Novembre 22, 2021
Par Sans Nom
137 visites


Morne-à-l’Eau, 21 novembre. Le PMU après pillage et incendie

Nouvelle nuit de pillages et de violences au septième jour de contestation en Guadeloupe
Martinique/Gaudeloupe1ere, 21 novembre 2021

En Guadeloupe, la campagne de vaccination contre le Covid-19 est venue percuter la colère sourde de nombreux habitants, dont le sentiment d’être méprisés et incompris par les autorités a fini par dépasser la peur de la contamination.
La nuit de samedi 20 au dimanche 21 novembre 2021 a été mouvementée à Pointe-à-Pitre, aux Abymes, au Lamentin à Sainte-Rose et à Petit-Bourg. Pour cette deuxième nuit d’affrontements et de pillages depuis l’instauration du couvre-feu en Guadeloupe (vendredi 19 novembre 2021), des commerces de proximité et de téléphonie, des banques, ont été visés par des pillages. « A chaque fois, une barricade placée en amont nous empêchait d’avancer », selon les gendarmes qui témoignent aussi de soupçons de « faux appels pour nous attirer ailleurs, tout comme les pompiers ».

Lamentin, 21 novembre. Centre commercial de Montplaisir pillé

Au quartier Hibiscus aux Abymes, des affrontements se sont déroulés toute la nuit. Des détonations ont été entendues. Barrages enflammés, et tirs à balles réelles sur les forces de l’ordre, sont signalés. Un pompier et un policier sont blessés. Les émeutiers ont agi dans différentes zones. Ils ont vandalisé la Caisse des écoles et plusieurs magasins du centre commercial Mont Plaisir au Lamentin.
À Grand Camp aux Abymes,  des actes de vandalisme sont enregistrés dans des magasins et dans un studio photo.
Au quartier Assainissement à Pointe-à-Pitre, des bandes de casseurs ont pillé des magasins d’alimentation.
A Goyave et à Port-Louis, les enseignes ‘Général  Bricolage » du groupe Moueza ont été vandalisées.
Le SDIS (Service Départemental d’incendie et de secours) signale que ses agents ont effectué 48 interventions la nuit dernière dont trois pour des feux de véhicules à Pointe-à-Pitre et aux Abymes. Les soldats du feu sont aussi intervenus pour des incendies dans les bureaux de police de Morne-à-l’eau et du Gosier.
A nouveau des commerces ont été vandalisés… mais pas seulement des commerces. Des individus se sont introduits dans les locaux de la police municipale du Gosier, durant la nuit ; ils ont tout saccagé, à l’intérieur et ont tenté de mettre le feu. A Lamentin, des malfaiteurs ont usé d’une pelle mécanique, pour éventrer les devantures de boutiques de la Galeries Montplaisir et du Carrefour Market, pénétrer où bon leur semblait et se servir.

Lamentin, 21 novembre. Carrefour Market éventré à la pelleteuse puis pillé

La circulation toujours entravée

Par ailleurs, EDF Archipel Guadeloupe constate la dégradation d’ouvrages électriques, à proximité des barrages.
C’est le cas notamment à côté de celui érigé à Sainte-Marie, à Capesterre-Belle-Eau, où un arbre a été coupé ; celui-ci, en tombant, a sectionné des câbles électriques. Cette dégradation d’ouvrages prive d’électricité plusieurs usagers et présente des risques réels d’électrocution, voire d’électrisation, pour la population, aux abords de ces barrages.

Dans l’agglomération pointoise, mais aussi dans les points stratégiques de la Guadeloupe, occupés depuis quatre jours, les barrages sont encore positionnés.
La plupart est hermétique : nul ne peut passer au pied de Fouillole, ni au rond-point de Perrin aux Abymes et idem au rond-point de Montebello à Petit-Bourg.
Mare-gaillard, au Gosier, reste occupé, par les bandes mobilisées.
Petit-Canal, Port-Louis, Morne-à-l’Eau et Le Moule ne sont pas épargnées ; des points de blocage sont signalés, en plusieurs endroits.
Vieux-Habitants et Sapotille, à Trois-Rivières, sont bloqués également.
A Sainte-Anne, les ronds-points de Bois-Jolan et Gissac ont aussi été obstrués.

En revanche, en début de journée, le passage était possible à Mahault, à Pointe-Noire, à l’entrée de la route de la Traversée, qui fait le lien entre la Côte-sous-le-vent et l’agglomération pointoise.
Les automobilistes passaient difficilement, à Rivières des Pères, à Basse-Terre, ce matin.

Gosier, 21 novembre. Le poste de police municipale après passage des émeutiers

Les personnes mobilisées usent de centaines de voitures, désormais des carcasses calcinées, pour bloquer toute circulation, mais aussi de bennes à ordures, de déchets divers et de branchages, puisqu’ils n’hésitent pas à abattre des arbres, pour alimenter leurs barricades.

Comparutions immédiates

Des audiences de comparution immédiate vont se tenir dès ce lundi 22 novembre 2021 plusieurs individus seront entendus au tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre pour leur implication potentielle dans le chaos causé, ces derniers jours. Cinq personnes sont placées en détention, une a été déférée pour  « violence volontaire avec arme sur une personne dépositaire de l’ordre publique »  et les autres pour « vols aggravés ».

Dix autres prévenus sont en garde à vue ce dimanche matin. Les forces de l’ordre ont interpellé la nuit dernière (samedi à dimanche).

Colin Petit-Bourg, 21 novembre. Feue la boutique Orange

Pour rétablir l’ordre, le gouvernement a envoyé 200 policiers et gendarmes supplémentaires en Guadeloupe et une cinquantaine d’agents du GIGN et du Raid.




Source: Sansnom.noblogs.org