Avril 11, 2021
Par Le Monde Libertaire
267 visites


Ce dimanche 11 avril 2021, Ă  l’occasion des cinq ans du vote de la loi du 13 avril 2016 visant Ă  renforcer la lutte contre le systĂšme prostitutionnel et Ă  accompagner les personnes prostituĂ©es, le Collectif Abolition Porno Prostitution (CAPP, collectif de survivantes de la porno et de la prostitution) a organisĂ© un happening devant le Moulin Rouge, au cƓur du quartier rouge de Paris, haut lieu de l’exploitation sexuelle.

Les colleuses de l’Amazone Paris, ainsi que des Femen, accompagnaient ces survivantes pour dire que cette loi est un dĂ©but dĂ©cisif dans la lutte contre les violences machistes mais qu’il y a Ă  dĂ©noncer la trop faible application de la loi ainsi que ses failles. En effet, la reconnaissance que la prostitution est une violence a mis fin Ă  la rĂ©pression des personnes prostituĂ©es et a ouvert la responsabilisation des clients prostitueurs en inversant la charge pĂ©nale. Au-delĂ  de la dĂ©pĂ©nalisation de la prostitution, le plus important reste Ă  faire : le nombre de parcours de sortie de la prostitution est inĂ©galement rĂ©parti sur le territoire et trĂšs faible, et les interprĂ©tations varient d’un dĂ©partement Ă  un autre. Selon la FĂ©dĂ©ration des actrices et acteurs de terrain et des survivantes de la prostitution, aux cĂŽtĂ©s des personnes prostituĂ©es (FACT-S), un peu plus de 3 000 personnes ont pu ĂȘtre accompagnĂ©es, sur seulement 34 % des dĂ©partements dotĂ©s de commissions : donc, 2 000 parcours de sortie et 1 000 personnes ayant suivi un stage de sensibilisation Ă  la lutte contre l’achat d’actes sexuels.

Il manque aussi des lieux d’accueil pour les femmes et les mineures apportant une rĂ©ponse pertinente aux problĂ©matiques liĂ©es Ă  la prostitution : suivi psychologique axĂ© sur les psychotraumatismes et les addictions, accĂšs au logement, Ă  un titre de sĂ©jour, conseil et soutien juridique, accompagnement vers un emploi, etc. Comment concevoir que l’allocation de quelques centaines d’euros puissent permettre Ă  quiconque de sortir de la prostitution ? Au minimum, le SMIC pourrait reprĂ©senter une porte de sortie. Ce sont 2,4 milliards qui sont exigĂ©s pour assurer, sur 10 ans, la sortie de prostitution de toutes les personnes qui le souhaitent. Il est important, en outre, de lancer de grandes campagnes de prĂ©vention Ă©duquant la population aux dommages causĂ©s par le systĂšme prostitutionnel, la banalisation de la violence et l’omniprĂ©sence de la pornographie dans la culture populaire.

Cette lutte pour l’abolition de la prostitution est menĂ©e par des survivantes, des femmes ayant Ă©chappĂ© Ă  cette violence, se reconstruisant et voulant aujourd’hui rĂ©vĂ©ler la rĂ©alitĂ© de cette industrie et les hommes qui en profitent. Ce sont les voix de survivantes qui ont Ă©tĂ© diffusĂ©es pendant deux heures, pendant que les militantes tenaient des pancartes en silence.




Source: Monde-libertaire.fr