Viktor Orban, le premier ministre hongrois, au pouvoir depuis 2010, se rêve en “apôtre” d’une reconquête conservatrice.
Souverainiste issu d’un milieu calviniste, il a placé sa campagne électorale à venir (élections européennes), sous le signe de la défense des « nations chrétiennes » contre l’immigration, qu’il associe uniquement au terrorisme, ainsi qu’à la violence. Budapest finance largement la reprise par les Églises (catholiques et protestantes), de