Juin 12, 2017
Par Collectif Emma Goldman
155 visites


Suite à la publication de l’article « En exclusivité : Petite visite au BBQ de La meute », une personne membre de la section régionale de La Meute nous a écrit pour nous faire part de son inquiétude par rapport à leur projet de harcèlement ,de provocation et de violence lors d’un événement cette semaine. Désirant conserver l’anonymat, celle-ci nous a fait parvenir ces captures d’écran du groupe privé de la section régionale sur Facebook. Le Collectif Emma Goldman tient à préciser qu’il sera présent à la soirée peu importe les menaces de l’extrême-droite.

Les idiocrates ont trouvé leur ennemi et il sera au lancement de la revue de gauche À Babord à la Tour à Bières de Chicoutimi, vendredi soir prochain . Humiliée à deux reprises à Chicoutimi, soit lors de l’une de leurs distributions de pamphlets (par les « AmiEs des bélugas ») puis lors de leur marche au mois de mars, les mâles alphas promettent de sortir les bras et leurs uniformes de fascistes pour se venger de ce qu’ils considèrent les « islamos-gauchistes-antifas ». Leur fantasme d’expédition punitive rencontrera la réalité; ils et elles peuvent aller se rhabiller.

*  Le collectif invite toutes les personnes et organismes qui ont participé à la revue ou à l’événement à dénoncer haut et fort les menaces de ce groupuscule fascisant. *

Qu’est-ce qu’ils et elles espèrent réaliser en venant à ce lancement, outre essayer d’intimider et de provoquer les participants et participantes? Chose certaine, de désigner des militants et militantes de gauche comme leur ennemi les détournera un moment de leur harcèlement envers les personnes de confession musulmane. Tant mieux !

Pour La Meute la liberté d’expression n’est valide que pour la propagande raciste 

Les chefs de le Meute devront-ils rappeler à l’ordre leur chapitre local ou bien n’est-ce pas pour eux dans l’ordre des choses que de voir leurs « soldats » attaquer leurs opposants et opposantes ? Car, au début du mois de janvier 2017, le porte-parole de La Meute déclarait : « Peu importe votre origine ethnique, vos croyances religieuses ou votre orientation sexuelle, si vous subissez des pressions ou des menaces parce que vous exercez votre droit à la liberté d’expression, contactez-nous et nous serons là ». Et Claude Patry, le chef de la section régionale, qui disait il y a peu de temps : « J’ai 64 ans. Je ne suis pas un violent. Je suis contre la violence aussi. Et j’ai bel et bien dit au groupe que s’il arrivait quoi que ce soit et qu’il y avait de la violence là-dedans, je vais quitter. Ça va être terminé. On est là pour donner de l’information. On n’est pas là pour faire la guerre. On ne veut pas l’avoir la guerre. On veut avoir la paix ». Leur truc sur la liberté d’expression ne semble rien d’autre que du pipo pour les journalistes. Soyons francs et franches, La Meute se comporte comme des « chemises noires » avec sa forme d’organisation paramilitaire, ses uniformes et ses provocations. La liberté d’expression n’est pour elle rien d’autre que sa propre liberté d’attiser les peurs et de stigmatiser une partie de la population.

Pour conclure, voilà une autre capture d’écran témoignant de la gêne que provoquent les opinions racistes des membres de la section régionale de La Meute dans leurs propres familles.




Source: