par Lionel Thompson,

Le 18 juin, les salariés et les personnels de Radio France ont massivement suivi la journée de grève appelée par l’intersyndicale (CFDT, CGT, FO, SNJ, SUD et UNSA). En cause : la plan stratégique « Radio France 2022 » présenté par Sibyle Veil, articulé autour d’un objectif d’économies chiffrées à 60 millions d’euros. Nous revenons sur les enjeux de cette journée de grève aux côtés de Lionel Thompson, journaliste à France Inter et représentant syndical (SNJ-CGT), que nous remercions.

« Irréaliste », « dangereux », « casse du service public » : les syndicats sont vent debout contre les annonces de la direction, qui laissent entrevoir jusqu’à 390 suppressions de postes et d’importants reculs des droits des salariés (congés, temps de travail, etc.) Des « ambitions » calquées sur le projet de candidature de Sibyle Veil à la présidence de Radio France, que nous avions décortiqué en avril 2018. Bref, la direction resserre un peu plus la vis du management au mépris du service public, de ses travailleurs et de l’information de qualité qu’il est censé produire. Notre entretien avec Lionel Thompson a été l’occasion d’aborder de nombreux enjeux, listés dans le sommaire ci-dessous.

Propos recueillis par Lucile Girard et Pauline Perrenot ; Florent Michaux pour le montage

Sommaire :

– Une mobilisation massive et inédite : 1’30

– Quelles incidences des coupes budgétaires sur le travail ? : 8’40

– La « polyvalence », mot-clé de la direction : 15’

– Le « défi du numérique » : quels enjeux derrière ce leitmotiv rabâché par la direction ? : 20’40

– Course à l’audience, négation de la notion de « service public » et problèmes politiques dans les lignes éditoriales : 30’

– « Evolution mécanique des charges », des chiffrages grossiers : 42’30

– La « politique du flou » vis-à-vis des salariés, une stratégie managériale : 50’40

– Les précaires et l’éclatement des statuts à Radio France : 57’50

– Mise en perspective des mouvements de grève à Radio France ; vers une holding de l’audiovisuel ? 1:07’

Acrimed est une association qui tient à son indépendance.
Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.


Article publié le 22 Juil 2019 sur Acrimed.org