Novembre 18, 2020
Par Toulouse Anti-CRA
217 visites


Depuis le début de la crise de la Covid 19, le trafic aérien est extrêmement limité, beaucoup de frontières sont fermées mais des personnes continuent d’être enfermées dans les centres de rétention administrative (CRA). Mercredi 28 octobre, le gouvernement annonce un deuxième confinement et la fermeture totale des frontières extérieures à l’Europe. Pourtant, l’État refuse toujours de fermer les centres de rétention ! Les prisonnier.e.s du CRA de Cornebarrieu Toulouse répondent en lançant une grève de la faim vendredi matin ! La grève a lieu dans plusieurs secteurs et les prisonnier.e.s sont solidaires entre elles et eux, plus d’une trentaine de grévistes.

Les prisonnier.e.s demandent leur expulsion ou leur libération, ils et elles ne comprennent pas cet enfermement à tout prix alors que les vols vers leurs pays d’origine sont suspendus. Ils et elles nous racontent, dans les témoignages qui suivent, leurs conditions de vie indignes, la saleté des lieux, des conditions inadaptées au Covid-19, le racisme des policiers et du médecin qui ne les soigne pas, le désœuvrement total car il n’y a rien à y faire, aucune occupation n’est possible.

Au secteur A, 28 prisonniers, tous faisant la grève de la faim. Un des prisonniers nous informe des revendications de la grève de la faim :

« Les 28 personnes ici, demandent ou bien qu’ils nous expulsent ou bien qu’ils nous libèrent. Pourquoi ils nous retiennent ici ? J’ai un enfant en bas âge ici en France, j’ai un métier, pourquoi je suis enfermé ici, j’ai rien à faire ici.
Ils ont des avions militaires, si ils veulent pas de nous ici, nous on est d’accord de partir. Même si il y a la guerre dans notre pays, si il y a cartel et tout le bazar, moi je m’en fous qu’ils m’expulsent. Pourquoi je suis privé de liberté moi ?

Malgré la fermeture des frontières, l’État continue d’enfermer :
« On voyait qu’ils libéraient personne, ils font que ramener des gens »

Les conditions d’enfermement sont ignobles :
« 2 par chambre, la douche elle est froide, pas de papier toilette, pas de stylo, pas de feuille, rien pour écrire pour passer le temps. Y’a pas d’activité. La télé tu vois pas, tu vois juste à moitié. Ils nous traitent comme de la merde. Parce qu’on est immigrés, qu’on a pas de carte de séjour, pas de papier, ils nous traitent comme de la merde.
On est considéré comme des animaux. Même les animaux ils sont mieux traités que nous. Ils nous font pas les tests comme les citoyens. Tout le secteur A y’a pas de test.
Ouais ils nous donnent des masques, c’est normal c’est des masques fournis par l’État. Les masques ils sont gratuits il sont obligés de donner les masques c’est eux qui font rentrer la maladie. C’est eux qui sortent et rentrent, nous on est enfermés…
On fait grève de la faim jusqu’à ce qu’on crève la. Ou bien on va crever ici ou bien ils nous libèrent. C’est ça qu’on demande nous. »


Le témoignage d’un autre prisonnier :
« Je suis pas né en France mais j’ai vécu toute ma vie en France, je suis allé à l’école en france. Je suis ici depuis que j’ai un an et ils m’ont enfermé ici »
On demande juste nos droits, soit qu’ils nous libèrent soit qu’ils nous expulsent.
Le président il a fait un discours hier, il a dit que les frontières étaient fermées, il n’y a plus de raison de nous garder.
Pour l’instant la police, ils disent que vous allez craquer, que je sais pas, ils s’en foutent en fait. Clairement ils sont foutent, qu’on mange, qu’on mange pas, ils s’en foutent. Y’en a qui sont sortis de prison, ça y est, leur peine, la juge de libération des peine, elle a levé leur liberté. A partir du moment où tu es libéré ça y est c’est que tu as fini ta peine »

Au secteur B, celui des femmes, elles sont trois grévistes. L’une d’elles enceinte de 5 mois est en grève de la faim et décrit les conditions de l’enfermement :

« On fait la grève de la faim parce que nous sommes ici, ils nous font la misère ici quand on reste ici pour rien…
Le confinement il n’y a plus rien. Nous sommes dans la merde, il n’y a plus personne, plus de visite, plus rien maintenant.
Chaque fois qu’on passe au tribunal, c’est négatif c’est négatif parce que les juges du tribunal sont tous racistes, même la préfecture elle est raciste.
Moi ici je suis enceinte de 5 mois, je me stresse, même je suis partie deux fois à l’hôpital. 24h après qu’ils m’aient apporté à l’hôpital, que j’ai saigné, j’ai perdu du sang et tout, et ils font rien.
Et le docteur ici il est vraiment méchant, et raciste.

Normalement nous on doit être dehors, avec notre famille, avec nos enfants.
Moi j’ai 4 enfants, tous mineurs, de 6 ans jusqu’à 1 an ici en France, ils sont nés en France, je suis enceinte de 5 mois, c’est n’importe quoi en fait.
On a droit à notre liberté, normalement c’est les droits de l’homme, la liberté »

Au secteur D, 4 personnes sont en grève de la faim pour la même revendication :

« They have took our passports. We are asking to them or to send us back or to let us free. Because they gave to us 28 days, and they said we can repeat it 28 days, and another 28 days. Three months for what ? »

Secteur C : 8 nouveaux arrivants hier juste après l’annonce du confinement, des personnes venant de Lyon, de Nice et de Montpellier ont été enfermées au CRA de Toulouse.

Cet acharnement contre les étranger.e.s sans-papiers ne doit pas rester caché, ne laissons pas les retenu.e.s isolé.e.s, soutenons leurs luttes !

A bas les frontières, A bas les CRA !




Source: Toulouseanticra.noblogs.org