Décembre 31, 2022
Par Le Monde Libertaire
140 visites

Les amateurs de ballon rond devraient en prendre de la graine
Ils seraient même avisés d’investir une passion aussi dévorante
Mais qui n’est pas sujette, elle, aux inconvénients de l’aléatoire
Une passion sublime qui ne fait que des vainqueurs : la guerre.

Du soir au matin, sept jours sur sept, jusqu’à en perdre haleine
La guerre occupe des vies fades, aussi inutiles qu’inintéressantes
Raison pour laquelle les traités de paix restent au fond des tiroirs
De peur de retrouver les maux, apathie et morosité, de naguère.

Laissons de côté les conflits qui annulent peu d’âmes humaines
Le nombre de morts fixant un seuil pour une guerre trépidante
Laissons également de côté les bisbilles et les menus foutoirs
Pour nous concentrer sur les fastueuses boucheries militaires.

Birmanie, Éthiopie, Somalie, Syrie, Mali, Yémen et Ukraine
Rimes en I, haine, hyènes pour un flot de tueries excellentes
Afghanistan, Soudan, Ouganda et Nigéria, superbes mouroirs
Occasions d’ouvrir de drolatiques enquêtes parlementaires.

La République démocratique du Congo est un beau spécimen
On y ressert plusieurs fois les plats de l’histoire affriolante
Les armes n’ont pas le temps de rouiller sur leurs reposoirs
Comprenez que j’en en fasse ici une apologie génocidaire.

Bien entendu la palme revient à l’Irak de Saddam Hussein
Champion de la canonnade, maître de la violence attenante
Ce serait finalement justice qu’à grands coups d’encensoirs
La liturgie canonique lui fasse une place à la droite du Père.

En Europe, dans les Amériques, sur les étendues africaines
Au Moyen comme en Extrême-Orient, la guerre est garante
D’une ivresse que l’abonné du plus fantastique assommoir
Ne saurait trouver dans sa chope ni dans aucun autre verre.

Céd.

Le passager clandestin




Source: Monde-libertaire.fr