Malgré la crise ou plutôt à cause d’elle, la mobilisation sociale est plus que jamais d’actualité, aux yeux de l’intersyndicale. Une crise qui frappe d’abord les plus fragiles, « chômeurs, travailleurs précaires, étudiants privés de petits boulots dont certains finissent par renoncer à leurs études ».

Dominique Besson-Milord (CGT) parle de « 150 000 licenciements probables en Bretagne ». Elle dénonce « les aides massives accordées aux entreprises sans aucune contrepartie et pointe l’effet d’aubaine qui pourrait inciter le patronat à profiter de la crise pour licencier ».

Davantage qu’un plan de relance, les syndicats réclament « un plan de rupture, social et environnemental », qui passe notamment par une réduction du temps de travail à 32 heures par semaine, une hausse du Smic et des minima sociaux, un renforcement des services publics et l’abandon du projet de retraites par points.

À Rennes, manifestation à 11 h 30 esplanade Charles-de-Gaulle. Vitré, 17 h 30, place de la gare. Fougères, 17 h 30, place Aristide-Briand. Redon, 17 h, devant la sous-préfecture.

Rassemblements dans le respect impératif des gestes barrière : distanciation et port du masque

Toutes et tous en grève et manifestation pour une rupture dans la politique gouvernementale : emplois, salaires, temps de travail, retraites, sécurité sociale.

Appel CGT, FO, FSU, Solidaires, Union pirate, Solidaires étudiant·es, FSE


Article publié le 15 Sep 2020 sur Expansive.info