avons besoin de renforcer notre sécurité ! Et cela à mesure que nous avançons actuellement dans l’ère de plus en plus autoritaire de Trump (ou Macron), il faudra incorporer ces processus dans nos routines quotidiennes.

La bonne nouvelle est qu’en prenant une série de mesures simples sur les médias/réseaux sociaux et en envoyant quelques demandes de désengagement à plusieurs sites Web, vous pouvez vous rendre beaucoup plus anonyme. En se référant à une culture de sécurité de base, nous serons tous/toutes plus en sécurité. Non seulement de l’espionnage et de la surveillance qui est si répandu dans toute cette société (gouvernements, GAFAM, etc) Mais aussi des forces auxiliaires de l’extrême-droite qui renforcent l’État en attaquant nos mouvements.

Lutter contre le monstre Facebook


Facebook est un endroit où la plupart des informations sont récoltées. L’une des manières les plus utilisée est de regarder les listes d’invités dans des événements anarchistes, antifascistes et radicaux. En regardant simplement qui va à ces événements et en cliquant sur leurs profils, ils peuvent obtenir une bonne idée de qui, dans une zone donnée, est probablement impliqué dans son organisation. En utilisant cette méthode, les trolls de l’Alt-Right ont tentés de doxx divers groupes d’antifascistes et d’anarchistes. Et bien que cela expose seulement ceux qui soutiennent publiquement des projets, des idées et des organisations révolutionnaires, c’est quelque chose que nous ne pouvons laisser faire. Et plus important encore, c’est quelque chose que nous pouvons facilement stopper.

N’oubliez jamais que tout ce que vous dites sur Facebook, comme dans une salle d’audience, est enregistré et peut être obtenu par la police et le gouvernement à tout moment, de même manière que tout ce que vous partagez, publiez ou « likez » est consultable. N’organiser jamais vos actions sur messenger !

Les personnes qui créent des événements Facebook / admin de page




Illustration 1 : bien, pas bien !

Il faut simplement configurer la liste des invités / participant.e.s / membres en privé. Pour se faire une fois que vous avez créé la page événement, vous cliquez sur « EDITER », puis allez en bas du formulaire cliquer sur « FAIRE LISTE D’INVITÉ PRIVÉ ». Cela ne peut être fait uniquement depuis un ordinateur (de bureau ou portable).

REMARQUE : quand les gens recherchent l’événement, qu’il s’affiche dans le flux d’actualité ou qu’il est partagé, le nombre de participant.e.s est toujours indiqué.

Définir des événements Facebook en privé est terriblement important et ne prend littéralement que quelques secondes. En règle générale aussi, lorsque l’événement est terminé, supprimez-le ! Assurez vous donc d’être bien en admin sur l’événement donc si vous êtes plusieurs groupes à l’organiser, ça vous assurera d’avoir les droits pour le supprimer. Rappelez-vous bien qu’après chaque événements antifascistes qui a eu lieu, du doxx à été fait sur les participant.e.s en utilisant les informations disponibles. Faisons-en une habitude ! Il faut créer ces événements avec une liste d’invités privés et ainsi empêcher nos ennemis de savoir qui est qui d’un simple coup œil puis les supprimer pour ne laisser aucunes traces.

Pour les pages publiques (pages de groupe, comptes personnels utiles pour l’organisation / administrateur, etc.), réfléchissez aussi bien à ce que vous publiez car vous avez choisi une manière publique de fonctionner. Vous avez des gens apparaissant sur des photos, voir même taggé dessus ? A vous de parcourir et de supprimer les informations et les photos de toute personne qui ne vous a pas explicitement dit qu’elle est à l’aise d’être publique. C’est de votre responsabilité.

Que faire dés maintenant en tant que militant.e.s ???


Illustration 2 : Bien, bien, bien, pas bien !

En premier lieu repérer les informations de votre Facebook qui sont publique, utiliser pour cela stalkscan.

Ne mettez aucunes photos de votre visage, et même une photo de dos peut permettre de deviner la silhouette spécifique d’une personne !

Si vous utilisez peu Facebook/Twitter/instagram (messenger compris), supprimer votre compte/profil. Ni plus, ni moins, autant supprimer le mal à la racine. Si vous êtes obligé.e de l’utiliser, vous devriez peut-être envisager d’avoir un compte perso et un autre compte pour le militantisme.

Que ça pour votre perso ou votre compte militant : mettez tout en privé. S’il n’y a aucune raison pour quiconque de voir quelque chose, rendez-le accessible uniquement à vous. Par exemple : votre liste d’amis, les groupes que vous suivez / likez, etc. Si vous souhaitez partager quelque chose avec d’autres personnes, assurez-vous qu’il ne s’agit que de vos amis, mais limitez-le autant que possible afin de minimiser les dommages collatéraux (mise en danger vos proches). Par exemple pour partager un événement ou un article vous pouvez envoyer le lien de celui-ci par message privé à votre camarade.

Changez aussi votre nom et votre nom d’utilisateur si vous en avez un. Vous pouvez avoir un « nom d’utilisateur » qui apparaît comme l’URL pour accéder à votre page. Facebook.com/chienfou vous amènerait à la page de Chien Fou ou à toute personne ayant d’abord réclamé le nom d’utilisateur. Pour changer cela, allez dans les paramètres généraux de votre compte et changez le nom et le nom d’utilisateur en même temps. Cela évitera que votre nouveau nom soit trouvé dans l’ancienne URL et que votre nouvelle URL soit trouvée par votre ancien nom. Choisissez des itérations difficiles à deviner.

REMARQUE : les pages Facebook sont également accessibles par identifiant de compte (numéro attribué différent de nom d’utilisateur). Ne vous fiez donc pas à cela pour assurer une protection complète contre le suivi. Si votre adversaire est malin, il est possible qu’il ait enregistré l’identifiant du compte. Si vous avez besoin de vous éloigner complètement de votre compte actuel, créez en un nouveau.

En résumé :


Supprimer vos comptes de réseaux sociaux (facebook/twitter/instagram/etc) sinon assurez-vous qu’ils sont mis bien en privé, et si vous configurez des événements, assurez-vous que la liste des invités est en privée !!!

Source (en anglais) :

https://digitaldefense.noblogs.org/social-media/

https://itsgoingdown.org/time-beef-defense-against-far-right-doxxing/


Article publié le 29 Juin 2019 sur Iaata.info