Octobre 30, 2021
Par Le Monde Libertaire
175 visites


17 octobre 1961, des milliers d’AlgĂ©rien.nes sortent des bidonvilles pour aller manifester Ă  Paris obĂ©issant plus aux ordres qu’aux mots d’ordre de la FĂ©dĂ©ration de France du FLN. La police parisienne, aux ordres de Papon, va montrer tout son savoir-faire en matiĂšre de violence crasse et de rĂ©pression meurtriĂšre. Le nombre de morts ? Les historiens sont divisĂ©s. mais ce sera toujours trop. Ces morts viendront Ă  la suite des quelques 150 homicides « officiels Â» de Nord-Africains survenus depuis le dĂ©but de cette annĂ©e 61. Le ML Ă©tant Ă  cette Ă©poque mensuel, c’est donc en novembre que l’équipe du journal publiera l’article ci-dessous.

Ml n° 71 de novembre 61
Hitler vainqueur

S’il est vrai comme on en a bien lĂ©gĂšrement accusĂ© la population allemande, qu’un peuple est responsable de son rĂ©gime, de quels crimes les Français auraient-ils Ă  rendre compte Ă  l’humanitĂ© ?
Ces crimes sont consommĂ©s Ă  un tel rythme et grandissent tellement en horreur que les rares hommes qui croient encore en l’humaine dignitĂ©, n’ont ni le temps ni les moyens d’en appeler Ă  la conscience universelle.
Nous sommes dans la seconde moitiĂ© (bien entamĂ©e) du vingtiĂšme siĂšcle, nous nous Ă©merveillons d’une technique qui grandit tous les jours, nous nous gargarisons du mot progrĂšs et cependant on arrĂȘte sans jugement, on emprisonne, on torture, on fait disparaĂźtre, on assassine deux cents ans aprĂšs la destruction de la Bastille.
La lettre de cachet est à l’honneur et relùve non d’un monarque mais d’un simple argousin.
Notre sociĂ©tĂ© est un coupe-gorge et chaque jour des Nord-Africains, sans appartenance politique d’aucune sorte (et sans qu’on prenne la peine de s’en assurer) sont jetĂ©s dans des culs-de-basse-fosse.
Pourquoi ? Pour rien, parce qu’ils s’appellent Mohamed et qu’ils commettent le crime, leur travail terminĂ©, de rentrer chez eux.
Les camarades d’atelier constateront que celui qui a eu l’audace de naĂźtre de l’autre cĂŽtĂ© de la MĂ©diterranĂ©e n’a pas reparu Ă  sa place habituelle.
OĂč se trouve-t-il ? EmbastillĂ© ? À la salle des tortures ? TuĂ© ?
La police ne va pas condescendre jusqu’à rendre des comptes.
Un « bicot Â» de plus ou de moins, est-ce que ça se remarque ?
Cependant, du haut des tribunes, on continue Ă  pĂ©rorer sur le respect dĂ» aux communautĂ©s et sur les possibilitĂ©s d’une rĂ©conciliation fraternelle.

Au lendemain de ces Ă©vĂ©nements qui ont troublĂ© Paris, qui ont permis Ă  la police de donner la mesure de sa fĂ©rocitĂ© et de sa sauvagerie face Ă  une manifestation pacifique, qui de nous n’a senti peser la grande ombre du triomphateur de la derniĂšre guerre.
Oui, mort ou vivant, son armĂ©e Ă©crasĂ©e ou non, c’est Hitler qui est le vainqueur.
C’est Hitler qui fait peser sa loi puisque la torture est toujours pratiquĂ©e, les camps de concentration toujours en place et gorgĂ©s d’hommes et les populations des nations du Globe muettes devant tout ce qui fut la gloire du fascisme.
À genoux devant Hitler, gouvernants de ce monde !
À genoux devant Hitler, peuples qui n’avez combattu qu’un ennemi de votre pays et non pas un ennemi de l’humanitĂ©.

La rédaction




Source: Monde-libertaire.fr