Mai 23, 2021
Par Rebellyon
381 visites


Dans les CRA les violences mĂ©dicales sont quotidiennes. Les unitĂ©s mĂ©dicales participent au systĂšme qui trie, enferme et expulse les personnes sans-papiĂ©risĂ©es, et sont directement complices de la PAF. Le soin est par dĂ©finition incompatible avec l’enfermement.

Le texte suivant a Ă©tĂ© envoyĂ© Ă  une liste de structures et d’associations liĂ©es au milieu mĂ©dical et mĂ©dico-social afin de les alerter sur les pratiques mĂ©dicales abusives dans le CRA de Lyon Saint ExupĂ©ry, rĂ©guliĂšrement dĂ©noncĂ©es par les prisonniĂšr.es dans leurs tĂ©moignages.

« Bonjour,

Nous sommes un collectif qui lutte pour la fermeture des CRA, les prisons pour sans-papiers. Nous sommes en contact avec les prisonniÚr.es et publions réguliÚrement leurs témoignages sur notre site.

Nous voulions vous alerter sur la situation Ă  l’intĂ©rieur du CRA de Lyon Saint-ExupĂ©ry. Depuis que nous sommes en contact avec des prisonniĂšr.es, tous les tĂ©moignages qui abordent la question de l’accĂšs aux soins et des conditions sanitaires au sein de l’UMCRA font Ă©tat des violences mĂ©dicales systĂ©matiques exercĂ©es Ă  leur encontre sous diffĂ©rentes formes : distribution abusive de traitements, notamment psychotropes (anxiolititiques, neuroleptiques
) et substitutifs, refus de la part du mĂ©decin d’appeler le SAMU ou les pompiers, refus d’accĂšs Ă  des soins urgents, non prise en considĂ©ration de symptĂŽmes dĂ©crits par la personne, posologie arbitraire, rupture de traitement nĂ©cessaire…

De toute Ă©vidence, le dispositif des UMCRA ne garantit pas le droit fondamental Ă  la protection de la santĂ©, consacrĂ© par l’alinĂ©a 11 du prĂ©ambule de la Constitution de 1946, qui implique, outre la sĂ©curitĂ© sanitaire, un Ă©gal accĂšs aux soins ainsi que leur continuitĂ©. De trop nombreux tĂ©moignages mettent en cause la dĂ©ontologie mĂ©dicale et indiquent le non-respect de la dignitĂ© des personnes enfermĂ©es malades. Au lieu de les accompagner et de leur apporter les soins nĂ©cessaires, par dĂ©finition incompatibles avec l’enfermement, les unitĂ©s mĂ©dicales au sein des CRA minimisent les souffrances psychiques et physiques exprimĂ©es, et participent ainsi Ă  renforcer la vulnĂ©rabilitĂ© des personnes concernĂ©es. DĂ©jĂ  soumises Ă  la violence administrative et policiĂšre inhĂ©rente Ă  l’enfermement, les prisonniĂšr.es sont donc Ă©galement confrontĂ©.es Ă  une violence mĂ©dicale plus difficile Ă  dĂ©noncer.

Les acteur.ices du mĂ©dico-social ne doivent pas cautionner la logique rĂ©pressive et raciste qui existe dans les CRA, et qui est elle-mĂȘme la cause de souffrances physiques et psychiques pour les prisonniĂšr.es. Au minimum, il est en votre pouvoir de prendre position publiquement pour dĂ©noncer cette situation.

Vous pouvez lire sur ce blog des tĂ©moignages des prisonniĂšr.es du CRA de Lyon, qui attestent rĂ©guliĂšrement les cas de maltraitances mĂ©dicales. Le rapport des associations sur les CRA de 2019 Ă©voque Ă©galement « un droit Ă  la santĂ© de plus en plus sacrifiĂ© Â». D’autres tĂ©moignages sont Ă  lire sur les sites de A bas les CRA et Toulouse Anti Cra.

Lyon anticra, collectif de soutien aux prisonniĂšr.es du CRA de Lyon et de lutte pour la fermeture des centres de rĂ©tention Â»

A BAS LES CRA !

FERMETURE DES FRONTIERES !

LIBERTE POUR TOUS.TES LES PRISONNI.ERES !

site : https://crametoncralyon.noblogs.org/

facebook : lyon anticra

twitter : @anticra_lyon




Source: Rebellyon.info