Mise à jour le 29/03 à 20h

La mobilisation en vue du 31 mars continue. A Tours, au moins six crèches municipales devraient être fermées jeudi en raison de la grève du personnel, et des débrayages sont prévus dans de nombreuses boîtes du coin.

Pendant le week-end, on a vu fleurir des graffitis contre la loi Travail, notamment du côté de l’île Aucard. Et ce mardi, un groupe d’étudiants et d’étudiantes a sauté les grilles du local du MEDEF pour aller redécorer sa façade.

Dans la fonction publique, un nouveau préavis de grève a été déposé par Solidaires, couvrant la période allant du 1er au 30 avril, ce qui témoigne de la volonté de ne pas enterrer le mouvement après la journée du 31 mars.

Pour rappel, le rendez-vous pour la manif de jeudi est à 10h, place de la Liberté. Si besoin, un rappel sur l’exercice du droit de grève : Le droit de grève, comment ça marche ?

Mise à jour le 26/03 à 19h

En attendant la journée d’action du 31 mars, la lutte continue à l’université. AG, diffusions de tracts, conférences débats sont entres autres au programme des jours précédents le 31 mars.

La prochaine assemblée générale se tiendra le 29 mars à 17h aux tanneurs.

Parallèlement, différentes conférences auront lieux. Le mercredi 30, le Laboratoire d’Idées du mouvement “Tours en a gros !” contre la loi Travail organise une journée de conférences et débats sur les mouvements sociaux. Toute la journée, amphi A des Tanneurs, de 10h 17h :

A 14h, l’historienne Florence Alazard vous parlera de la première grève de l’histoire de France, le “grand tric”, une révolte des ouvriers typographes lyonnais en 1539.

Dans le reste du monde : la mobilisation continue dans les universités. vous pouvez voir l’état de cette mobilisation grâce au bulletin Facs en Lutte ! Bulletin de grève de Solidaires Etudiants.

La répression aussi se fait sentir. À Rennes, Nantes, Lyon, Paris … les CRS ont chargé des cortèges, tabassé des manifestant-e-s et abusé de gaz lacrymogènes pour réprimer ce mouvement :
Ce qu’il s’est passé à Bergson ce jeudi 24

Mise à jour le 24/03 à 19h

Ce jeudi matin, environ 2 000 personnes ont de nouveau défilé à Tours contre la loi Travail. De nombreux lycéen-nes et étudiant-es restaient mobilisés, ainsi que des syndicalistes, des privé-es d’emploi et des retraité-es. Si la manifestation était moins dynamique que les précédentes — sans doute en raison du plus faible nombre de lycéen-nes présent-es dans les rues —, elle restait marquée par une certaine détermination. Et les syndicalistes assuraient que la mobilisation serait très forte le 31 mars.

Pour la première fois depuis le début du mouvement, la présence policière était relativement importante. Dès le début du rassemblement, les policiers en civil portaient une attention particulière aux jeunes lookés « cités ». Une personne a été interpellée dès le début de la manifestation, sans qu’on sache trop pourquoi — les flics ont parlé d’une chaise lancée —, et sans réaction des manifestant-es.

Quand le cortège est passé devant la gare, on a constaté que la plupart des entrées avaient été fermées, ou étaient bloquées par des flics. Le SO étudiant a participé à canaliser toute velléité de s’introduire dans la gare, en formant une ligne en amont des flics…

En attendant la prochaine manif’, vous pouvez écouter le reportage réalisé par Polemix & La Voix Off lors de la manifestation du 17 mars : Manif du 17 mars 2016 – L’Histoire reste un sport de combat

Mise à jour le 22/03 à 19h30

Le blocus du site des Tanneurs voté hier n’a en fait pas pu se tenir, notamment en raison de l’hostilité de nombreux étudiant-es. Une nouvelle AG organisée en fin d’après-midi ce mardi a d’ailleurs vu apparaître de nombreuses personnes venues spécialement pour voter contre une éventuelle proposition de blocage.

Mais suite à une négociation entre une délégation d’étudiant-es et la présidence de l’université en début de journée, la présidence a proposé des aménagements des modalités de présence et de contrôle qui ont été approuvées à une très forte majorité par l’AG. La question du blocage, si elle a été discutée, n’a pas donné lieu à un nouveau vote.

Les commissions continuent à se réunir et à organiser des actions (information, distributions de soupe, tractage devant les lycées, etc.). Ce matin, un groupe est allé bloquer le Carrefour de La Riche et est ressorti avec des caddies pleins de denrées qui ont notamment été distribuées au centre d’accueil de demandeurs d’asile (CADA).

Une nouvelle manifestation est prévue le jeudi 24 mars à 10h30, au départ de la place Anatole France, dans le cadre d’une journée d’action nationale.

