Avril 19, 2021
Par Union Syndicale Solidaires
181 visites



Vendredi 16 avril, entre 8 et 18 mois de prison ferme ont été infligés à cinq opposant-es hongkongais-es de premier plan pour leur implication dans les manifestations monstres ayant eu lieu le 18 et 31 août 2019 à Hong Kong.

Parmi eux/elles figuraient :

- Lee Cheuk-yan, secrétaire général de la centrale syndicale HKCTU (14 mois),

- Leung Kwok-hung (surnommé « Long Hair ») de la League of Social Democrats (18 mois).

Cinq autres personnes ont écopé de peines du même ordre assorties d’un sursis.

Et la répression ne s’arrête pas là. Un autre procès est programmé prochainement contre 47 figures marquantes de l’opposition sociale et politique. Parmi eux/elles :

- Carol Ng, présidente de la centrale syndicale HKCTU,

- Winnie Yu, présidente du syndicat HAEA du personnel de l’hospitalisation publique,

- “Long Hair”, déjà condamné le 16 avril.

La plupart d’entre eux/elles sont en détention provisoire depuis le 28 février. Les peines encourues peuvent aller cette fois-ci jusqu’à la prison à vie.

Plus de 2 500 poursuites judiciaires sont par ailleurs en cours, dont 720 peuvent entraîner également un emprisonnement à vie.

Comme l’a déclaré notre camarade Lee Cheuk-yan face aux juges, “le droit des peuples à manifester pacifiquement est un droit fondamental”.

“La liberté d’expression par la parole ou la manifestation est le seul moyen dont disposent les faibles et les opprimé.es pour redresser les torts qui leur sont faits”.

Pour mettre un terme à cette escalade répressive, la solidarité internationale est plus que jamais nécessaire.

Documents à télécharger

Article publié le 19 avril 2021




Source: Solidaires.org