Deux militants de Rouvikonas vont être emprisonnés le 14 juin prochain, à moins de pouvoir rassembler une somme de plusieurs dizaine de milliers euros d’ici là : à nous de réagir et de faire vivre  la solidarité antifasciste internationale !

Giorgos Kalaïtzidis, co-fondateur du collectif anarchiste et antifasciste Rouvikonas, ainsi qu’un autre membre de ce collectif, vont se retrouver en prison d’ici le 14 juin, à moins que la solidarité internationale ne parvienne à rassembler 60000 euros, le montant du dépôt de garantie réclamé pour leur libération.

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas Rouvikonas, voici une petite vidéo de présentation :

Leur crime ? Avoir participé à l’attaque du parlement le 21 mai dernier (des bouteilles de peinture lancées sur la façade de ce bâtiment), en soutien à Dimitris Koufontinas, un camarade incarcéré à perpétuité en grève de la faim.

Notre camarade le documentariste Yannis Youlountas a publié sur son blog un long texte sur la situation de Giorgos et Nikos, repris par des camarades français.es de Rouvikonas qui interviendront dimanche lors du concert de soutien à la Horde au CICP, dont la moitié des bénéfices sera reversée aux camarades grecs.

Le premier ministre et la Justice tente une fois pour toutes de mettre hors d’état de nuire Giorgos Kalaïtzidis, co-fondateur de Rouvikonas et Nikos, tous deux membres du même groupe et fameux résistants en Grèce. En effet, tous deux sont poursuivis non pour un délit, mais cette fois pour un crime. En exhumant une vieille loi sur la protection des monuments historiques de grande valeur – loi quasiment jamais utilisée, destinée à l’Acropole ou à Delphes – le pouvoir a trouvé le moyen de piéger nos camarades qui faisaient jusqu’ici toujours attention à ne pas franchir cette frontière juridique en matière de qualification. Résultat : Giorgos et Nikos risquent 10 ans de prison fermes et se voient demander un dépôt de garantie gigantesque de 30 000 euros chacun (60 000 euros en tout) à régler avant le 14 juin (cf. Pot commun de solidarité), c’est à dire trois semaines avant les éléctions législatives. La volonté d’instrumentaliser la loi pour parvenir à enfermer au plus vite plusieurs membres très connus du groupe et offrir un spectacle médiatique retentissant est claire.  

Le durcissement de la répression contre le groupe (dont la dernière peine en avril s’élevait à 3000 euros soit dix fois moins) est une des manoeuvre d’instrumentalisation de l’opinion publique dans le contexte actuelle. Dans la foulée des élections européennes et locales, Tsipras vient de provoquer des élections législatives anticipées et va jouer sa place le 7 juillet, en tant qu’outsider face à la droite. Le centre droit du spectre électoral déteste Exarcheia, les anarchistes et autres révolutionnaires, et s’apprête à faire passer Mitsotakis, le chef de la droite, pour “évacuer Exarcheia en un mois” et “emprisonner les bandits rouges et noirs”. Depuis deux mois, Tsipras frappe tout ce qui fait horreur à la droite et gagne ses lettres de noblesse en matière autoritaire : six squats de réfugié.es évacués, le quartier d’Exarcheia quotidiennement harcelé par sa police, une émission de télé sur le quartier en prime-time qui annonce sa fin proche, le prisonnier politique Koufontinas brutalement privé de ses permissions de sorties surveillées pour voir son fils, et maintenant Rouvikonas sur le point d’aller en prison.

Cette attaque contre la résistance en Grèce est sans doute la plus frontale depuis l’arrivée au pouvoir de Tsipras. Car nul groupe n’a autant résisté ces dernières années que Rouvikonas : quotidiennement, avec courage et persévérance, tel un sérum contre la résignation. Cette résignation qu’avait justement provoquée Tsipras. Presque tous les jours, on a entendu parler d’anarchie et de résistance dans les JT et dans la presse. Presque tous les jours, de plus en plus de gens se sont dit que rien n’était terminé.

Soutien à Giorgos, Nikos et tous les membres de ROUVIKONAS.

Appel à des actions de solidarité partout hors de Grèce, comme cela vient de se produire avant-hier soir devant l’ambassade de Grèce à Paris.

Appel à soutien financier pour celles et ceux qui le peuvent ou, à défaut, à faire au moins tourner cet appel. Même si nous ne réussirons sans doute pas à empêcher l’emprisonnement de Giorgos et Nikos, d’autres membres du groupe pourront au moins échapper à d’autres sanctions moins lourdes et continuer la lutte.

Vive l’Anarchie, vive Rouvikonas !

Pour transmettre directement de l’argent en liquide, ROUVIKONAS sera bientôt en tournée en Italie, Suisse, France et Belgique, du 1er au 9 juin. C’est Σπύρος qui s’en occupera avec nous. Tous les détails de la tournée ici

Pour procéder par virement ou paypal (ou chèque, mais c’est un peu long et compliqué par rapport aux autres formes possibles), contacter en français : [email protected] 

ou uniquement pour un virement, en communiquant en anglais : [email protected]

Et si vous passez à Athènes avant le 14 juin : 

Rendez-vous au K*Vox tous les jours, à partir de 16:00, place Exarcheia.


Article publié le 10 Juin 2019 sur Lahorde.samizdat.net