Mise à jour le 21/03 à 19h30

Environ 300 personnes en lutte contre la loi Travail étaient réunies en AG ce soir. Compte tenu du refus de la présidence de l’université d’accepter les demandes des étudiant-es (qui réclamaient des aménagements permettant à la mobilisation de se poursuivre), les personnes présentes ont décidé d’occuper le site universitaire des Tanneurs dès ce soir, et de le bloquer à partir du mardi 22 mars.

Mise à jour le 19/03 à 11h00

La journée d’action du 17 mars a de nouveau été une réussite, avec des milliers de personnes mobilisées dans les rues de Tours.

Les organisations CGT-FO-SOLIDAIRES et FSU du département appellent l’ensemble de leurs sections et syndicats « à préparer dans l’unité la plus large possible la grève du 31 mars prochain pour contraindre le premier ministre à retirer son projet de loi ». Lire le communiqué ici. Une manifestation est prévue à 10h au départ de la place de la Liberté.

En attendant, « fortes de la réussite » de la journée du 17 mars, « les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, UNEF, UNL, FIDL appellent les jeunes et les salarié-es à poursuivre et amplifier la mobilisation dès le 24 mars prochain, jour de la présentation du projet de loi au conseil des ministres ». Lire le communiqué ici.

Une nouvelle AG est prévue à la fac des Tanneurs le 21 mars à 17h. Le même jour, Myriam El Khomri sera à Orléans, et les organisations syndicales du Loiret lancent un appel à se mobiliser pour expliquer à la ministre du Travail ce qu’on pense de son projet de loi.

JPEG - 95.1 ko

A Tours, un rassemblement unitaire est prévu le 21 mars à 13h devant le conseil des prudhommes. Et le 24, c’est la ministre de la Culture qui sera présente à Tours.

Mise à jour le 16/03 à 20h00

La journée de mobilisation de demain se prépare, diffusions, moment festif (Le siège du PS d’Indre et Loire envahi) et AG dans la soirée à l’université. Les appels à la grève jeudi se multiplient dans le monde professionnel et toujours manifestation jeudi 10h place Anatole France. La Nouvelle République a frappé fort avec un article qui tentait d’enterrer la lutte en la mettant sur le compte de quelques irréductibles (voir la critique ici : Quand La Nouvelle République fait tout pour décrédibiliser un mouvement).

A l’université

Une assemblé générale s’est tenue hier où les étudiants en lutte ont décidé d’accepter la proposition de la présidence de l’université qui prévoie :
- Du 15/03 au 21/03 inclus, une dépénalisation des cours, un report des contrôles continus le jeudi, pour les étudiants des tanneurs. L’IUT et les Pharma devant prévenir en cas d’absence pour la journée de jeudi.

Afin d’apporter réponses aux diverses interrogations suscitées par le message du président hier soir … L’absence du contrôle d’assiduité signifie que vous n’avez pas obligation à aller en cours NÉANMOINS si contrôle continu il y a, “pénalisés” vous serez. Concernant la journée du 17 mars, pas de contrôle d’assiduité, ni de contrôle continu pour l’ensemble de l’université à l’exception de l’IUT et Pharmacie ainsi que pour les séances de TP où il est fortement conseiller de prendre contact avec vos enseignants. De 10h à 13h jeudi 17 mars, pas de cours aux Tanneurs par mesure de sécurité.

- Le jeudi 17 mars : les cours seront annulés de 10h à 13h pour les étudiants des tanneurs. L’université s’engage à fournir des lieux d’expression à la lutte.

Un compte rendu complet est disponible sur http://tours-en-a-gros.fr

Pour la journée du mercredi 16 mars, différents rendez-vous :

6h30 : Tractage notamment dans les lycées professionnels. RDV devant la faculté des tanneurs pour répartition

8h : Création de pancartes pour le rassemblement de l’après-midi (Communication)

11h : Formation clown activiste devant thélème

14h : Occupation « festive », RDV devant la faculté des tanneurs pour rassemblement (N’hésitez pas à faire tourner autour de vous, besoin du plus de monde possible)

17 : AG Amphi 3

Pour la journée de jeudi 17 mars, quelques rendez-vous :

10h : Grève générale lycéens, étudiants, salariés, retraités, chômeurs.. Place Anatole France.

12h : Pique-nique géant. Le plus de monde est appelé à rester, veuillez apporter des bols/couverts, de quoi manger, s’hydrater..

14h30 : AG à Thélème

En ce qui concerne les salariés, chômeurs…

Dans le sillage des structures départementales des syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires, Solidaires étudiants(es), UNEF, plusieurs syndicats de branches et de boites (notamment dans la contruction) appellent à faire grève et à manifester auprès des étudiants et lycéens le jeudi 17 mars 2016 à 10h. Ils seront aussi présents ensuite au rassemblement à 12h, parvis de la Fac des Tanneurs, avec prise de parole et pique-nique partagé.


Mise à jour le 15/03 à 10h00 : deux grosses journées de diffusion, de mobilisation et de formation chez les étudiants et lycéens. AG dans la soirée. Mobilisation dans la santé sociale ce mardi et manifestation jeudi 10h place Anatole France.

Plusieurs RDV sont prévus dans la journée de mardi 15 mars :

- 6h30 à 10h : distribution de tracts sur le plus grand nombre d’établissements scolaires (Facultés et lycées) et de lieux stratégiques. Pour venir aider à la diffusion rendez-vous sur l’esplanade des Tanneurs.
- Des points infos seront installés notamment au lycée Grandmont et Paul Louis Courrier.
- 11h à 14h : Formation désobéissance civile, devant le lycée Grandmont (la formation est proposée aux lycéens ET étudiants)
- 11h à 13h : Disco Soup’ au lycée Grandmont (N’oubliez pas, ramenez bols/couverts.. 0 déchets, c’est encore mieux !)
- 12h30 à 14h : salle F22, Conférence afin d’apporter des informations à la faculté de Grandmont
- 14h : formation aux gestes de premiers secours devant Thélème
- 17h : AG aux tanneurs
- 20h : au 5 rue du Vieux Pont – Café Comptoir Colette’s : point légal, comment faire si l’on est en garde à vue ?

En ce qui concerne le mercredi 16 mars :

- 6h30 à 16h : Distribution de tracts sur le plus grand nombre d’établissements scolaires (Facultés et lycées) et de lieux stratégiques. Pour venir aider à la diffusion rendez-vous sur l’esplanade des Tanneurs.
- 11h30 à 13h : Disco Soup’ à faculté des 2 lions (N’oubliez pas, ramenez bols/couverts.. 0 déchets, c’est encore mieux !)
- 14h : Rendez-vous devant Thélème, pour une « occupation festive » dans l’après midi
- 18h : En B214 à la faculté de droit (2 lions), conférence sur la réforme du droit du travail

Jeudi 17 mars :

- 10h : Manifestation au départ place Anatole France.

En ce qui concerne les salariés, chômeurs…

Ce mardi 15 mars, la CGT, FO, la FSU, Solidaires, Solidaires étudiants(es) et l’UNEF ont signé la déclaration unitaire suivante, en vue de la journée d’action du 17 mars contre la loi Travail. Elles appellent « à se mobiliser sous toutes les formes possibles, à débrayer, à se mettre en grève et à participer » à la manifestation qui aura lieu le jeudi 17 mars à 10h, au départ de la place Anatole France.

Les organisations syndicales Action sociale d’Indre-et-Loire CGT, Sud et FO appellent aux débrayages et assemblées générales le 15 mars 2016 à 10h dans tous les établissements et services du secteur social et médico-social. A 12h aura lieu une conférence de presse à la Maison des Syndicats suivie d’une AG départementale avec information sur le projet de loi El Khomri en vue de la préparation d’un mouvement d’ampleur.


Mise à jour le 14/03 à 14h30 : nouveau blocage du réseau de tram, l’intersyndicale se réunit ce soir, le département de sociologie soutient la mobilisation

Réunies pour un pique-nique place Anatole France, environ 200 personnes mobilisées contre la loi Travail ont bloqué la circulation du tram pendant quelques temps. Il y avait de la musique, et de la soupe à prix libre. Des tracts ont été distribués en vue de la journée de mobilisation du 17 mars. Une AG est prévue à 17h en amphi 5 sur le site des Tanneurs.

Le département de sociologie de l’université de Tours a décidé « d’apporter officiellement son soutien à la mobilisation étudiante ». Aucun cours ne sera assuré lors de la manifestation du 17 mars.

L’union départementale CGT d’Indre-et-Loire s’est prononcée en faveur de la participation à la journée d’action du 17 mars. Une réunion intersyndicale est prévue ce soir. Par ailleurs, l’union générale des fédérations de fonctionnaires CGT a déposé un préavis de grève courant du 17 au 31 mars, pour permettre aux agents de toute la fonction publique de :

« participer aux mobilisations déjà programmées et à celles qui pourraient l’être lors des prochains jours et des prochaines semaines, mobilisations portant en particulier sur l’exigence du retrait du projet El Khomri et sur l’augmentation de la valeur du point d’indice. »

L’Union Syndicale « Solidaires Fonction publique » a déposé un préavis de grève similaire. La Fédération SUD éducation appelle à rejoindre par la grève les mobilisations du 17 mars et à se réunir en Assemblée Générale pour décider des suites.

Dans Le Parisien, on apprend que le Conseil supérieur de l’égalité professionnelle a rendu un avis sur le projet de loi Travail, estimant qu’il pénaliserait singulièrement les femmes :

« Autre point noir, les mesures touchant au « temps de travail, premier facteur discriminant pour les femmes ». Le projet de loi renforce considérablement la flexibilité en augmentant les durées maximales de travail, notamment pour les cadres et les possibilités pour l’employeur de modifier de façon unilatérale les horaires. Pour la CFDT, « il convient de dénoncer le fait qu’un certain nombre d’articles sont en complète contradiction avec le principe de conciliation entre la vie professionnelle et la vie familiale ». La CGT y voit « une double peine pour les salariés à temps partiel (80 % sont des femmes) dont les heures supplémentaires seront demain encore moins bien payées ». En effet, le projet de loi prévoit une majoration de 10 % seulement des heures complémentaires, contre 25 % actuellement dans un grand nombre de branches. »


Mise à jour le 13/03 à 20h : les AG se poursuivent, pique-nique prévu lundi 14 place Anatole France

A l’occasion de l’AG qui s’est tenue le vendredi 11, différentes commissions ont été mises en place (communication, actions, vie de la lutte, organisation des AG).

Un pique-nique est organisé le 14 mars à 12h place Anatole France, et une nouvelle AG se tiendra dans l’après-midi, notamment en vue de la journée d’action du 17 mars.

Des parents d’élèves du lycée Paul-Louis Courier tentent de s’organiser pour empêcher de futurs blocages : Une milice parentale pour empêcher le blocage du lycée Paul-Louis Courier.


Mise à jour le 11/03 à 11h : les lycéens restent mobilisés, le président de l’université annule les cours

Ce matin, les lycées Grandmont, Paul-Louis Courier et Jean Monnet ont été bloqués.


De très nombreux lycéen-nes bloquent actuellement la place Anatole France, tandis qu’une AG est en cours à la fac des Tanneurs.

Dans un mail adressé aux étudiant-es, le président de l’université, Loïc Vaillant, a dénoncé un blocage « totalement illégitime », « en particulier pour un projet gouvernemental qui ne concerne pas l’enseignement supérieur ». N’empêche, il a été obligé d’annuler l’ensemble des cours des UFR de Lettres et Langues et d’Arts et Sciences humaines.

Des projections et des débats sont organisés toute la journée sur le site universitaire des Tanneurs, qui reste ouvert malgré l’annulation des cours.


Mise à jour le 10/03 à 19h : AG vendredi 11 mars à 10h

L’assemblée générale qui a eu lieu devant le site universitaire des Tanneurs suite à la mobilisation de la journée a réuni environ 300 personnes. Quelques infos :

  • le blocus des lycées continue ;
  • une page facebook « La jeunesse de Tours contre la loi Travail » a été mise en place https://www.facebook.com/jeunessedetourscontrelaloitravail/ ;
  • pour le vendredi 11, les cours des UFR de Lettres et Langues et d’Arts et Sciences humaines sont banalisés ;
  • une AG est prévue aux Tanneurs à 10h.

La première manifestation contre le projet de loi « Travail » a été un incontestable succès, avec une forte présence lycéenne, étudiante et syndicale dans les rues de Tours. Le compte-rendu est à lire ici : Loi travail : grosse mobilisation à Tours, l’AG appelle à manifester jeudi. Succès aussi à Lyon, à Paris et ailleurs.

Les manifestant-es rassemblées en assemblée générale avaient voté le blocage de la fac à partir du 10 mars au matin, et appelaient à rejoindre la manifestation organisée à 10h par les organisations syndicales pour les retraité-es.

Ce matin, l’administration avait fait fermer le site des Tanneurs, ce qui n’a pas empêché les étudiant-es mobilisé-es d’en bloquer l’accès principal.

A 10h, un cortège syndical rejoint par de nombreux élèves des différents lycées bloqués a défilé rue Nationale puis vers la préfecture. La manifestation, plutôt pépère jusque-là, a alors été rejointe par un second cortège d’étudiant-es et de lycéen-nes. Alors que la plupart des syndicalistes restaient sur la place pendant qu’une délégation était reçue à la préfecture, une partie des lycéen-nes s’est dirigée vers le Paul-Louis Courier, et un cortège majoritairement composé de lycéen-nes et d’étudiant-es est redescendu vers le boulevard Heurteloup. Ce groupe a investi la gare, a tenté de pénétrer dans le centre des congrès, a bloqué la place Jean-Jaurès à deux reprises, et a finalement remonté la rue Nationale en scandant des slogans hostiles au gouvernement et à la loi Travail. A ce moment-là, plus de 1 200 personnes étaient rassemblées.

JPEG - 81.7 ko

La manifestation s’est ensuite installée place Anatole France, bloquant la circulation et le tram, pour exiger la réouverture de la faculté afin que les étudiant-es puissent organiser leur AG dans un amphi.