Juillet 10, 2022
Par Squat.net
283 visites

Groningen (Pays-Bas) – Les squatters du Kraaienest Ă  Groningen ont perdu leur appel et ont dĂ» quitter les lieux dans les trois jours. Une fin subite pour six mois qui en valaient plus que la peine. Mais nous ne faisons que commencer.
Le Kraaienest au Spilsluizen de Groningen a Ă©tĂ© expulsĂ©. Mardi matin, 5 juillet 2022, le verdict du tribunal d’Arnhem-Leeuwarden dans la procĂ©dure d’appel a Ă©tĂ© annoncĂ©. Nous avons dĂ» partir dans les trois jours sous la menace d’une amende de 10 000 euros par jour de sĂ©jour (plus 4500 euros de frais de justice). La raison en Ă©tait que Stichting Valquest avait vendu la propriĂ©tĂ© Ă  la sociĂ©tĂ© immobiliĂšre LMJD B.V. avant que nous venions y vivre, mĂȘme si la sociĂ©tĂ© immobiliĂšre n’avait pas encore annoncĂ© explicitement ses plans concrets. Elle voulait commencer Ă  rĂ©nover immĂ©diatement, afin qu’ Â»il n’y ait plus de vacance rĂ©elle Â». Lorsque nous avons obtenu gain de cause en janvier, le juge des rĂ©fĂ©rĂ©s a estimĂ© qu’il n’y avait pas d’intĂ©rĂȘt urgent et que notre intĂ©rĂȘt Ă  vivre sur place l’emportait temporairement. Maintenant, un jugement a Ă©tĂ© rendu contre cette dĂ©cision. De quels intĂ©rĂȘts parlons-nous ? Le seul intĂ©rĂȘt pour les spĂ©culateurs immobiliers comme Joshua Camera et tous les autres capitalistes qui auraient un intĂ©rĂȘt direct dans cette affaire est de gagner de l’argent qu’ils ont dĂ©jĂ  suffisamment. Ce n’est pas un intĂ©rĂȘt, c’est un profit sur le dos des autres. Nos intĂ©rĂȘts sont nos vies et la lutte pour la justice. Cette logique capitaliste de la possession nous a presque mis sur la paille. Nous savions dĂ©jĂ  que les tribunaux protĂšgent la propriĂ©tĂ© privĂ©e, nous ne sommes donc pas surpris. Cela ne nous rend pas moins en colĂšre.

Selon la loi, l’expulsion d’un bĂątiment squattĂ© ne doit pas conduire Ă  une vacance injustifiĂ©e. Mais comment justifier un bĂątiment qui est transformĂ© en quelque chose que seul un petit groupe de personnes peut se permettre ? Les rĂšgles du jeu peuvent parfois jouer en notre faveur, mais elles sont fondamentalement injustes. Le fait que nous soyons maintenant sans abri et que nous devions dormir chez des ami.es ne rapporte pas d’argent. Les propriĂ©taires n’utilisent pas les maisons, mais les possĂšdent selon le systĂšme.

La ville n’a pas besoin d’un autre grand cafĂ© ou d’appartements de luxe, mais de logements bon marchĂ© et d’un espace social accessible. L’immobilier rapporte certes beaucoup d’argent, mais c’est parce que le prix est payĂ© par les classes infĂ©rieures qui doivent toujours en faire les frais. Nous crĂ©ons la richesse tout en n’obtenant comme lot de consolation que des formes indirectes de violence comme les expulsions et les conditions de vie prĂ©caires. Le capitalisme est une violence, nous nous dĂ©fendons. Il n’est pas Ă©tonnant que la propriĂ©tĂ© soit protĂ©gĂ©e, car lorsque les gens ont volĂ© quelque chose, iels veulent le garder. La propriĂ©tĂ© est un vol. Les loyers exorbitants sont tout Ă  fait normaux de nos jours, mais peu de gens disent Ă  voix haute qu’iels ont l’impression d’ĂȘtre volĂ©.es chaque mois. Nous, les squatters, ne voulons pas ĂȘtre les seul.es Ă  ne pas avoir de loyer, nous ne voulons pas que quelqu’un.e doive dĂ©penser autant d’argent pour un propriĂ©taire.
Les maisons rĂ©servĂ©es aux riches ne sont-elles pas aussi une sorte d’inoccupation injustifiĂ©e ? J’emmerde cette gentrification ! La commercialisation de la ville et du logement continue tandis que les pauvres sont repoussĂ©.es de plus en plus loin du centre. Le squat n’est qu’un exemple de rĂ©sistance Ă  cette situation.

Cette demi-annĂ©e de Kraaienest continue son chemin. Le dĂ©mĂ©nagement rapide a Ă©tĂ© stressant, mais notre groupe ne s’est pas divisĂ©. C’est peut-ĂȘtre la fin d’un chapitre, mais c’est aussi le dĂ©but de nouvelles possibilitĂ©s. Nous ne laisserons pas la rĂ©pression nous dĂ©truire. Si elle ne parvient pas Ă  nous abattre, nous pourrons crĂ©er des fissures dans le systĂšme qui nous permettront de crĂ©er un espace de libertĂ©. Ce verdict nous prive de notre foyer et d’un endroit oĂč mettre nos rĂȘves en pratique. Mais ce qui a Ă©tĂ© crĂ©Ă© et construit ici est en nous. Un groupe d’ami.es et de camarades et un rĂ©seau ne sont pas attachĂ©s Ă  une maison. Nous avons appris de nos expĂ©riences et les un.es des autres. Il s’est passĂ© trop de choses pour les mentionner. Des rĂ©unions, des soirĂ©es d’information, de soutien, des ateliers, des groupes de lecture, des concerts, chaque semaine une cuisine collective et un centre social (avec une bibliothĂšque et un magasin gratuit), des soirĂ©es cinĂ©ma, des initiatives spontanĂ©es
 Le pique-nique de la Pride de Groningen, le soutien Ă  Free Ujang, l’écriture de lettres pour les prisonniers anarchistes, la solidaritĂ© avec les rĂ©fugiĂ©s de Ter Apel, un atelier de tatouage, beaucoup de discussions et aussi un café 

A bas tout ce systĂšme avec ses tribunaux, ses propriĂ©taires, sa police, ses autoritĂ©s fiscales, la pollution, l’inhumanitĂ© et toutes les formes d’oppression, d’exploitation et de rĂ©pression !

Un grand drapeau noir et rouge a flotté à Groningen, comme un symbole de tout cela. Un drapeau de résistance qui sera toujours levé.

KRAAIENEST VIT !

VOUS NE POUVEZ PAS EXPULSER DES IDÉES, SQUATTER CONTINUE !

Het Kraaienest
Groningen, Pays-Bas
rosazolder [at] riseup [point] net
https://squ.at/r/8n80


Kraakspreekuur Groningen
info [at] ksug [point] nl
https://squ.at/r/69ur
https://ksug.nl/

Des squats aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/groups/country/NL/squated/squat
Des groupes (centres sociaux, collectifs, squats) aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/groups/country/NL
Des événements aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/events/country/NL


Verdict du tribunal https://uitspraken.rechtspraak.nl/inziendocument?id=ECLI:NL:GHARL:2022:5349

Indymedia le 19 juillet 2022 https://indymedia.nl/node/52290




Source: Fr.squat.net