Novembre 1, 2018
Par Zone À Défendre
3 visites


Comme ce fut le cas à Notre-Dame-des-Landes contre un projet d’aéroport,
qui a mobilisé une large partie de la population ici et ailleurs ; dans
l’est de la France, l’État cherche à imposer ses infrastructures
titanesques au dépend de l’avis des habitant·e·s. Depuis plusieurs
années, des personnes s’opposent au projet d’enfouissement des déchets
radioactifs, CIGEO. Pendant que l’État cherche à étouffer cette
opposition, le projet se concrétise progressivement : travaux de la voie ferrée, défrichement du bois Lejuc, construction du transformateur électrique, consultations publiques tronquées[1]…

À Bure, les personnes en lutte contre ce projet subissent une répression acharnéee : forte présence militaire, une cinquantaine de procès, des
dizaines de mois de sursis, presque 2 ans de prison ferme cumulés, plusieurs milliers d’euros d’amendes, 26 interdictions de territoire, une vingtaine de perquisitions…
L’instruction pour association de malfaiteurs ouverte en juillet 2017 ajoute un poids à la répression et a pour conséquence de criminaliser la lutte et de masquer ce qu’il y a de politique dans l’opposition au nucléaire.

Le 13 novembre auront lieu les rendus des procès du 16 octobre[2]. Le lendemain, cinq personnes mises en examen pour association de malfaiteur·ice·s passent à la cour de cassation pour demander la levée de leur contrôles judiciaires.

Pour toutes ces raisons et parce que la lutte contre CIGEO ne s’arrête pas à Bure : affirmons notre soutien, sortons de l’atomisation et reprenons part à la danse !

Rassemblons-nous ce samedi à 17h place du bouffay à Nantes, avec joies,
musiques, et boissons chaudes ![3]

[1] https://bureburebure.info/debut-des-travaux-de-la-voie-ferree/ ; Plus d’infos sur vmc.camp ; manif-est.info ; bureburebure.info
[2] Retour sur les procès du 16 octobre :
https://bureburebure.info/bure-13-proces-et-le-tribunal-evacue/
[3] En réponse à l’appel : https://noussommestousdesmalfaiteurs.noblogs.org/





Source: