Mars 20, 2018
Par Squat.net
126 visites


Le samedi 24 mars, à l’appel de plusieurs organisations aura lieu une grande marche pour le droit à un logement décent, digne, choisi et adapté pour touts et tous !

L’occasion de crier notre colère contre les expulsions, contre les démolitions, contre la cherté des loyers et pour le droit de choisir où vivre et comment !Nous marcherons…

  • avec les locataires du 10-20 galerie de l’Arlequin qui se battent sans relâche contre la démolition de leurs logements et les monsonges permanents.
  • avec les occupant·e·s du Pation Solidaire sur le campus universitaire toujours sur place, et faisant de ce lieu un symbole pour les personnes exilé·e·s et sans logement.
  • Pour soutenir les mobilisations collectives qui ont permis l’occupation de logements et de bâtiments vides pour que des sans-logis puissent s’y loger, ont permis d’éviter des expulsions ou d’obtenir des relogements.
  • pour accompagner les combats contre la précarité énergétique et quelques victoires concrètes comme la prise en charge du chauffage et le rétablissement de l’électricité au 6 rue Jay, bâtiment réquisitionné par la lutte et hébergeant une quarantaine de personnes.

Et nous ferons entendre nos voix pour :

  • L’arrêt de toutes les expulsions sans relogement, hiver comme été.
  • Le respect du droit inconditionnel à un hébergement et à un logement.
  • L’abrogation de la circulaire Colomb, légalisant les rafles dans les centres d’hébergement.
  • L’arrêt des coupures d’énergie et l’accès aux fluides comme un bien public garantissant le droit de se chauffer et de s’éclairer.
  • La baisse des loyers et des charges dans les zones tendues.
  • Stopper la vente et la démolition des HLM et bâtiments publics, réhabiliter les logements et bâtiments vétustes sans augmentation de loyer ni de charges.
  • Le droit de choisir son mode d’habitat, par exemple dans les véhicules servant d’habitation.
  • La fin de la marchandisation du foncier public et de la spéculation sur le foncier et l’immobilier.
  • Le respect de la loi DALO/DAHO, l’application de la loi de réquisition.

Merci de diffuser cet appel, vous pouvez également le partager sur les réseaux sociaux.

[Publié le 8 mars 2018 sur Indymedia Grenoble]




Source: