Janvier 5, 2021
Par La Bogue
308 visites


Contre le projet de loi Sécurité globale, pour la liberté, rendez-vous ce samedi 9 janvier, à Guéret, 11 heures devant la mairie !

2021 est arrivé et on reste mobilisé-e-s !

La promesse de ré-écriture de l’article 24 du projet de loi Sécurité globale ne suffit pas !

2020 a vu des mobilisations nombreuses et d’ampleur dans presque tous les secteurs : les hospitaliers, les facteurs, les cheminots, les enseignants, les retraités, les journalistes, les chômeurs et précaires, les artistes et tous les acteur des secteurs artistiques et culturels…

Nous avons manifesté contre les violences policières, contre le patriarcat, contre le racisme…

Nous avons manifesté contre ce gouvernement et ce système ultralibéral…

Et ce malgré la crise sanitaire qui nous est tombée dessus et sa gestion désastreuse.

2020 a vu ni plus ni moins qu’une déclaration de guerre (« Nous sommes en guerre », Emmanuel Macron au virus), la déclaration de l’état d’urgence et sa prolongation jusqu’à aujourd’hui, la mise en place de deux confinements, d’un couvre-feu, la fermeture des discothèques (qui n’ont jamais réouvert depuis mars dernier !), des bars, restaurants, café, théâtre, salles de concerts – et même des librairies ! – l’interdiction de nous réunir…

Et malgré tout nous étions dans la rue !

En 2020 sont nés :

Le projet de loi Sécurité globale et l’élargissement des trois fichiers de « sécurité publiques » permettant de surveiller et ficher plus massivement la population et notamment les militants et militantes,

Le projet de loi contre les séparatismes – rebaptisé projet de loi « Confortant les principes républicains » et ses dispositions visant à interdire l’instruction à domicile,

Un projet de loi « Pour un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires » présenté en toute fin d’année et permettant notamment au Premier ministre de prendre par décret à peu près toutes les dispositions permises par la loi d’état d’urgence : limiter ou interdire les déplacements, limiter ou interdire l’ouverture de certains commerces… et conditionner les déplacements de la population à la présentation des résultats d’un test et/ou au « suivi d’un traitement préventif, y compris l’administration d’un vaccin, ou d’un traitement curatif »

En 2020 le gouvernement a aussi reculé,

sur l’article 24 du projet de loi « Sécurité globale » et sur l’utilisation des drones.

On lâche rien !

2020 a vu des attaques en règle contre nos libertés collectives et individuelles,

2021 verra la liberté l’emporter sur l’autoritarisme et l’obscurantisme !

Pour la défense de nos libertés collectives et individuelles faisons entendre nos voix :

Rassemblement samedi 9 janvier à 11 heures, devant la mairie de Guéret suivi d’une assemblée générale pour décider ensemble de la suite de la mobilisation.

Sud-Education Limousin ; Attac 23 ; Stop Mines 23 ; Le Théâtre d’Or (Boussac) ; NPA 23 ; Sang Conteste (groupe de musique, Fransèches).

Le 16 janvier la convergence des luttes en Limousin se fera à Limoges.

…………………………………………………………………………..

Petit compte-rendu du précédent rassemblement contre le projet de loi Sécurité globale et pour la Liberté du 19 décembre 2020 à Guéret

Nous étions environ 80 personnes réunies ce samedi 19 décembre 2020 devant la mairie de Guéret pour protester une fois de plus contre le projet de loi Sécurité globale.

Associations, syndicats, partis politiques, citoyens, citoyennes, tous et toutes, nous avons ré-affirmé que la promesse de ré-écriture de l’article 24 du projet de loi ne suffisait pas. Ce projet entier est une atteinte à nos libertés. Et si nous y ajoutons le projet de loi contre les « séparatismes » rebaptisé depuis projet de loi « confortant les principes républicains », ou la publication récente de 3 décrets élargissant considérablement les possibilités de fichage de la population, et notamment des militants et militantes, nous voyons poindre un avenir pas très réjouissant où la liberté de manifester – ou de manifester ne serait-ce qu’une opinion contradictoire – seront des motifs de fichage, voire d’arrestation. (Nous voyons bien se généraliser depuis quelques années des arrestations pour « groupement en vue de commettre des dégradations ou violences » lors des manifestations).

Comme les fois précédentes, plusieurs prises de paroles se succèdent : une lettre ouverte au président ; une « déclaration » exigeant la ré-ouverture immédiate des « lieux de culture », puisque les églises sont ouvertes et accueilleront des concerts ; la re-lecture de l’appel de plusieurs associations, du NPA23 et de plusieurs citoyens et citoyennes à prendre publiquement position contre ce projet de loi ; une intervention remettant en question le bien-fondé de la décision préfectorale de prolonger l’obligation du port du masque dans tous les espaces publics creusois, alors qu’en Corrèze ou Haute-Vienne, départements pourtant plus peuplés, cette obligation a été levée et ne reste actuellement en vigueur que dans les lieux publics clos… ; une pétition contre la privatisation des barrages EDF (projet HERCULES) circule à l’initiative de l’intersyndicale.

Comme les fois précédentes, il est évident que le rassemblement dépasse largement la seule question du projet de loi « Sécurité globale », et que c’est bien la liberté, et la défense de la liberté, dans sa globalité, qui nous rassemble.

Dans le contexte actuel d’un état d’urgence qui semble devoir se prolonger au gré des nouvelles vagues de contamination, il est plus important que jamais d’affirmer haut et fort que nous resterons vigilants et engagés pour la défense de nos droits et libertés, car aucun virus, ni aucun attaque terroriste, aussi terrible soit-il ou soit-elle, ne saurait justifier que nous y renoncions.

Nous ne sommes pas dupes du fait que les crises que nous traversons et les malheurs qu’elles engendrent dans nos vies sont utilisées par le gouvernement pour faire passer des lois, décrets et mesures qui autrement ne sauraient être acceptées socialement et humainement.

Un appel national est lancé par la coordination Stop Loi Sécurité globale à organiser des marches les 2, 16 et 30 janvier. Le 16 janvier ce devrait être à Limoges.

Enfin une chorale improvisée entonne quelques chants révolutionnaires, Ferré est parmi nous, tout comme Prévert dont un poème est déclamé.

Nous nous quittons avec la promesse de ne rien lâcher et pour cela nous organisons un nouveau rassemblement le samedi 9 janvier à 11 heures devant la mairie.

Pour nos libertés, ensemble faisons entendre nos voix !




Source: Labogue.info