Juin 2, 2016
Par Indymedia Nantes
22 visites


Le compagnon a précisé que dans le cas de l’attaque du commissariat de Itea avec un paquet explosif, il n’y a pas eu de mise en garde téléphonique car la cible était les policiers eux-même. Le compagnon l’exprima ainsi: “Le poste de police Itea était la cible, puisque ce fut le lieu où un prisonnier a été torturé avant d’être assasiné dans la prison de Nigritas.”.

Le compagnon a poursuivi: «Les dommages collatéraux, ce sont les morts du «bombardement humanitaire» en Irak, en Afghanistan, en Libye, en Syrie… Les dommages collatéraux ce sont les gens qui dorment dans les rues et recherchent de la nourriture dans les ordures à cause de ce système duquel les juges sont les fidèles serviteurs…”




Source: